11 Septembre 2001



25/9/2014

Je débats sur le forum de reopen à propos de l'incroyable publication par l'association des Vétérans du renseignement Américain à propos d'armes nucléaires utilisées au WTC.

Ne manquez pas les posts sur ma page FBK à propos du terrorisme de l'Etat islamique.

4/8/2014

https://www.facebook.com/prager1/posts/10151032026987282

Les arguments développés sur cette page rejoignent la plupart de ceux que j'ai publiés. Les découvertes importantes du Dr Cahill, que j'avais négligées, sont aussi rappelées : Avec son équipe de spécialistes des aérosols qu'ils mesurent et étudient aux 4 coins de la planète, le Dr Cahill a analysé l'air de Manhattan et prouvé qu'un mois après le 11/9 et même après des pluies abondantes, les ruines du WTC continuaient de produire et de libérer dans l'atmosphère des particules extrêmement fines et dangereuses pour la santé (du jamais vu nulle part ailleurs même sous le vent des usines de charbon chinoises, d'ou le nombre incroyable de cas de cancers et de décès parmi les "first responders") résultant de processus à très hautes températures toujours actifs au fond des ruines, comme d'une sorte de réacteur à ciel ouvert. Pour la première fois je trouve dans cette page quelqu'un qui envisage comme moi des armes à fusion froide pour rendre compte de ces observations: en plus de l'anomalie du tritium à GZ y est évoqué une anomalie de l'Uranium que j'avais zappée! Pour ceux qui n'y connaissent rien je rappelle que dans les ruines du WTC ont été découverts des "objets incroyables" baptisés météorites ayant résulté de l'agglomération fusion de couches d'acier et de béton sous l'effet de températures incroyables de milliers de degrés (l'acier et le béton ont fondu: https://www.youtube.com/watch?v=2wW1Wqx-ojk ) et l'essentiel de la structure du coeur des tours (béton et acier) a été pulvérisé en fine poussière qui s'est déposée dans Manhattan ce qui explique que la pile de débris finale ait une hauteur ridicule par rapport à ce qu'on aurait du observer... et que la théorie qui a été mise en avant dans les milieux conspi pour expliquer cet état de fait est une imposture totale (l'usage de nanothermite).

9/2/2014


Les preuves de désintégration de WTC1 à une vitesse supérieure à celle de la chute libre deviennent triviales si l'on corrige les bases de temps de la plupart des vidéos peut être falsifiées sur le net de façon à ce que les objets en chute libre subissent véritablement l'accélération de la gravité g et pas g/2 !

Video1 de CNN à g/2

Video2

Mais on ne peut exclure complètement que cela soit dû seulement à des forces de frottements de l'air qui etrangement ne se sont manifestées que verticalement et pas horizontalement (ce qui est possible pour un objet qui plane). Je préfère donc mettre de coté cet argumentaire.

25/11/2013

Je me suis dit que les animations geogebra pouvaient se révéler un outil fantastique pour faire comprendre certaines anomalies des effondrements du 11/9 . J'ai commencé avec ceci:
http://www.darksideofgravity.com/crepes_friche.html
En effet, la stratégie du mouvement des architectes et ingenieurs pour la vérité sur le 11/9 est de faire valoir qu'ils sont de plus en plus de professionnels tres serieux et compétents (ingénieurs en génie civil, pro de la démolition contrôlée, scientifiques, etc) à exprimer de façon tres catégorique ce qui est pour eux (et aussi pour moi) une évidence: que les destructions que nous avons observées des 3 buildings le 11/9 sont impossibles physiquement sans faire appel à de la démolition contrôlée. Le problème c'est qu'inévitablement le citoyen lambda qui trouve à priori très convaincants les arguments de R Gage, désire souvent quand même se faire sa propre opinion (fort heureusement) ce qui ne peut se faire, comme sur n'importe quel sujet polémique, qu'en confrontant systématiquement les arguments des plus brillants avocats des thèses qui s'opposent. Il tombe alors rapidement sur les sites et videos des debunkers. Ceux ci sont nombreux, sont invités dans les grands médias, publient dans des journaux spécialisés réputés et ont même parfois des compétences dans les domaines concernés qui sont reconnues parmi les meilleures au monde (c'est le cas des ingénieurs du Nist, c'est le cas de Z Bazant , et de nombreux autres scientifiques, ingénieurs qui soutiennent la version officielle). Par exemple Bazant est une sommité internationale dans son domaine et il explique, publications à l'appui dans des revues spécialisées de mécanique que les effondrements sont tout à fait normaux.
Or il se trouve que la plupart des publications techniques de ces défenseurs de la VO sont tout à fait illisibles par des non experts et même d'un abord tres ardu pour des experts, d'où le sentiment de frustration pour celui qui voudrait vérifier qui est rapidement découragé de toutes ses tentatives. Apres tout, peut etre que ceux qui ont détruit les tours ne sont pas complètement idiots et qu'ils ont fait les choses dans les règles de l'art pour qu'il ne soit pas si facile que cela de prouver avec certitude qu'il y a eu démolition contrôlée d'un style tres non conventionnel..., peut etre!
C'est pour cela que je m'acharne à essayer de fournir (démarche complémentaire à celle de R Gage qui cible plus le grand public) à tous ceux qui voudraient se faire leur propre opinion et possèdent un bagage en physique de niveau première année de fac de sciences, des outils aussi didactiques que possible et c'est aussi pour cela que je me tiens encore et toujours à disposition pour toute confrontation avec des debunkers, car la vérité ne peut émerger que de la confrontation sur les sujets polémiques (c'est pourquoi je salue en particulier la récente initiative du réalisateur Massimo Mazzucco qui avec son film en trois parties, le nouveau Pearl Harbor, montre qu'il ne méprise pas les arguments des debunkers et leur donne la parole) surtout quand les obstacles psychologiques sont colossaux !
D'autres animations geogebra suivront mais les réactions seront déjà les bienvenues sur celle-ci qui "met en mouvement" des résultats que j'avais obtenus et copubliés avec Manfred Cochefert il n'y a pas si longtemps.

4/10/2013


Les dessous du tir des deux missiles en méditerranée.
Mais que s'est il donc vraiment passé? C'est quand même incroyable qu'ils aient abandonné leur plan de frappe de la Syrie au dernier moment. Les enjeux étaient pourtant énormes! Difficile de croire qu'il ait suffit que la Russie descende leurs deux premiers missiles car ça, ils auraient pu le prévoir longtemps à l'avance que la Russie défendrait jusqu'au bout ses intérêts vitaux en Syrie!

Quelques hypothèses alternatives qui me sont passées par la tête, plus croustillantes les unes que les autres, du moins au plus vraisemblable:

1) Les ETs ont empêché la troisième guerre mondiale: des UFOs ont détourné les missiles non sans avoir joué d'abord un peu avec de façon très démonstrative comme dans cette vidéo. Hiistoire sans paroles mais tous les plans de l'empire doivent être revus et corrigés.

2) Les Russes maîtrisent la nouvelle physique (celle qui permet de désintégrer des gratte-ciel de béton et d'acier en silence et que les USA croyaient être les seuls à maîtriser): cette physique permet aussi de fabriquer des objets qui disparaissent et réapparaissent ailleurs à volonté, lévitent en silence, sont capables d'accélérations fulgurantes et de vitesses invraisemblables dans l'air dense et en toute discrétion: ils ont utilisé leurs nouveaux joujoux pour déquiller les premiers missiles US. Avec ces nouvelles technologies, le concept de bouclier nucléaire (guerre des étoiles) est relégué définitivement aux oubliettes et la dissuasion peut à nouveau jouer à plein.
Obama téléphone alors à Poutine:
"Puisqu'on est les seuls à maîtriser la nouvelle physique, autant s'entendre pour ruiner tous les autres. On n'a qu'à se partager le marché mondial du gaz : facile si on fait en sorte d'entretenir le chaos chez tous les autres concurrents potentiels! Pendant qu'ils se battront pour acheter nos matières premières et qu'ils s'épuiseront contre des vagues successives de Djihadistes, nous on fera discrètement tourner nos industries à la fusion froide, c'est à dire gratos pour acquérir une compétitivité inégalable!"

3) Au dernier moment, Poutine a sorti son Joker Snowden: "j'ai les preuves, grâce à Snowden, que 9/11 était un inside job: voulez vous vraiment que je les montre à tout le monde?"

4) La révolte dans les milieux militaires et du renseignement indépendant US couve mais aussi dans d'autre's nations alliées de l'empire faisant redouter à l'administration US l'émergence d'un vrai scandale planétaire et un véritable coup d'état au cas où ils insisteraient à engager de façon illégale au regard du droit international les hostilités en Syrie.

5) Poutine a montré a l'administration US et certains membres de l'ONU qu'il détient des preuves irréfutables que l'attaque chimique fut une provocation planifiée par l'Occident ou ses alliés (Qatar, Turquie Arabie saoudite ..), et a menacé de les publier.

Laquelle est votre favorite?! Moi je mettrais dans l'ordre, de la plus à la moins vraisemblable: 5), 4), 3), 2), 1)



7&8/9/2013 et 4/10/2013


Suivez l'actualité d'un nouveau False Flag à travers de nombreux documents partagés publics sur ma page Facebook , le False Flag
de l'Empire pour faire tomber le suivant sur la liste (la Syrie) des pays que le général Clark avait révélée ( article sous ce lien à lire absolument)  suite au 11/9/2001.  Mobiles évidents: expansionnisme impérialiste, contrôler le Moyen Orient et ses ressources énergétiques stratégiques et renverser des régimes alliés de la Chine et de la Russie et ennemis d'Israel.

Le False Flag est tellement parfait qu'on dirait qu'il n'a été conçu que dans le but de mettre en flagrante évidence la bêtise ou l'immoralité (au choix) de ceux qui clament qu'il n'y a aucun doute quant à la culpabilité du régime de Damas !

Piqûre de rappel, quelques faits majeurs ! :

- C'est le régime de Damas lui même qui avait demandé la présence des inspecteurs du Conseil de Sécurité pour enquêter sur de précédentes attaques chimiques de Mars/Avril dernier et de moindre importance afin que ceux ci prouvent la culpabilité des rebelles (ce qu'un rapport d'une centaine de pages remis par les Russes à l'ONU établissait aussi de façon indépendante).
- Des islamistes syriens ont été arrêtés en Turquie en possession de gaz sarin .
- Juste au moment ou les inspecteurs de l'ONU sont à Damas et vont pouvoir enquêter et éventuellement rapidement confirmer les analyses des Russes et de Damas, survient l'attaque chimique à quelques minutes de là!! Quelle invraisemblable coïncidence!!
- Une attaque chimique dont les victimes sont pour l'essentiel civiles  donc une attaque absurde dont le seul mobile semble être de provoquer l'indignation et des réactions émotionnelles précipitées et irréfléchies : signature caractéristique des False Flag ciblant l'opinion publique.
- A ce moment là le rapport des forces avait évolué si bien que le régime de Damas était en train de gagner la guerre avec des armes conventionnelles et avec le soutient d'au moins 70 % de sa population (beaucoup de rebelles horrifiés par les crimes des Djihadistes qui se mettent en scène sur une multitude de vidéos sur youtube étaient repassés dans le camp loyaliste) contre des rebelles désormais surtout constitués de Djihadistes, si bien que la seule chose qui semblait encore pouvoir compromettre une victoire prochaine totale était le franchissement de la ligne rouge (précaution prévue à l’avance par l'empire pour avoir recours au Casus Beli au cas où les rebelles armés par le Qatar ne prendraient pas le dessus) définie par Obama, l'utilisation d'arme chimique: il n'y a rien de plus absurde , que d'imaginer que Bachar ait pu recourir à l'arme chimique précisément en de telles circonstances ! rien ne pouvait être plus suicidaire que cela !
- Les USAs et la France clament la culpabilité évidente de Damas et prétendent détenir des preuves , ... preuves dont nous n'avons toujours pas vu la couleur à ce jour, évidemment! fabriquer des preuves est possible mais cela peut se retourner contre les faussaires (cf les ADM en Irak) et après la Syrie, l'empire n'en aura pas terminé avec son planning de guerres: mieux vaut ne pas se griller complètement prématurément!
- La question centrale des preuves de la culpabilité de Damas est celle à propos de laquelle le traitement médiatique s'apparente le plus à de la propagande: matraquage permanent de phrases telles que: "cette culpabilité ne fait aucun doute", absence de débat, évitement du sujet (y compris dans l'émission "ce soir ou jamais" hier soir consacrée à la Syrie) et prises de positions contradictoires complètement occultées même lorsqu'elles sont issues de la Russie ou de l'ONU!

Plus de détails sur le site de Michel Collon ainsi que dans ses interviews toujours tres percutants et pertinents

Egalement à lire absolument, l'analyse d'Eric Denécé


9/8/2013

Drogue, Petrole et Guerre
Citation: "En 2000, Saddam Hussein insista pour que le pétrole irakien soit vendu en euros. Ce fut une manœuvre politique, mais qui augmenta les revenus récents de l’Irak grâce la hausse de la valeur de l’euro par rapport au dollar. » Trois ans plus tard, en mars 2003, les États-Unis envahirent ce pays. Deux mois après, le 22 mai 2003, Bush décréta par un ordre exécutif que les ventes de pétrole irakien devaient s’effectuer de nouveau en dollars, et non en euros.
Selon un article russe, peu avant l’intervention de l’OTAN en Libye début 2011, Mouammar Kadhafi avait manœuvré pour refuser le dollar comme monnaie de règlement du pétrole libyen, à l’instar de Saddam Hussein. En février 2009, l’Iran annonça avoir « complètement cessé de conduire les transactions pétrolières en dollars US. » Les véritables conséquences de cette audacieuse décision iranienne n’ont pas encore été observées. 

Je relaye et partage des docs qui me semblent importants sur ma page facebook.

7/7/2013

Je viens de découvrir Asselineau
C'est la première fois que j'aurais presque envie de voter pour quelqu'un (je n'ai même pas ma carte d'électeur à mon âge! )

Asselineau:

http://www.youtube.com/watch?v=94rVN0Ei3O8
http://www.youtube.com/watch?v=pCxCXZhNIhE
http://www.upr.fr/francois-asselineau


Pour le moment je ne vois pas la faille...je vais continuer à lire et regarder les videos 

http://www.youtube.com/watch?v=FewVVwJUViQ
http://www.youtube.com/watch?v=yHulFo2fFNc
http://www.youtube.com/watch?v=u-g__e_hUsM 
http://www.youtube.com/watch?v=KXO-Yv779nI (superbe débat!)

Première partie sur 4 d'une longue conférence tres instructive: 
http://www.youtube.com/watch?v=bZZf703Ck3o


3/6/2013

A voir sur arte+7 une passionante enquête sur un épisode de la guerre froide qui aurait pu très mal finir.  Implications étourdissantes! K 129 ne répond plus


25/3/2013

A voir (désormais gratuitement), le film "One- enquête sur Al- Qaida": édifiant!

6/3/2013

Dans la préface de l'ouvrage récemment publié sur la fusion froide par mon collègue enseignant chercheur Jean Paul Biberian, Stanley Pons codecouvreur de la fusion froide, déclare: très rapidement, je me suis rendu compte que le sujet avait été déclaré mort en Amérique , embaumé en Amérique et enterré en Amérique; et quant à moi, j'ai été de manière non officielle, exilé pour toujours par "les hommes du président".
Un de ces hommes fut Steven Jones, le premier à lever la main sur ces photos (lien youtube à 2:00) et on comprend mieux maintenant pourquoi Pons ne l'aimait pas.


Lorsque je leur ai expliqué pourquoi je privilégiais la piste de la fusion froide à propos des armes utilisées pour réduire en poussière le béton des tours le 11/9 et que j'ai refusé d'être coauteur de leur article sur la découverte de nanothermite, ayant effectué mes propres analyses qui ne me permettaient pas de conclure, S Jones et son équipe, avec lesquels je communiquais par email, ont décidé qu'on ne devait plus m'envoyer d'échantillons. Aujourdhui le discrédit de la fusion froide est toujours actif alors même que des vidéos circulent d'un générateur de 1 MegaWatt à fusion froide qui aurait déjà été vendu à plusieurs clients par A Rossi ... (cela fait maintenant plus d'un an mais les brevets de Rossi sont refusés et son réacteur à usage domestique semble être bloqué).
Les mouvements reopenistes évidemment focalisent l'attention des médias sur la nanothermite de S Jones ... le piège fonctionne à merveille!

19/2/2013

Le colloque sur le 11 septembre 2001 qui était prévu en septembre prochain à l'université de Lorraine, organisé par William Schnabel et auquel je devais participer, a été annulé subitement sans qu'aucune explication ne soit donnée à tous ceux qui ont fait l'effort d'envoyer toutes sortes de documents exigés (photocopie de Carte d'Identité, Curriculum Vitae, abstract de présentation)!!

Deux émissions interessantes sur les arcanes du lobbying en Europe et en France ont été diffusées sur Arte: Bruxelles Business et "dans l'antichambre du pouvoir". Aux députés qui se demandent comment ils pourraient survivre sans l'irremplacable expertise des Lobbyistes sur des sujets auxquels ils ne pompent rien j'aurais tendance à suggérer que sur un sujet polémique quelconque on ne peut se faire d'avis valable sans avoir organisé la confrontation saine car méthodique et efficacement arbitrée des thèses opposées en présence soutenues par leurs plus brillants avocats. Ecouter un lobbyiste d'Exon sur le gaz de schiste dans un bon restaurant d'accord mais pas sans avoir convié à la même table le plus dévoué et informé militant d'une association écologiste complètement indépendante par exemple ...  tellement plus divertissant et ... instructif! Je verrais bien aussi un lobbyiste d'Iter et JP Petit à la même table, mais la j'ai perdu tout espoir! Vraiment ces députés ne savent pas ce qu'ils perdent !
La confrontation systématique devrait être un reflexe pour toute personne en quête de vérité mais hélas les bonnes pratiques se perdent : quelle déception de voir  Caroline Fourest dans son dernier reportage sur les obsédés du complot alors qu'elle semblait par moment presque ébranlée dans ses convictions et sur le point d'entrevoir la possibilité d'initier une démarche de vérification personnelle, finalement rechuter brutalement en allant chercher l'avis faisant autorité des experts de service...


17/2/2013
Une pluie de météorites, probablement issues de la désintégration d'un unique petit corps venu de l'espace, s'abat et fait près de mille bléssés dans l'Oural et à 20 heures d'intervale l'astéroide 
2012 DA 14, de 50m de diamètre, a frolé la terre : un record de proximité (sa trajectoire est passée à l'intérieur de l'orbite des satellites géostationnaires) pour un corps de cette taille!

A priori aucun rapport entre les deux événements donc coincidence assez extraordinaire et par conséquent extrêmement suspecte ! Voir à ce sujet mes précédentes news 1 , 2 ,3 où j'expliquais pourquoi la plus grande vigilance est de rigueur après le 11 septembre sur ce type d'observations qui pourraient bien signaler une fébrile activité des militaires (US ou Russes) sur les armes naturelles, notamment météoritique. S'entrainer à dévier un bolide spatial sur une cible ? Seuls les plus naifs écarteront l'éventualité d'un revers de la main avec un petit sourire entendu, n'imaginant même pas que la recherche militaire secrête puisse avoir une avance considérable sur la recherche publique dans ce domaine!

Je signale également la réaction de Jirinovski ... (?!)

Petite mise à jour sur mon actualité du 12/1/2013:

Nouvelle série de vidéos sur le 11/9 qui charge les sionistes. Je suis loin d'être convaincu par ces analyses.
Même en imaginant que les attentats du 11 septembre servaient les intérêts de l'extrême droite Israelienne (cela ne me semble pas du tout évident qu'envahir un pays déjà mis hors d'état de nuire comme l'Irak était une bonne chose pour la sécurité d'Israel, ... sans doute le contraire en attisant la haine des populations arabes), les intérêts de l'extrême droite Américaine sont distincts et ne doivent pas être amalgamés: expansion de l'empire, Wargame (
en particulier le bras de fer avec la Chine et la Russie) nécessitant le contrôle du Moyen-Orient et main mise sur des ressources jugées stratégiques et s'inscrivant dans un plan de domination mondiale. Bush, Cheney, Condoleezza ne sont pas Juifs et ils devaient poursuivre ces interets là, ceux de l'empire US, qui n'avaient rien à voir avec ceux des Juifs. Si au final il est avéré que le bilan est désastreux pour certains intérêts US (par exemple pétroliers mais ... est ce bien le cas?) ... je pense que cela n'avait pas été anticipé contrairement à ce que les vidéos laissent sous-entendre.Par contre, l'extrême droite US avait tout intérêt sur le coup à impliquer (par exemples dans des transactions financières très juteuses liées au 11 septembre : assurance du WTC, délits d'initiés ...) autant que possible l'extrême droite sioniste pour trois raisons:

- Le message aux Sionistes devait être clair: si nous tombons vous tombez aussi (dans l'opinion internationale le fait d'établir que certains sionistes savaient à l'avance, ont profité ou se sont réjouis des attentats du 11/9 serait presque aussi dévastateur pour les intérêts de l'extrême droite israelienne que s'ils avaient réellement pris part à la planification des attentats). Excellente manière de s'assurer le soutien indéfectible du lobby Sioniste.
- Brouillage des culpabilités laissant entendre qu'un vaste réseau occulte, mêlant de multiples intérêts, serait à l'origine du 11/9.
- Contrôle du conspirationnisme dans les médias devenant très simple et efficace, toute suspicion à l'égard de la VO pouvant être plus facilement assimilée à du révisionnisme, du négationnisme voire de l'antisémitisme, si des données circulent semblant compromettre le Mossad et les sionistes:

 d'où sans doutes les espions Israeliens qui suivaient les "terroristes " sur le sol US pris en flag de rejouissance devant le spectacle d'effondrement des tours, d'où le rachat par L Silverstein du complexe du WTC avec une bonne assurance et la gaffe invraisemblable que fut la petite phrase de Silverstein: "nous avons décidé de le tirer" en parlant du WTC7, d'où peut être enfin le fait que GW Bush au lendemain du 11/9 ait attiré l'attention sur la phrase des néocons sionistes du PNAC: "ce qu'il faut à l'Amérique c'est un nouveau Pearl Harbor"... : de plus une telle série de monumentales gaffes au grand jour  à mon avis exclue  complètement une quelconque part de responsabilité du Mossad dans les attentats du 11 septembre 2001 et quoi de plus dangereux pour les intérêts des sionistes ultras que d'avoir de pres ou de loin été impliqués dans un tel crime au cas où cela viendrait à être découvert!?


12/1/2013

Chaque année des millions de vie sont sauvées par la vaccination.
Si des individus avaient classifié les recherches fondamentales qui ont permis l'élaboration des vaccins ceux-ci auraient pu être considérés comme directement responsables du décès de centaines de millions de personnes. Il ne s'agit là que d'un exemple portant sur une avancée scientifique très particulière (la vaccination) dans un seul domaine scientifique ( la médecine) et pourtant cela suffirait à faire de ceux qui auraient classifié ces recherches de facto les plus grand criminels (et de loin) de toute l'histoire de l'humanité.
Les découvertes révolutionaires en physique fondamentale sont de nature à faire progresser de façon spectaculaire le champ des connaissances dans de nombreux domaines et leurs retombées technologiques inouies améliorent les conditions de vie d'une façon aussi imprévisible qu'extraordinaire. C'est pourquoi, si une découverte de physique fondamentale était classifiée, nul doute que ceux qui seraient partie prenante dans cette dissimulation se rendraient en peu de temps coupables d'un crime contre l'humanité équivalent au sacrifice (torture et meurtre) de milliards d'être humains, 100 à 1000 fois plus meurtriers que les pires monstres et dictateurs que la terre ait jamais connus. Il n'y a donc en fait pas pire crime que celui que l'on commet pour raison d'état en classifiant ou dissimulant des découvertes scientifiques de premier plan et l'argument sécuritaire est bien entendu dans ce cas grotesque à un point si invraisemblable que le patriotisme ou le nationalisme qui en sont le pretexte doivent être considérés comme les pires  fléaux. Un patriote ou un nationaliste n'est il pas au fond qu'un mercenaire en puissance au service du crime organisé ? Au fond, le patriotisme est la seule solution que l'on ait trouvée pour se protéger contre d'autres patriotes (défendant une autre patrie), donc plus de patriotes, plus de problème!

Dans le film 'Sept ans au Tibet', on assiste à l'invasion brutale du Tibet par les Chinois et suite aux premiers massacres, un Tibétain décide de détruire l'unique dépot d'armes qui aurait permis aux Tibétains d'entrer en résistance. Celui que les habituels malfaisants considereraient comme un lâche ou un collabo, en agissant ainsi, a sauvé de nombreuses vies, et c'était la bonne décision à un contre mille contre le déferlement de barbarie Chinoise. Comme dans le cas d'un cataclysme naturel, il n'y a rien de mieux à faire en effet dans ce genre de situation que de laisser passer l'orage:
- les malfaisants souvent se disputent le pouvoir et s'éliminent entre eux ce qui fait qu'il y a une sorte d'épuration naturelle grâce à laquelle dans un second temps les moeurs s'adoucissent ce qui doit permettre tôt ou tard de voir émerger des conditions plus propices pour s'affranchir du joug de l'oppresseur à la façon dont les Indiens avec Gandhi l'ont fait pour devenir une nation indépendante: dans la non violence. Il devient alors possible de résister de façon efficace par le sabotage intelligent et la désobéissance ou tricherie systématique.

- Tous les empires finissent par s'effriter
et la culture qui l'emporte à plus ou moins long terme n'est en général pas celle des envahisseurs mais la plus avancée. Longtemps après l'empire romain et son saccage par les barbares, nous vivons dans un monde judéo-chrétien et parlons des langues latines.
- On peut tirer les leçons des déferlements de violence du passé pour éviter qu'ils ne se reproduisent: par exemple le déchainement de barbarie Nazi a été une conséquence prévisible du désastre économique de l'Allemagne d'entre les deux guerres étouffée et humiliée par le traité de Versailles.

13/9/2012

Les routes de la terreur (1, 2)

11/9/2012

Quelques videos marquantes, 11 ans après:

L'empire Goldman-Sachs

La face cachée du pétrole partie 1 partie 2

Architectes et Ingenieurs et l'enigme du batiment 7

Epouvantails autruches et Perroquets

Je devrais intervenir ce soir sur radio Ado dans une emission sur le 11/9

14/8/2012

J'ai insisté sur le fait que l'essentiel des conclusions du Nist sont invérifiables donc irrecevables pour la simple raison que les données qui permettraient une verification par des experts indépendants n'ont pas été publiées par le Nist. Manquait une référence dans mes docs.  La voici.


15/7/2012

En me replongeant dans la thermo, je trouve une erreur dans mon calcul concernant la dilatation du nuage de poussière suite à la destruction des tours le 11 septembre: il ne s'agit pas d'une détente isotherme et encore moins reversible donc la formule à utiliser (toujours avec les mêmes notations) pour le calcul du travail W effectué par le nuage  se dilatant d'un facteur f doit être P0 (f V -V) . Le résultat est 2 fois moindre qu'avec la formule erronée que j'avais utilisée mais la conclusion reste la même.
L'énergie gravitationnelle reste insuffisante même dans l'hypothèse ou elle n'aurait été consommée que pour contribuer à l'expansion du nuage ce qui est complètement irréaliste dans des effondrements gravitationnels : comme l'énergie gravitationnelle ne peut pas provoquer de surpression par vaporisation des solides, elle contribue pour très peu à l'expansion du nuage qui n'a donc en général qu'un volume à peine supérieur à celui initial du bâtiment.


25/5/2012

Un article qui semble évoquer des hypothèses assez proches des miennes mais sur le sujet la désinformation est  omniprésente sur le web et accapare quasiment tout l'espace. Lorsque des professionnels travaillent à temps plein à l'inonder d'idioties pour décrédibiliser par amalgame les thèses conspirationistes et un certain nombre de voies de nouvelles physiques (poar exemple fusion froide souvent amalgamée à l'anti-gravité, elle même amalgamée aux champs scalaires de Tesla amalgamés à toutes sortes de sujets ésotériques) ce n'est pas étonnant!

6/5/2012

Les cinq hommes traduits devant la justice militaire pour les 2.976 meurtres du 11 septembre 2001 ont observé un silence de plomb pendant l'audience de mise en accusation.

Hier, David Nevin, l'avocat de KSM a déclaré que son client était "extrêmement préoccupé par l'équité de cette procédure". Confronté au silence de l'accusé, le juge Pohl a voulu s'assurer que c'était bien "par choix", mais on n'a pas la moindre idée ce de que Me Nevin lui a répondu. C'est qu'à ce moment-là, pendant quelques minutes, l'autorité militaire a décidé de censurer les débats.

En effet, même les dix journalistes et les dix proches des victimes qui ont assisté à l'audience derrière une paroi vitrée, n'ont pu écouter les échanges que par micro interposé, avec un différé d'une quarantaine de secondes permettant le cas échéant de censurer les propos sensibles. De même, la retransmission vidéo de l'audience, pour les cinquante autres représentants de média qui avaient fait le déplacement, était légèrement différée.

La farce grotesque continue, de plus en plus énorme ! En effet, que pourraient bien être ces "propos sensibles", aujourdhui, 10 ans après le 11 septembre ? A quoi servirait il aux accusés de parler par exemple pour eventuellement expliquer qu'ils sont innocents, s'ils savent que leurs propos seront censurés ?

12/4/2012

Un article interessant sur le site de tss qui résume assez bien ma perception d'irreductible abstentionniste (je n'ai jamais voté). Il y a souvent des articles interessants sur ce site qui se définit comme un site de patriotes Français résistants contre l'assujetissement de l'é
tat français aux intérêts à la fois de l'empire américain et de son appendice israélien. Mis à part le fait que je m'efforce de ne pas être un patriote, nombre de ces analyses me semblent très pertinentes et les articles bien écrits.
(Pourquoi devrais je être patriote ? pourquoi devrais je defendre un pays dans lequel je suis né par hasard contre un autre ?, si je croise deux bandes de macaques qui se battent dans la savane, pourquoi devrais je prendre parti  pour l'un des camps alors que je pourrais, ce qui est tout aussi courageux, sinon plus, faire de mon mieux pour soigner, reconforter ou protéger pacifiquement toutes les victimes de quelque bord qu'elles se situent).

Une video interessante à propos de la dette et des déséquilibres du pouvoir, même si pour la solution envisagée par l'auteur (une constitution écrite par des citoyens tirés au sort pour un temps limité et non engagés dans la vie politique) je suis plutot pessimiste: il me semble qu'il est déjà top tard... mais ce sera peut être pour les temps à venir qui succederont au naufrage généralisé. Le contexte n'est pas favorable pour qu'une fraction véritablement conséquente de la population en vienne à être convaincue par ces idées. L'emprise des médias tenus par les oligarques est bien trop forte. Autre video du même type. Le message des videos est assez simple: les états ont préféré l'endettement et le chomage à l'inflation. L'inflation signifie que tout le monde s'appauvrit dans les mêmes proportions, alors que l'endettement et le chomage signifient que les plus riches et ceux qui travaillent peuvent continuer à s'enrichir tandis que les plus pauvres s'apauvrissent encore plus en particulier parcequ'ils doivent de plus en plus d'argent aux plus riches. Principal argument pour ce choix : il faut que les riches continuent de s'enrichir sinon ils partent et vont enrichir les nations concurrentes, en délocalisant leurs entreprises et en emportant aussi leurs fortunes privées. Si la richesse globale n'augmente pas bientôt en de grandes proportions, il n'existe évidemment aucune solution politique et sociale à cette alternative desastreuse: soit le bateau coule rapidement, soit on retarde le naufrage en sacrifiant les plus défavorisés (on jeterais les pauvres par dessus bord pour alléger le navire). En effet de toutes façons, le bateau doit couler ou, autrement dit,  la richesse globale doit ineluctablement diminuer de façon tres importante tout simplement parceque l'énergie et les matières premières non renouvelables vont être consommées et qu'il va falloir les partager entre un nombre croissant d'être humains sur terre, notamment les populations des pays émergents (inde, chine, brésil etc ) : c'est ce processus qui est déjà amorcé et qui, lui, n'a rien de cyclique!

Je ne crois donc toujours pas à une solution politique et sociale. Un autre problème majeur est celui du pouvoir et de son équilibre précaire. Le pouvoir repose essentiellement aujourd'hui sur le controle de la distribution des richesses, et il sera d'autant plus fort et tyrannique que la richesse globale est limitée et ira en s'amenuisant: les ressources naturelles (energies et autres matières premières
non renouvelables ) diminuent progressivement (surtout la richesse par habitant, compte tenu de la démographie des pays émergents qui veulent à juste titre leur part du gateau) jusqu'à epuisement. Pour une ressource illimitée et gratuite, même aussi vitale que l'oxygène de l'air par exemple, personne ne s'est jamais battu et de ce fait aucun pouvoir n'a pu croitre démesurement par le contrôle de cette richesse. Seule une révolution scientifique du type de celle que les avancées en fusion froide laissent esperer récemment, pourrait permettre d'envisager que toutes les autres ressources naturelles non renouvelables deviennent un jour prochain aussi inépuisables et "gratuites " que l'oxygène de l'air (l'énergie mais aussi les matières premières par transmutation) et que par conséquent le problème du partage de la richesse matérielle soit entièrement résolu en disparaissant complètement. Cela peut aller très vite. En science et technologie, lorsque des idées marchent il est très difficile d'empêcher complètement leur diffusion et leur avènement affirmaient récemment au CERN des orateurs invités à présenter les résultats portant sur la fusion froide. Souhaitons qu'ils voient juste. J'ai parié depuis longtemps sur une telle révolution qui me parait bien plus accessible et salvatrice (surtout à court terme dans l'urgence ou nous sommes) que l'illusoire revolution politique et sociale.

La théorie la plus en vogue pour expliquer la fusion froide est aujourdhui celle de Widom-Larsen qui a été brièvement exposée au CERN. Tout repose sur l'existence de champs electriques colossaux censés pourvoir émerger à la surface des métaux soumis à des impulsions EM lorsque des phénomènes collectifs d'oscillations de charges s'y produisent. Postuler que de telles valeurs du champ électrique puissent être atteintes en n'utilisant que les lois de la physique admises me semble complètement déraisonnable.
Remplacer ces champs électriques par des discontinuités de champ gravitationnel qui se produisent également sous l'effet d'impulsions EM selon DG et un certain nombre des idées de Widom Larsen pourraient fonctionner probablement beaucoup mieux.

8/11/2011

Je sors beaucoup (danse, musique) et rencontre pas mal de personnes de milieux très divers que je ne connais que tres superficiellement, certaines d'entre elles ayant des comportements suffisamment étranges pour que je m'interroge sur leurs motivations réelles et un possible lien avec mon activité sur ce site.

1/11/2011

Je débats sur le forum de Jef Randi ici
Le fait que le nuage de poussière soit resté à température ambiante alors que des dizaines de milliers de tonnes auraient été désagrégées par la chaleur et même transformées en fibres de scories, est une couleuvre difficile à avaler...et pourtant le fait est qu'il existe bien des phénomènes de refroidissement subits et spectaculaires en présence de microfoudres en boule par exemple  lors de disruptions dans les tokamaks ou la température du plasma s’effondre extrêmement brutalement, en quelques millièmes de seconde, d’un facteur 10.000, en passant de 100 millions de degrés à quelques dizaines de milliers de degrés (telecharger le pdf de ITER chronique d'une faillite annoncée sur le site de JPP page 37). Les experts ne les appellent pas micro foudres en boule mais plasmoides auto confinés ou même ... OVNIs !

13/10/2011

Cet éditorial de Nature consacré à l’affaire Hicheur (2 ans de détention provisoire à ce jour) peut vous intéresser

http://www.nature.com/nature/journal/v478/n7368/full/478155a.html


30/9/2011

Puisque Quirant ironise sur le niveau pathétique de mon calcul (du 19/9 news un peu plus bas) d'ordre de grandeur du rapport des moments des colonnes entre les étages impactés de WTC1 et WTC2, il n'est pas inutile que je donne quelques précisions. J'avais obtenu à la main un facteur 10 en considérant la colonne du coeur CC501 à deux étages représentatifs des impacts sur WTC1 et WTC2. Je viens donc de revérifier avec le petit logiciel ETBX gratuit jusqu'à 30 jours d'essai et très simple d'utilisation. J'obtiens les modules
aux étages 77 et 92:



Il faut bien sur comparer le Ixx de l'une avec le Iyy de l'autre (car le logiciel permet le calcul pour une poutre orientée I plutot que H), les rapports sont de l'ordre de 7.5 . Je ne sais plus quels étages j'avais considérés pour mon calcul mais il suffirait evidemment de prendre un étage un peu plus haut pour WTC1 (entre 93 et 99) , pour que le rapport soit de l'ordre de 10, et par conséquent mon calcul à la louche sur un coin de table permettait bel et bien d'établir que WTC2 aurait du tenir beaucoup plus longtemps que WTC1 si on ne s'en tient qu'à l'affaiblissemnt des colonnes d'acier par le feu, puisque, d'après ce calcul, les colonnes  sont nettement plus surdimensionnées à l'étage 77 qu'au 92, fait crucial que semblent avoir ignoré les auteurs de l'ouvrage "avis d'experts" !

23/9/2011

Il y a plein de théories alternatives qui fleurissent en ce moment et qui toutes prétendent expliquer les effondrements des tours jumelles. La bonne nouvelle est que ces théories emergeantes peuvent être publiées, même dans le monde (car elles sont pro VO). Pourquoi bonne nouvelle ? Parceque toutes ces théories revellent un fait crucial: tout le monde commence à comprendre que la version du Nist ne tient pas la route bien qu'elle soit de loin l'étude la plus poussée, encore récemment à juste titre considérée comme la référence absolue au soutient de la VO : avec un budget de 16 M$ , une centaine d'ingenieurs ultra competents, 3 ans d'étude, les moyens informatiques bien au delà de ceux toutes les autres études indépendantes, l'etude du Nist prétendait expliquer l'effondrement par les incendies de bureau seulement et les degats liés aux impacts. Voici un pdf de 4 pages petit résumé que j'ai rédigé des conclusions auxquelles je parviens.

Il va sans dire que la nouvelle théorie de destruction par la réaction explosive de l'Aluminium avec l'eau publiée récemment et dont un article du journal le monde se fait echo ce matin n'explique pas : la présence d'acier fondu (pas seulement de l'Aluminium) en grandes quantités à GZ ce qui signifie que des températures bien plus importantes ont été atteintes, le degré de pulvérisation du béton dans lequel on ne trouve pas des myriades de microsphères d'aluminium mais des myriades de microsphères de fer, un écoulement de métal liquide à pres de 1400°c (jaune clair) de la tour sud juste avant son effondrement...etcetera

19/9/2011

Les colonnes extérieures ont été photographiées juste avant les effondrement sur les faces opposées aux impacts, et elles etaient courbées de jusqu'à presque 1.4 m vers l'interieur: c'est un phénomène réel qu'il faut comprendre d'autant plus que c'est lui qui declenche l'effondrement basculement. Or la seule chose dans le cadre de l'effondrement par le feu qui pourrait expliquer ce phénomène, serait le tirage par les planchers ... qui ne marche pas car des qu'il y a tirage, les fixations (soudures et boulons sont détruites).
Il faut donc bien quelque chose d'autre qui tire si ce n'etait pas les planchers, donc forcement un systeme artificiel: verins ou autres, c'est une question incontournable! Ce système pouvait être à un étage inferieur entièrement condamné (on sait qu'il y en avait), transmettant par câbles la traction donc pas de soucis de discretion puisqu'il n'y avait qu'a dissimuler quelques câbles (par exemple au dessus des faux plafonds).

D'après les cartes du Nist les colonnes aux étages impactés de WTC1 n'étaient chargées qu'à moitié de leur capacité, ces étages pouvaient donc soutenir le double  de la charge des étages supérieurs. En calculant les moments d'inertie d'une même colonne du coeur au niveau des étages impactés de WTC1 puis ceux de WTC2, d'après les données détaillées que l'on trouve ici. J'obtiens que le moment est en gros multiplié par 10 lorsque alors que la charge est doublée seulement lorsque on passe des étages impactés de WTC1 à ceux de WTC2. Donc WTC2 pouvait presque soutenir 10 fois la charge au dessus des étages impactés (si on néglige la variation de masse des étagesqui est essentiellement celle des planchers à cette hauteur). Il aurait fallu beaucoup plus de temps pour affaiblir par la chaleur les colonnes de WTC2 au même point que celles de WTC1: c'est encore pire que ce que je croyais en ce qui concerne la validité du calcul à la précision annoncée comme "chirurgicale" des ingénieurs avec qui j'ai débattu sur la radio "ici et maintenant"! (voir mon dernier post).

13/9/2011

L'émission de la radio "ici et maintenant" a permis enfin un véritable débat technique médiatisé entre défenseurs de la VO , deux ingenieurs ayant publié récemment l'ouvrage, "avis d'experts" et moi même.  Un article vient d'être publié sur agoravox et je viens d'y publier un post dans lequel j'ai un peu clarifié et complété mes prises de position car je me suis peut être assez mal exprimé à plusieurs reprises. Je voudrais donner ici toutes les références et explications complémentaires en ce qui concerne mes objections à Mr Fouad Bouyahbar.

D'après l'article de Z Bazant (au bas de la page 318): Effect of elastic waves: aucune contrainte destructrice ne peut se propager plus rapidement que l'effondrement progressif en pile d'etages, également aussi parce que les colonnes sont de plus en plus resistantes au fur et à mesure que l'on descend dans la structure.

Je vais être plus pédagogique: les contraintes que l'on applique aux matériaux produisent des déformations élastiques de ceux-ci (le matériau reprend sa forme initiale lorsque la contrainte cesse comme un ressort) et au delà d'un certain seuil, des déformations plastiques définitives (si vous tirez trop fort sur le ressort). Les déformations élastiques peuvent se propager car lorsque l'élément matériel déformé revient par élasticité à sa position initiale, il restitue son énergie et la délivre à l'élément voisin, et ainsi la déformation se propage de proche en proche. Les déformations plastiques au contraire absorbent définitivement l'énergie qui a été délivrée à l'élément de structure déformé: il en résulte que les ondes produisant des déformations plastiques s'amortissent extrêmement rapidement: en fait elles détruisent leur support de propagation ce qui leur est fatal. Ce faisant leur énergie tombe très rapidement à une valeur qui ne leur permet plus que de produire des déformations elastiques qui elles peuvent continuer de se propager avec très peu d'amortissement. Ces ondes élastiques peuvent éventuellement atteindre et détruire des parties plus bas dans la structure mais seulement à condition que ces éléments de structures soient moins résistants que ceux dans lesquels l'onde a pu se propager jusque là, or les colonnes sont de plus en plus resistantes au fur et à mesure que l'on descend dans la structure. De plus l'énergie qui serait consommée par cette destruction ne serait que celle apportée par ces ondes élastiques, necessairement très faible si elle a pu se propager sans être amortie jusque là. Voilà pourquoi des champions de la VO comme Bazant n'ont pas eu d'autre choix que celui du modèle en pile d'étages pour rendre compte de la propagation de la destruction vers le bas: on ne peut pas faire plus rapide sauf à réécrire tous les ouvrages fondamentaux de mécanique.


Les temps de chauffage nécessaires pour aboutir à l'initiation de l'effondrement pour WTC1 et WTC2 devraient être les mêmes si on tient compte du fait que les épaisseurs et formes  des colonnes sont adaptées à la charge (nombre d'étages qu'elles doivent soutenir). Par exemple si les colonnes peuvent soutenir deux fois leur charge aux niveaux des étages impactés de WTC1 cela doit aussi être le cas à peu près pour les colonnes des étages impactés de WTC2. Donc dans WTC1 comme dans WTC2 il faut réduire par la chaleur la résistance des colonnes d'un même facteur 2 (et non pas d'un facteur moins important pour WTC2 sous pretexte qu'il y avait plus d'étages, donc de charge au dessus de la zone impactée) . Ceci étant correctement pris en compte le calcul des auteurs de "avis d'experts" devrait aboutir au même temps de chauffage dans WTC1 et WTC2 en désaccord avec les observations.  De plus leur calcul montre que des températures de près de 600°C de l'acier des colonnes (et non pas simplement du feu) serait nécessaire pour aboutir au flambement généralisé. On en est très loin d'après le Nist dont, par exemple, les cartes de températures pour tous les étages en feu de WTC1 en fonction du temps sont dans le chapitre 9 ici.

P232 et suivantes ici on trouve les ratios entre la charge et la capacité de chaque colonne à différents stades pour les colonnes du coeur de WTC1: 8 colonnes sont en situation de flamber au bout de 100 minutes: ce sont les colonnes qui se dilatant plus que les autres reprennent plus de charge, mais la majorité des colonnes n'a pas subit une dégradation du rapport de plus de 10% par rapport à avant l'impact comme vous pouvez le voir : la capacité globale du coeur est assurée avec pas mal de marge.

Surtout les ingénieurs avouent dans le rapport du Nist qu'ils n'ont pas réussi à obtenir de forces de tirage significatives des planchers sur les colonnes exterieures et ont du les appliquer à la main pour permettre la destruction observée des colonnes exterieures en face sud de WTC1.
NIST 1 6 C page 149  et pour les détails  NIST 1 6 D page 37 et 38  (Le Nist donne plusieurs raisons possibles de l'echec des simulations). "Therefore the full-floor model did not show significant tension at the floor/exterior wall interface" en bas de la page 37.

Il faut noter également que l'initiation de l'effondrement  n'a pas été simulée. Ils se contentent de dire dans le rapport que vraisemblablement (likely)  la destruction de quelques colonnes exterieures en face Sud pour WTC1 a conduit à une instabilité qui s'est propagée et à conduit à la ruine généralisée (tout ceci alors que le coeur et les faces est et ouest avaient encore une grande reservé de capacité de soutenir la charge malgré les reports de charge dus aux colonnes affaiblies par le feu ou détruites par les impacts initiaux (leur charge n'a augmenté que de 30%, voir les tableaux détaillés dans Nist 1 6 D). )

Je pense que ce serait pas mal de faire la liste de toutes les personnes décédées dans des circonstances étranges ces dernières années, j'aurais déja rajouté aux noms donnés au cours de l'émission par Mr Marty-Vrayance, Jovenko mais aussi l'étudiant de Judy wood et les biologistes dans l'affaire de l'anthrax...

Sur le Pentagone je ne suis pas intervenu mais j'ai un scénario préféré que j'ai soutenu dans ces pages: je pense qu'il y avait l'avion de ligne réel sur la trajectoire donnée par de nombreux temoins, mais trajectoire qui n'est pas celle des lampadaires, celle de la VO. Et je pense que cet avion s'est bien écrasé sur le Pentagone mais à angle droit! On ne voit pas de débris d'avion après le crash! normal si tous les débris sont à l'interieur, non ?
Les dégats à la facade (avant que certains murs ne s'affaissent) ne me choquent pas pour un crash de l'avion de ligne à faible vitesse (et non pas les 800km/h de la VO) à angle droit (mais ca ne marcherait pas avec l'angle de la VO pour lequel l'envergure projetée aurait été plus grande ). L'autre trajectoire, celle des lampadaires correspond à celle d'un petit drone qui est venu perforer la facade juste avant l'avion. Cela aide aussi à expliquer que tous les débris ou presque de l'avion soient à l'interieur. C'est un autre avion, un hercule C130 qui a été vu après le crash, qui avait probablement largué ce drône extremement rapide et petit et qui donc n'a été vu par personne ou peut être un seul témoin qui a decrit un missile avec des ailes. J'ai du mal à imaginer que des militaires optent pour un scénario ou l'avion survolerait le pentagone au lieu de se crasher dedans, surtout si une explosion se produit et que tout le monde cherchant ce qui s'est passé ne manque pas alors de noter un avion qui survole le Pentagone à trés basse altitude.

Ceci dit comme d'habitude je me suis tenu à l'ecart de débat sur le Pentagone car l'essentiel des données sont fournies par les officiels (ce n'est pas le cas pour les tours jumelles) et donc ils peuvent toujours revenir sur leur position et nous fournir une énième version ou vidéos manipulées comme ils l'ont déjà fait à maintes reprises.


10/9/2011

Je viens de parcourir "11 septembre , avis d'experts" , écrit par deux ingénieurs français défenseurs de la VO. Les auteurs y décrivent un nouveau procédé pour briser le béton et utilisable en démolition contrôlée: l'utilisation de tubes à Plasma. Je cite: "il ne s'agit pas d'explosif ce qui réduit les contraintes de mise en oeuvre, ensuite il ne produit pas d'onde de choc comme les explosifs". Le plasma peut être créé par décharges électriques ou champs EM intenses. Je cite encore: "Le fait que cette technique soit encore expérimentale en France et n'ait pas encore été exploitée à l'étranger peut expliquer que les spécialistes Américains n'en aient pas encore eu connaissance, il s'agit pourtant d'un procédé essentiel pour comprendre la destruction des immeubles et particulièrement la destruction des tours telle qu'elle s'est opérée le 11/9 ".
J'imagine que les auteurs ne croient pas si bien dire , la techno ou une variante pouvant très bien avoir été développée depuis longtemps et dans le secret  par les labos militaires US.
Malheureusement
, même si la technique produisait des jets de béton pulvérisé à des faibles niveaux acoustiques par rapport à des explosifs sont intérêt ne semble pas évident dans le cas d'une structure porteuse en acier comme au WTC.

Les décharges puissantes dans le plasma pourraient elles produire des myriades de foudre en boule que je postulais jusqu'à présent et qui seules pouvaient pulvériser une grande quantité de béton?

Je privilégie encore l'explosion de fils métalliques par des décharges electriques puissantes, techno qui génère véritablement des micro foudres en boule au labo, et qui est aussi utilisée pour éclater des fondations de béton! Il est prévu que je participe à un débat avec ces "experts" et d'autres dimanche 11 septembre au soir sur la "radio ici et maintenant".


7/9/2011

Je viens de publier un post sur agoravox: Bonne lecture


31/8/2011

Aux dernières news la collaboration de Rossi avec les grecs qui devaient industrialiser et commercialiser le réacteur à fusion froide, mais seraient à court de financement, n'a pas fait long feu. Les labos militaires US manoeuvrent ils pour récupérer le bébé ?! Inquiétant...

Par ailleurs,

Voici un article qui fait toute la lumière sur le processus de sulfuration de l'acier à haute température et pression atmosphérique. Pour résumer:

Dans une atmosphère de SO2 à pres de 900 degrés, l'attaque du fer debute par la formation d'une couche de FeO et FeS formation d'autant plus rapide que la température est importante mais la croissance de cette couche s'interromp à une epaisseur asymptotique de l'ordre de 30 microns (epaisseur atteinte plus rapidement à haute température, 2 minutes à 900°C). Ensuite le fer du coeur en dessous de l'écaille migre à travers cette couche vers la surface où il s'oxyde et fait croitre une autre couche plus superficielle d'oxyde de Fer, processus d'oxydation à peine plus rapide que celui qui se produirait dans une atmosphere d'oxygene sans Soufre.
 
Ainsi, même au bout de 4 heures à 900 degrés sous une atmosphère de dioxyde de soufre, on aboutit à une couche FeO-FeS très fine (30 microns) et par dessus la couche d'oxyde FeO de 150 microns. Même si l'écaille se détache et si le processus reprend, la couche de FeO-FeS ne représentera toujours qu'une épaisseur infime. Or au WTC on a des plats de 5cm d'acier réduits de moitié par un processus qui a donc liquéfié 2.5cm d'epaisseur d'acier. Hors jeu donc le soit disant eutectique FeO-FeS qui ne devrait représenter qu'un épiphénomène (épi = de surface: c'est le cas de le dire) même s'il existait.

 
Bref, ce precieux article tord le coup à pas mal d'aneries pro VO racontées à propos de cet eutectique Fer-Soufre. De plus, la thermate étant exclue, ayant une trop faible concentration de soufre, il reste à trouver le mécanisme par lequel le Fer et le soufre mais aussi parfois l'Aluminium et tant d'autres éléments se sont ainsi intimement mélangés dans les débris du WTC. A part mes mini foudres en boules (ne pas manquer ma vidéo) idéales pour fusionner, vaporiser et mixer les éléments puis les recracher dans l'environnement je ne vois pas!!

5/6/2011

Analyse d'un nouvel article sur la fusion froide.

30/5/2011

Voilà un article que quiconque soutenant la thèse de la nanothermite pour la destruction des tours du WTC aurait tout intérêt à lire. Il se peut que je n'ai pas assez insisté sur ce point dans mes documents mais un des principaux problèmes avec la nanothermite est qu'elle ne projette pas des gaz à grande vitesse et donc ne pouvait accomplir le travail mécanique destructeur requis pour expliquer le taux de destruction atteint au WTC.

2/5/2011

"Ben Laden est mort! La CIA l'a enfin trouvé!" mais ... qui dit cela? , qui est à la source de toutes ces "informations" ? qui a identifié le corps de Ben Laden avant de le couler en haute mer ? , pouvez vous vérifier tout cela ? "Journalistes" de France "Info", la question de savoir si les sources officielles sont fiables n'est elle pas celle que vous devriez vous poser avant tout avant de participer à ce qui a une grande probabilité de n'être qu'une navrante propagande !?
Je rappelle que les vidéos de Ben Laden publiées par l'admin US post 11 septembre sont toutes de grossières falsifications, je l'ai démontré facilement pour celle-ci (slide 13: un nez 30% trop gros)! On a tendance à l'oublier mais avec les moyens modernes on peut tout falsifier de façon très convaincante ! : l'image, le son ... (souvenons nous comme le tyranosaure de Jurassic Park avait l'air vivant!) mais le plus simple est souvent de partir de scènes réelles plutot floues pour n'avoir à faire que  des manips limitées. 
A lire également
Ben Laden vient d'être abattu, et le risque d'actes terroristes n'en sera que plus grand dans les temps à venir, disent ils. Mais ... terrorisme islamiste ou une fois de plus terrorisme de l'empire dirigé contre sa propre population ? Quid de la sureté d'une centrale nucléaire française dans le cas d'une attaque terroriste du deuxième type, une attaque aux armes sismatiques et climatiques combinées ? JP Petit écrit sur la tempête de 1999 qui noya  la centrale du Blayais dans l'estuaire de la gironde : "

Revenons à cette centrale du Blayais. Comme le reportage (de complément d'enquête, la catastrophe qui change tout sur France 2) va nous le dire plus loin, en 1999 une tempête, imprévisible et non prévue, noya la centrale. Une tempête se traduit par un vent violent. Mais c'est aussi une dépression qui voyage. Celle-ci crée une "marée barométrique". Le niveau de l'eau s'élève. Le vent entraîne cette masse liquide vers la côte. En 1999 on est passé à côté d'une catastrophe, et vous comprenez pourquoi. Les diesels et les pompes de secours, en sous-sol, furent inondées. Par miracle, deux sur quatre continuèrent de fonctionner.

Cela aurait pu être bien pire si l'ouragan qui a traversé la région s'était produit quand les eaux étaient hautes, à un maximum de marée.

25/4/2011

Je n'appartiens à aucun mouvement politique ou religieux et toutes mes initiatives procèdent d'une démarche rationnelle isolée, individuelle et singulière, c'est ce qui à mon sens pourrait faire leur valeur.
En particulier, je ne dénonce pas l'inside job du 11 septembre par sympathie pour l'islam: un certain nombre d'idées véhiculées par l'islam me semblent choquantes pour une conscience moderne et à fortiori pour le végétalien que je suis. Ces croyances tendront à être abandonnées, je pense, par tous ceux qui atteindront un niveau d'instruction suffisant: que l'école de la république fasse donc correctement son boulot et les mosquées se videront au même rythme que nos églises se sont vidées depuis le 19ème siècle. A cela, certains pourront rétorquer que justement l'école est désormais submergée par des masses issues de l'immigration en provenance de pays en retard de développement et, désormais complètement dépassée, ne peut plus assurer son rôle.

Peut être mais ...

- Pourquoi toutes ces populations sont elles contraintes à l'exil si ce n'est parceque le pillage néocolonial du tier monde par les grandes  puissances se poursuit ne laissant aucun espoir à ces populations de combler leur retard et d'améliorer leurs conditions de vie matérielles dans leurs pays d'origine?
- Pourquoi l'immigration est elle enfin favorisée par les oligarques si ce n'est parceque le système ne permet à nos entreprises de rester compétitives que si celles-ci, si elles ne peuvent se résoudre à délocaliser, trouvent sur place une main d'oeuvre d'esclaves qui n'auront pas d'autre choix que d'accepter le travail dans les pires conditions de rémunération?

Mais ce n'est pas non plus parceque je dénonce ces méfaits bien connus de la mondialisation que je sympatiserais avec les thèses de l'extrême droite ou de l'extrême gauche! car il n'y a tout simplement plus aucun moyen pour un pays ou même plusieurs pays associés de se soustraire aux lois du système économique et financier mondial. Il est trop tard, les réseaux de dépendances de nos entreprises sont désormais beaucoup trop étroits pour permettre à celles-ci de jouer un autre jeu que celui dont les règles sont fixées par le libéralisme débridé à l'echelle mondiale, le système ne laisse plus de marge de manoeuvre suffisante pour permettre d'envisager d'eventuelles solutions politiques: i.e des mesures économiques et sociales qui amélioreraient significativement la situation en restant à technologie donc richesse constante.
En fait, nous sommes endettés de telle sorte que la politique de notre pays est tout simplement dictée par les oligarques: nos créanciers. Si nous continuons à élire des marionnettes à leur solde la descente aux enfers se poursuivra imperturbablement suivant leurs plans préétablis. Mais si nous refusons de jouer le jeu en élisant un rebelle d'un extrême ou de l'autre, la ruine n'en sera que plus précipitée.  C'est pourquoi le militantisme politique aujourdhui me semble absurde et c'est probablement parceque j'ai eu très précocément ce genre d' intuition que je n'ai jamais voté de ma vie.

J'imagine pourtant une solution envisageable à cette situation très préoccupante : un accroissement soudain des richesses rendu possible par des découvertes scientifiques majeures qui permettraient de produire de l'énergie et des matières premières à coût dérisoire. Ma conviction est qu'en fait les découvertes empiriques d'un champ de nouvelle physique ont déjà été faites et qu'il n'y a qu'un seul obstacle à ce qu'un nouveau paradigme scientifique voie bientôt le jour: cet obstacle est le blackout décidé par l'empire sur la nouvelle physique, sur un domaine de recherche médiatiquement discrédité mais sur lequel des programmes sont poursuivis dans le secret des labos du DoD à des fins de suprématie militaire exclusivement c'est à dire qu'au lieu de permettre à la richesse produite mondialement de croître grâce à des nouvelles technologies  profitant d'un changement de paradigme ce qui redonnerait un sérieux espoir de pouvoir satisfaire les besoins de tous, les choix de l'empire font à l'inverse que la richesse globale demeure limitée, non renouvelable. Quand les ressources commencent à se tarir même les riches commencent à perdre de l'argent et comme le dit le vieux proverbe : lorsque le riche perd de l'argent, le pauvre meurt!

Une des voies d'issue que je privilégie dans ce contexte est donc d'aider à faire éclater le scandale du 11 septembre car s'il y a de la nouvelle physique à dévoiler à la clef (celle qui a été etouffée dans l'oeuf dans les années 80: la très mal nommée "fusion froide") comme à chaque fois que quelque chose a été découvert qui fonctionne et produit beaucoup de richesse, il sera très difficile d'empêcher que tout le monde ne se précipite dans la voie une fois celle-ci ouverte et une croissance quasi -exponentielle d'une richesse quasi gratuite s'ensuivrait qui saperait entre autres les espoirs de toute puissance des oligarques.

L'autre voie que je privilégie est personnelle, celle qui consiste à se dire : "si le navire cours au naufrage l'important au final sera peut être de pouvoir simplement se dire qu'on aura fait ce qu'on pouvait de mieux à sa propre petite échelle, en exerçant peut être la seule part de pouvoir bien réel dont chacun de nous dispose : le pouvoir du consommateur."
En tant que consommateur végétalien je peux contribuer, certes modestement, à faire évoluer les choses dans le bon sens, pour les animaux, le tiers monde, l'environnement, la santé .

Je voudrais préciser que ce n'est pas par attachement à la nation que je redoute un nouvel ordre supra-étatique, à la limite mondial. Si j'habitais dans les POs dont je suis originaire peu m'importerait au final, d'être un français, un catalan, un européen ou à la limite citoyen du monde. Ce qui m'importe c'est que, si l'histoire de nos vieilles nations s'est inscrite dans le sang, au terme de chaque tragédie, un certain nombre d'acquis ont été obtenus et au final nous avons la chance de pouvoir vivre dans des états de droits, avec des constitutions qui nous protègent, nous bénéficions d'acquis sociaux, et en France en particulier, le principe de laicité est un acquis des plus précieux. Bref nous sommes protégés jusqu'à un certain point des abus de pouvoir par un ensemble complexe de lois conçu et perfectionné pour équilibrer les pouvoirs, un équilibre naturellement très instable.
Dans un transfert de souveraineté vers les régions ou au contraire à plus grande échelle vers de nouvelles instances européennes, il y a peu de chance compte tenu du contexte, que cela ne s'opère pas au détriment d'un grand nombre de ces acquis.  Quelle meilleure façon de conquerir le pouvoir pour les puissants organismes financiers et multinationales que d'affaiblir les états et de faire en sorte que le pouvoir glisse vers de nouveaux organismes supra étatiques. Mais l'équilibre des pouvoirs a été rompu depuis longtemps lorsque on a laissé des firmes privées se regrouper et s'enrichir jusqu'à devenir de véritables empires plus riches et plus puissants que certains états. Ceci dit les  internationalistes qui défendent leurs interêts privés ne sont peut être pas les plus à craindre dans les processus de transfert de souveraineté. En effet, des lors qu'emerge un nouveau pouvoir la question se pose de savoir s'il est efficacement protégé contre des réseaux d'influence occultes, que ceux-ci oeuvrent pour les intérêts de certaines nations plus riches donc plus influentes, de grandes religions, de sectes ou autres ...

J'ai dénoncé comme beaucoup d'autres les dérives anti-démocratiques qui ont suivi aux USAs en particulier les événements du 11 septembre. Je dois donc préciser que je ne suis pas particulièrement démocrate non plus au sens ou on l'entend habituellement: la démocratie étant ce système politique par lequel l'âme de tout un peuple abruti de propagande arrive à rentrer en resonance avec le discours d'un dictateur en puissance ce qui finit par aboutir à ce que l'on sait ... Il y a probablement mieux à inventer...

15/3/2011

Le 30 Novembre dernier je me posais la question dans cette page :
Haiti: après tremblement de terre et cyclone, le choléra. Un terrain d'experimentation d'armes naturelles US avant d'aborder de plus grandes echelles? Difficile à croire, cependant, je dirais que dans un monde où le 11 septembre a eu lieu, les criminels étant encore au pouvoir, il ne faut rien exclure à priori.

Je ne vois aucune raison de ne pas réiterer la mise en garde suite à toutes ces catastrophes qui ont frappé cette année Australie, Nelle Zélande, et Japon. Les armes naturelles sont en fait des armes de guerre économique idéales tant que personne ne se doute de leur mise en application.

21/1/2011

Juste pour signaler que

- Mes commandes sur internet continuent d'être systématiquement bloquées pendant des semaines dans les circuits de ? la poste ?...
- Après m'avoir volé au printemps dernier mon iphone, c'est il y a quelques semaines mon ordinateur portable qui a été volé dans ma voiture sous le siège ou je l'avais caché après forçage de la serrure, ainsi qu'une écharpe magenta.

4/1/2011

Bonne année à tous mes lecteurs auxquels je reserve une surprise.  Ayant réalisé que mes docs etaient parfois assez techniques et  lourds, impliquant des heures de lecture sur le net , j'ai décidé de faire une série de videos didactiques pour exposer les anomalies de la VO et les preuves de la démolition explosive des tours le 11/9, en utilisant les bons arguments, c'est à dire ceux que les truthers doivent mettre en avant pour convaincre des sceptiques ayant un bagage scientifique et technique. Comme ca vous pourrez regarder les videos sur votre écran de TV ou video projo bien confortablement instalés dans votre fauteuil. C'est bientot prêt mais voici en avant première quelques reflexions sur le degré de pulvérisation et le fameux article de F Greening concernant la pulvérisation du béton. Il y a du nouveau à ce sujet:

Qu'est ce que les défenseurs de la Version Officielle ont à nous dire à propos d'un tel degré de pulvérisation de la majeure partie du béton des tours du wtc. J'ai pu identifier deux stratégies de défense : la première consiste à nier qu'une fraction importante du béton ait été pulvérisée en sous entendant, que les 110 planchers compactés à l'impact à 180 km/h sur le socle rocheux ont constitué des strates solides très compactes concentrées dans les 21 mètres de sous sols du WTC. Nous y reviendrons...

En attendant, nous pouvons faire un sort à la deuxième ligne d'argumentation de ceux qui ne nient pas la pulvérisation mais prétendent nous démontrer, comme Bazant et Greening, équations à l'appui, que la pulvérisation de la totalité du béton était largement dans les moyens des effondrements du 11/9, l'énergie gravitationnelle disponible ayant été très supérieure à l'énergie requise pour y pulvériser tout le béton.

Considérons à nouveau notre bloc d'étages supérieur qui écrase et accrète au fur et à mesure tous les étages qu'il impacte. Pour obtenir un effondrement aussi rapide que possible, Bazant a considéré des pertes énergétiques pour vaincre les résistances des colonnes très faibles par rapport à l'inévitable énergie qui est consommée pour mettre en mouvement les étages rencontrés, par conséquent, tout se passe à peu de chose près comme si les planchers flottaient dans le vide, attendant d'être percutés et n'offriront d'autre résistance au mouvement que leur propre inertie. C'est une chose qui est dailleurs explicitement admise dans le dernier article de Bazant.

On peut alors se dire naivement : cet énorme bloc de 12 ou 15 étages de masse M lancé à des dizaines de mètres par seconde a une énergie cinétique énorme: il n'aura aucune difficulté à détruire et même commencer à pulvériser significativement le béton de masse m de ce plancher qu'il est sur le point d'impacter.

En fait pas du tout à cause du recul du plancher en question qui va absorber quasi toute l'énergie. Le mieux est d'effectuer un petit changement de référentiel pour le comprendre: on a tout a fait le droit de se placer dans le référentiel ou c'est le bloc d'étages qui est au repos, et le plancher qui se précipite sur lui à la vitesse v. Comme dans ce cas le recul du bloc final est négligeable étant beaucoup plus massif, on voit plus facilement que toute la perte d'énergie au cours de la collision, énergie disponible entre autre pour fracturer du béton, n'est rien d'autre que l'énergie cinétique incidente 1/2 m
v2 de ce plancher et non pas 1/2 Mv2. Autrement dit chaque kilo de matière de ce plancher ne dispose que de sa propre énergie cinétique pour le détruire.

Ce serait aussi le cas lorsque la pile totale de 110 étages atteindrait le socle rocheux: à nouveau il n'y a pas de recul possible donc chaque kilo de matière devrait entièrement céder son énergie cinétique sous une forme ou sous une autre et ne dispose en moyenne que de cette énergie pour se détruire. L'énergie disponible eventuellement pour de la fracturation par unité de masse n'est que (1/2 m v2) /m autrement dit,
1/2 v2 qui est formule qui s'applique à tous les impacts jusqu'au final.

Sur les 110 chocs subis au WTC la plupart ont eu un effet destructeur nul ou négligeable sur un étage donné car seuls 3 en fait pouvaient contribuer à détruire significativement cet étage, le choc subi lorque la pile supérieure a impacté cet étage (1), le choc suivant avec l'étage juste en dessous (2), le choc (3) à l'impact final de loin le plus violent car la vitesse donc
1/2 vy est en moyenne très supérieure.

Dans le cadre du modèle de Bazant cet impact final, de loin le plus destructuer en moyenne se produit à 50 m/s soit 180 km/h qui est aussi la vitesse atteinte après une chute libre d'une hauteur de 125 mètres. On voit que la question devient du coup très simple : une masse de béton en chute libre depuis une altitude de 125m  pourrait elle être significativement pulvérisée à l'impact au sol? Vous pouvez vous amuser à laisser tomber un bloc de béton d'une falaise de cette hauteur.  Cela suffira t'il à pulvériser votre bloc de béton?

On se doute que non si on a déja jeté des cailloux du haut d'une falaise. Car le béton c'est très solide, c'est comme de la roche reconstituée! Le béton inclue dailleurs des granulats de roche et lorsqu'on le casse, on constate souvent la cassure des grains de roche en deux plutot qu'une fracture du ciment autour des grains.

Effectivement la fraction de la masse initiale que vous transformerez en poussière en effectuant cette expérience ne serait même pas faible, elle serait insignifiante! C'est pourquoi les démolitions contrôlées de tours ne pulvérisent qu'un fraction insignifiante du béton comme on peut le constater une fois le nuage de poussière , souvent faussement impressionnant, retombé: on a affaire à des blocs, des gros cailloux très peu de poussière !

Mais grâce aux recherches et efforts de Franck Greening pour nous prouver le contraire nous pouvons même mettre à profit maintenant la théorie de la fracturation pour prédire très précisément à quelle quantité de débris de béton de différentes tailles on devrait s'attendre au WTC car s'il n'avait pas fait l'erreur de considérer que l'énergie disponible pour la fracturation à l'impact par unité de masse est 1/2 (M/m) v^2 au lieu de 1/2 v^2  tous ses calculs seraient par ailleurs presque corrects ...

Dans notre cas l'énergie de loin la plus significative  délivrée au béton le serait à l'impact final : donc par kilo de béton nous avons l'énergie 1/2 v^2 = 1200 Joules/kilo qu'on doit en toute rigueur diviser par deux, donc 600 Joules, sachant que cette énergie s'est répartie au moins à part égale entre l'impacteur et l'impacté, le socle des fondations, également en béton, alors que la théorie que Greening applique au cas du WTC considère que l'un des deux objets qui rentrent en collision est indéformable...

Les erreurs commises par Greening le conduisent à une énergie par kilo déjà près de 6 fois supérieure: de 3,3 Joules /kg même au premier impact de la pile d'étages supérieurs au début de l'effondrement  et qui va croitre encore plus par la suite à chaque impact avec un nouvel étage.  Cela le conduit à la conclusion en appliquant la théorie de la fracturation que 35% du béton a été pulvérisé en particules d'un dizième de millimètres.

La même théorie peut être utilisée dans notre cas mais avec une collision beaucou moins destructrice avec seulement 600 joules / kilo de béton. Remplacons donc dans les calculs pour voir ce que cela donne.

 Nous obtenons que dans le cas d'un effondrement gravitationnel plus de 90% de la masse du béton des planchers est restée sous forme de blocs et morceaux de plus d'1 cm, et aussi que seulement quelques dix-millièmes de la masse du béton s'est retrouvé sous forme de particules poussières d'1/10 de millimètres. En fait, ce que montre cette théorie c'est que le choc final de la pile de 110 étages sur le socle de béton est extrêmement peu efficace, 5 pourcents seulement de l'énergie à l'impact étant consommés pour fracturer la pile.

Ou iraient les 95% restants? : ils se retrouveraient essentiellement sous forme de chaleur et de déformations élastiques du sol pouvant se propager, autrement dit, des ondes sismiques.

Maintenant si on se souvient que le béton au WTC était en plus du béton armé, c'est à dire que les dalles n'étaient ni du béton ni de l'acier mais une structure composite extrêmement résistante de béton et d'acier, le béton ayant été coulée sur des plaques d'acier rainurées avec des joints, alors nous comprenons pourquoi je pouvais annoncer avec assurance que la fraction de béton pulvérisé n'aurait pas été faible! elle aurait été complètement insignifiante, négligeable pour un effondrement sous le seul effet de la gravité!

De même, si vous jetez un bloc de béton armé du haut d'une falaise de 125 m, son énergie sera surtout dissipée en chaleur à l'impact, la pulvérisation sera insignifiante!

Revenons alors à l'autre échappatoire des défenseurs de la VO qui comme je l'avais déja dit consiste à nier qu'une fraction importante du béton ait été pulvérisée le 11/9 en sous entendant, que les 110 planchers compactés à l'impact final à 180 km/h sur le socle rocheux ont constitué des strates solides très compactes dans les 21 mètres de sous sols du WTC. Ils passeraient donc inaperçus car ont été recouverts et masqués par les débris d'acier sur toute la surface de Ground Zero. Cela consiste à nier les témoignages des ouvriers et pompiers qui etaient sur le site et ont participé au déblaiement ou du moins sous entendre que ceux là n'ont pas participé à l'excavation des ruines plus profondes des sous sols des tours. Les nombreuses photos de ruines que vous voyez semblent pourtant bien corroborer leurs témoignages: quasi que de la ferraille! pas de blocs de béton!

L'argument pourra aussi être très affaibli par le fait que si les 110 étages de planchers de béton avaient effectivement percuté  à 180 km/h la base des tours, cela aurait produit une secousse sismique 1000 à 10000 fois plus énergétique que celle qui fut enregistrée par les diverses stations le 11/9. Nous verrons cela en abordant l'analyse sismique.

Mais il y a une autre analyse qui nous permet de réduire cet argument à néant tout de suite. On dispose de données sufisemment précises sur la poussière de béton déposée dans Manhattan pour estimer une masse minimum de béton qui a été effectivement pulvérisé. C'est dailleurs ce que fait aussi Greening dans son article et il conclu que 50000 tonnes de béton ont été pûlvérisés en particules de l'orde du dizième de millimètre ce qui représente 1/3 du béton des tours.

Je ne referai pas le calcul élémentaire : il exploite le fait que l'on connait à peu près la densité, de l'ordre de 1200 kg/m^3 et l'épaisseur de poussière déposée dans Manhattan dans un rayon allant de 200 m à 3 km du WTC, decroissant progressivement depuis son épaisseur maximale de près de 5cm au plus proche du WTC. Le calcul exploite aussi le fait que d'après les analyses, 40% de cette poussière était du béton, j'y reviendrai.

Mais le résultat comporte au moins une incertitude d'un facteur deux: l'épaisseur de poussière sur le site lui même n'ayant pas été documentée est probablement très superieure à 5 cm et on sait que de nombreux article font état d'épaisseurs de poussières de plus de 10 cm dans certaines rues même à pres de 700 mètres du WTC.

Il est donc certain que l'on doive aboutir à nettement plus , probablement 2 à 3 fois plus que les 50000 tonnes calculées par Greening, ce qui collerait mieux avec la quasi absence  de débris de béton de taille respectable observé dans les ruines. Bref les résultats restent compatibles avec l'idée que la quasi totalité du béton et de tous les matériaux des tours ont été pulvérisés . Mais la difficulté essentielle du calcul serait de tenir compte du fait que la poussière a été canalisée dans les rues y provoquant des dépots plus épais tandis qu'une autre partie également difficile à quantifier s'est retrouvée à l'intérieur des buildings avoisinants dont les fenêtres ont été détruites.

Mais qu'importe en fait puisque les 50000 tonnes calculées par Greening,  c'est déjà beaucoup beaucoup trop: car redisons le, un effondrement gravitationnel en pile d'étages ne pouvait que produire une quantité insignifiante de poussière de béton: quelques tonnes tout au plus! La VO ne peut pas se sortir de cette impasse.

Pour sauver la VO, il faudrait que la poussière qui s'est déposée dans Manhattan comporte une très faible fraction de béton , qu'elle ne soit constituée que de gypse provenant des cloisons de platre, de fibres de matériau d'isolation ou ignifugation et de cellulose (papier bois des bureaux) et non pas 40% de fibres de verre (laine minérale surtout), 10% de cellulose , le restant se répartissant entre le platre et le béton, essentiellement du béton en fait (ciment sable et aggrégats) car le pourcentage de soufre n'étant que de 3% en moyenne dans la poussière des nombreux prélèvements de l'USGS,  le gypse de formule CaSO4 ne pouvait contribuer que pour 12% de la masse tout au plus même si sa fraction pouvait être plus importante parmi les particules de plus petites tailles (quelques microns) comme cela a été effectivement constaté.

Au passage remarquons qu'il y avait dans les tours 160 kg de béton par mètre carré de plancher et que si le platre représentait 20 kg par mètre carré, alors sa fraction a tout au plus doublé dans la poussière ce qui serait assez logique, le platre étant beaucoup plus fragile que le béton. La fraction de cellulose correspond aussi à ce qu'on attend pour 20 kg/m^2 de matériaux combustibles de bureaux  supposés par le Nist dans ses simulations.

Les 40% de laine minérale constituent par contre une énigme. La laine minérale, matériau d'isolation acoustique très peu dense aurait du figurer à un pourcentage en masse complètement insignifiant. La fraction astronomique de laine minérale est dailleurs la seule signature que l'EPA envisage d'utiliser pour distinguer une poussière contaminée par le 11/9 d'une poussière normale! Le calcul de Greening le démontre : il y avait aussi une incroyable masse d'au moins 50000 tonnes de laine minérale dans les tours , puisqu'on la retrouve dans la poussière dans la même proportion que le béton !!

Je suis donc conduit à faire l'hypothèse que toutes ces fibres de la soit disant laine minérale ont été produites par les armes issues de technologies avancées qui ont généré les très hautes températures lors de la destruction. N'oublions pas que la laine minérale ou laine de scorries a été mise au point en imitant des phénomènes physiques qui se produisent dans les irruptions volcaniques.

Bientot avec les illustrations et les liens en plus... et tout en video...

Meilleurs voeux!


4/12/2010

Encore un colis expédié le 22 novembre et reçu après plusieurs semaines!!

30/11/2010


Haiti: après tremblement de terre et cyclone, le choléra. Un terrain d'experimentation d'armes naturelles US avant d'aborder de plus grandes echelles? Difficile à croire, cependant, je dirais que dans un monde où le 11 septembre a eu lieu, les criminels étant encore au pouvoir, il ne faut rien exclure à priori.


26/10/2010

J'ai reçu ce matin le colis  (avec plus 100 euros de douane à payer, rien que ça). Le livreur m'a expliqué qu'il était bloqué en fait sur Marseille depuis pas mal de temps.



donc rien que 3 semaines pour l'acheminement de ce colis entre la region parisienne et Marseille: bravo la poste!!

25/10/2010

J'ai subi cette année une invraisemblable série de délais-blocages, pertes et vols avec les colis de la poste.

- De façon systématique les colis qui me sont envoyés arrivent avec plusieurs jours de retard (sans exception cette année).
- Un pointeur laser que j'avais commandé aux Etats-Unis a été volé. J'ai reçu seulement une boîte vide, cette fois-ci comme à plusieurs autres occasions, le colis a été laissé sur le pas de ma porte sans me demander une signature ce qui n'est pas normal.
- Des emetteurs radio FM de faible portée que j'ai récemment commandé sur Price-Minister ne sont jamais arrivés. Pire, l'expéditeur, après m'avoir communiqué un numéro de suivi invalide (dailleurs les deux premières lettres n'y correspondaient même pas à l'envoi d'un colis mais à une lettre recommandée), m'a ensuite contacté pour me dire que le colis n'avait jamais été scanné par les services de la poste.
- J'ai racheté les mêmes emetteurs sur Amazon et les ai reçu avec plus d'une semaine de retard.
- Une percu que j'ai commandé aux USAs a été reçu au service de douane de chilly-mazarin le 5 octobre et y est resté jusqu'au 15 pour dédouanement (on m'a envoyé une lettre me demandant des informations pour permettre au colis de passer les formalités douanières), reçu le 16 sur le site de cavaillon, le colis y est encore bloqué, ajourdhui le 26. Cependant il y a eu un incident étrange lorsque j'ai contacté le site de dédouanement: on m'a refilé un mauvais numéro de suivi correspondant à un colis en provenance de Hong-Kong puis on s'est excusé pretextant un problème de logiciel et on m'a donné un nouveau numéro.

Bref, tout ceci me renforce dans ma conviction que mon courrier et colis sont systématiquement interceptés, inspectés ce qui produit les délais et les bavures sur les numéros de suivi, voire confisqués tout simplement probablement quand l'inspection ne peut se faire sans détruire l'objet envoyé (parties cachées d'un djembe par exemple). Je soupçonne ainsi que le numéro de suivi postal que l'on m'a finalement donné (8K01261533856) correspond à un colis qui n'existe plus...si c'est le cas je ne devrais jamais le recevoir...on va bien voir!

Depuis longtemps je nourris une sorte de fantasme. Je rêve que les "sacs à m..." se mettent effectivement à sentir suffisamment fort la m ... pour que quiconque les approche n'ait plus aucun doute quant à leur véritable nature (jusqu'à quel degré d'immoralité ils se sont laissés entraîner), punition qu'il ne tiendrait qu'à eux d'interrompre, simplement en passant à table et en dévoilant  publiquement toutes les sales magouilles et complicités dans lesquelles ils sont impliqués. Comme il se trouve que depuis quelques années j'interagis de façon très déconcertante avec une entité qui me dépasse complètement et qui me semble extrêmement puissante, je fais le voeu que mon fantasme soit exaucé. Qui sait, peut être serai je entendu pour une fois...

22/10/2010


Il est assez tentant pour les adeptes de la théorie du "conflit des civilisations" de considérer que celui qui défend la thèse de l'inside job du 11 septembre a choisi son camp et devrait être suspecté de sympathie pour  l'islam. Je me suis déjà exprimé au sujet des religions en général ici (nouvelle du 2/2/2008). En ce qui concerne l'islam en particulier, les prises de position dont  je me sens le plus proche sont celles d'Anne-Marie Delcambre (L'islam des interdits). Je pensais que je n'aurais pas à le préciser étant entendu qu'il devait être évident pour tout le monde qu'un végétalien comme moi ne pourrait éprouver qu'une vive hostilité pour une religion qui précise que
pour que la viande soit halal, il faut que l'animal égorgé vivant ne soit pas préalablement étourdi et ait la tête tournée vers La Mecque pour qu'il se vide de son sang...

Je ne crois pas qu'il y ait un conflit des civilisations, il y a simplement une tention entre une minorité qui accapare les richesses et une armée d'esclaves, non-instruits, incultes et désespérés qui sont de ce fait des proies faciles pour l'extrêmisme obscurantiste de quelque bord qu'il se présente (islamiste ou autre). Dans ce contexte, il ne pourrait y avoir d'intégration réussie des immigrés issus de la frange pauvre, inculte et non-instruite que si l'état consentait des efforts très importants pour l'éducation des enfants en bas ages, d'abord par un contrôle très rigoureux des conditions offertes aux enfants dans leurs familles de naissance incluant éducation et soutien des parents et si des défaillances sont constatées, isolement plus ou moins partiel et rapide de leur famille de naissance et prise en charge de leur éducation dans des structures idéalement conçues pour leur épanouissement et/ou familles adoptives (la deuxième famille) jusqu'à leur majorité.

Angela Merkel a dit récemment que "l'Allemagne ne saurait être l'assistance sociale du monde". Ceci revient à ignorer complètement un fait crucial, particulièrement mis en lumière par une juste compréhension des événements du 11/9: l'expoitation voire la colonisation des peuples ne correspondent pas à des exactions d'une période révolue dont les générations actuelles ne sauraient être tenues pour responsables. Bien au contraire, la mondialisation n'est que la forme contemporaine de l'expansion impérialiste, de l'esclavage et du pillage des ressources des nations qui ont connu pour des raisons historiques diverses et variées un retard de développement par les nations aujourd'hui économiquement et militairement dominantes (Chine, Etats-Unis, Europe).

Le fond du problème est à nouveau que des moyens importants donc la production en abondance de nouvelles richesses,  sont indispensables, soit pour permettre aux pays en retard de se developper rapidement de sorte que leurs populations n'éprouveraient plus le besoin d'émigrer soit pour offrir à nos immigrants les conditions matérielles, l'éducation et l'instruction leur permettant de se mettre au niveau en une génération. La solution une fois de plus ne saurait être que dans un progrès scientifique et technologique majeur permettant une soudaine démultiplication des richesses.

30/9/2010

Il n'a échappé à personne, j'imagine, que ces derniers temps la rhétorique de la guerre contre le terrorisme revient sur le devant de la scène dans les grands médias (bien orchestrée mais avec peut être quelques couacs), ce qui n'est pas bon signe. Ce type de propagande a en général la fonction bien précise de maintenir le stress et l'agressivité du plus grand nombre au niveau adéquat permettant de justifier de nouvelles opérations militaires et de détourner notre attention des crises économiques et sociales que nous subissons. Il importe de ne pas tomber dans le panneau et de rester vigilants.

La crise actuelle est liée au fait que l'énergie et les matières premières sont essentiellement non renouvelables et que la richesse qu'elles représentent par habitant s'amenuise au fur et à mesure que de nouvelles populations se mettent à les exploiter. Le niveau de vie de ceux qui ont été habitués à l'opulence en particulier est menacé d'une chute rapide. Or, de même que le stress génère des comportement agressifs chez les poulets de batterie, de même les conditions de vie se dégradant exaspèrent inévitablement chez l'homme des comportements similaires. La solution n'est bien évidemment pas dans ce contexte d'être le plus compétitif ce qui n'offrirait dans le meilleur des cas que le privilège d'être le dernier à y passer lorsque le bateau sombrera. Le système actuel de répartition  répartition des richesses est extrêmement injuste mais est devenu également presque complètement incontrôlable. C'est pourquoi, je ne croie pas en une solution économique et sociale à technologie constante.  Comme par le passé il n'y aura qu'une seule solution envisageable si nous ne pouvons compter sur aucun secours extérieur, ce sera celle de l'innovation technologique pour démultiplier les richesses (les progrès scientifiques du  19ème et du 20 ème siècle ont déjà permis d'énormes avancées en ce sens) et par la même les rendre accessibles à tous. Les plus grands criminels aujourd'hui sont donc les hommes et les systèmes qui ne permettent pas à ces solutions d'émerger aussi rapidement qu'elles le devraient: ce sont les gouvernements qui désinforment pour s'assurer l'exclusivité des nouvelles technologies y compris retombées d'avancées dans le domaine de la science fondamentale et les scientifiques eux mêmes que le carriérisme aveugle et stérilise ... ceux la auront une lourde part de responsabilité dans  toutes les catastrophes qui ne manqueront pas de se produire si le déblocage salvateur ne se produit pas rapidement sans lequel il n'y a aucun espoir de voir le paradigme scientifique actuel voler en éclats au profit d'un nouveau.

10/8/2010

J'avais oublié d'actualiser ma version anglaise de mon rapport sur l'étude de poussière du WTC. C'est maintenant chose faite.


10/7/2010 Importantes correction en rouge


Je viens de recevoir (enfin!) les résultats d'analyse isotopique du Strontium qui ont été effectués par le CPRG à Nancy avec une précision bien meilleure (la méthode permettant de soustraire les interférences) que pour les résultats qui avaient été obtenus avec un appareil qui ne permettait pas de soustraire d'éventuelles interférences et qui manifestaient de très importantes anomalies isotopiques qui exigeaient confirmation. Verdict: il n'y a plus d'anomalie isotopique significative sur la fraction de Sr 84 mais une anomalie isotopique extrêmement significative apparait dans le rapport Sr88/Sr86: 8.2959+-0.0018 à comparer au rapport naturel de 8.375 !!
Ce résultat à lui seul par une méthode très fiable et extrêmement précise s'affranchissant des interférences serait une preuve très forte que les abondances isotopiques du Sr ont été affectées par une physique inconnue!!

Mais le résultat le plus important n'est malheureusement pas celui -là: en effet les données sont manifestement incohérentes: en effet, il suffit de faire le rapport entre 84Sr/86Sr et  84Sr/88Sr donnés par le tableau pour trouver un autre
Sr88/Sr86 que celui donné par le tableau: 8.3749 (en accord avec le rapport naturel attendu) au lieu de 8.2959 ! Donc résultats inexploitables tout comme l'est le fait d'avoir introduit une colonne supplémentaire pour le Sr86 sans préciser l'unité (mais on m'a assuré ensuite qu'il s'agit de Volts, merci!). Résultats également suspects car comment pourrait il y avoir eu exactement la même quantité de Sr86 à 1% près dans la machine sur 40 mesures différentes!?

Cette série est difficilement imaginable venant d'un labo spécialisé dans l'analyse du Strontium et qui fait des milliers d'analyse par an. J'ai d'autre part attendu près de 4 mois pour avoir ce résultat. Les scientifiques ont ils été pressés de traffiquer les données (aussi maladroitement!?) ou ont ils de leur propre chef décidé de cultiver l'ambiguité (en indiquant des valeurs brutes non corrigées de certains effets experimentaux dans leur tableau ce qui les rend inexploitables) après avoir eu connaissance de ce site web et ne désirant pas que les résultats de leur labo soient utilisés comme argument conspirationiste? 

En tout cas, si on ne peut plus se fier aux analyses des labos,  il n'y a aucun espoir pour quiconque de mettre en évidence les phénomènes manifestant des anomalies isotopiques...




Au passage notons qu'il aurait été curieux que l'anomalie porte sur une valeur anormalement basse du rapport 88/86 alors que les mesures par le précédent labo donnaient une valeur anormalement haute de 8.875.





4/7/2010
L'analyse comparative de l'impact sismique de l'implosion du Kingdôme et de celui de l'effondrement de WTC1 est très revelatrice:




Voir slide 77 de www.darksideofgravity.com.Collapse.pdf


2/7/2010


Article très complet sur les délits d'initiés qui ont précédé le 11 septembre. Il est stupéfiant de constater que ces délits ne s'expliquent pas sans supposer que dans les milieux de la finance énormément de monde savait ce qui allait se produire.
Autre certitude : la poussée de fièvre du marché boursier avant les attentats n’a pas pu se faire à l’insu de la CIA.  Il serait facile de démasquer une bonne partie des coupables pour des enquêteurs ayant accès à toutes les données concernant ces flux financiers.

20/6/2010

Les anomalies observées dans les expériences du RECOM s'interprètent aisément grâce aux discontinuités de potentiel prédites par la théorie des la gravité obscure. Suivre mes news sur les résultats du RECOM  ici.

Le 
PPt de ma conférence grand public à l'association Andromède (7/6/2008)
Les articles scientifiques: 1, 2


20/6/2010

L'hypothèse de la destruction du béton du WTC par des décharges électriques se revelle la plus sérieuse et capable de rendre compte de toutes les anomalies ! Voir les dernieres mises à jour dans :
Le degré de pulvérisation du béton du WTC est sans précédent et même sans commune mesure avec ce que produisent les démolitions contrôlées aux explosifs. L'essentiel de la masse des dalles de béton renforcé a été littéralement transformé en fontaines et nuages de béton  pulvérisé en fines particules de ~60 microns ceci dans un silence relativement assourdissant. Pour atteindre un tel degré de pulvérisation, les explosifs non nucléaires les plus puissants auraient dû être utilisés mais ces derniers auraient produit d'inévitables ondes de chocs acoustiques qui auraient dû faire sursauter les habitants de Manhattan et être facilement détectées par les stations sismiques. 
Je suis ici amené à exclure toutes les technologies d'explosifs chimiques ou nucléaires connues, aucune ne permettant de rendre compte du niveau de pulvérisation atteint en absence de bangs acoustiques et de radioactivité sauf à supposer une opération extrêmement lourde et peu discrète impliquant d'innombrables petites charges réparties à tous les niveaux. Ceci m'amène à privilégier l'utilisation d'explosions de fils électriques dans de l'eau, une technique justement utilisée pour éclater des fondations de béton. Tous les forages qui existaient dans les dalles pour le passage  de cables ainsi que  de nouveaux  ont dû  permettre de préparer les puissantes décharges électriques qui ont détruit le béton à tous les niveaux. Il a été montré que dans ce type d'explosions des anomalies isotopiques très significatives (parfois même et de façon imprédictible, exceptionnelles), des rayonnements "étranges" et des boules de lumière sont générés. La nouvelle physique qui se manifesterait  ne serait pas étrangère à l'efficacité avec laquelle ces explosions électriques auraient réduit le béton en poussière et ces effets ont pu se produire à un degré bien au delà de ce que les criminels (qui ont cru écarter  toute signature chimique de leur forfait en évitant des explosifs chimiques) avaient anticipé.  En particulier il est possible que le béton ait été désagrégé plus efficacement  par la chaleur des rayonnements étranges  que par les pics de pression  des explosions. La présence de tonnes de fer pulvérisé dans la poussière serait également élucidée. Les parallèles que l'on peut faire avec les observations énigmatiques dans les expériences de ce que l'on a maladroitement nommé "fusion froide" sont également particulièrement troublants, notamment la chaleur rémanante avec les conditions du fer fondu entretenues sur une longue durée. Investigations en cours...


15/6/2010

J'ai beaucoup évoqué dans ce site les anomalies isotopiques produites lors de l'explosion de feuilles de Titane soumises à décharges électriques. Je soupçonnais en effet de puissantes décharges d'avoir été utilisées pour déclencher des explosifs ou des réactions thermitiques au WTC. Mais en lisant les articles du RECOM , je découvre quelque chose de peut être encore plus interessant:
Dans cet article, dès les premières lignes il est dit que:
"La physique de l'explosion électrique de fils dans l'eau a été discutée dans de nombreux articles, revues et monographies, ce qui est principalement dû à l'interêt de ce phénomène pour de multiples applications pratiques. Une de ces applications est l'éclatement de fondations en béton. Dans un tel but, les appareillages mettent en oeuvre des condensateurs de relativement faibles voltages (~5kV) et hautes capacités pour obtenir le stockage d'énergie requis  de l'ordre de plusieurs dizaines de kJ".
Le béton des dalles des étages était abondamment quadrillé par des fils d'acier. Ceux ci ont ils été soumis aux très puissantes décharges qui ont pulvérisé le béton ? Il semblerait en tout cas que de la nouvelle physique (celle liée à la la théorie que j'expose dans ce site, je ne vois franchement pas meilleure confirmation de mes discontinuités de champs) ne soit pas étrangère à l'efficacité de ces explosions d'un genre très particulier qui produisent des boules de lumière (macro lighting ball), rayonnements étranges (micro lighting ball) et anomalies isotopiques extrêmement significatives. Pour une confirmation récente voir cet article en Français.

Ce scénario est le seul à ma connaissance à pouvoir peut être rendre compte du degré de pulvérisation du béton des tours en maintenant le niveau acoustique des explosions beaucoup plus bas que celui des explosifs conventionnels.
Le Strontium et Baryum auraient été utilisés dans les super-condensateurs et on les retrouve effectivement en des quantités anormales au WTC. Des anomalies isotopiques de ces éléments sont même probables (confirmation en cours).

Je me suis aussi intérrogé sur la possibilité de créer un canal ionisé jusqu'à la ionosphère grâce à un puissant Laser ce qui permettrait de déclencher la foudre de l'ionosphère sur une zone donnée, et pourquoi pas d'y déclencher un séisme. Je sais que les recherches vont bon train dans le domaine (voir le dernier no de la recherche consacré aux lasers)  et j'envisage  donc que les labos du DoD maitrisaient dèjà la techno le 11/9.

J Quirant vient de publier un petit ouvrage de propagande sur le 11/9 dans la collection "Une Chandelle dans les ténèbres" dirigée par Henri Broch, l'un des chefs de file d'un des mouvements sectaires les plus puissants et les plus nuisibles à la science (se souvenir en particulier de l'inquisition qu'a subi J Benveniste, aujourd'hui reconnu comme un précurseur par le prix Nobel Luc Montagnier ) : les Zététiciens.  Ces fanatiques ne défendent pas la rationalité scientifique comme ils le prétendent mais une rationalité bien à eux, strictement au service de leur métaphysique préférée: une forme particulièrement extrêmiste de matérialisme réductioniste (ceci dit, il est courrant que les  gourous et membres de différentes confessions sectaires se pourfendent les uns les autres ce dont on ne peut que se réjouir, c'est pourquoi certaines des publications d'Henri Broch sont assez salutaires quand il règle leur compte à des escrocs en tous genres).  J'ai trouvé dans l'ouvrage 1 ou 2 affirmations un peu plus nouvelles de J Quirant (notamment celle selon laquelle dans les trois premières secondes d'effondrement de la tour Nord la dépense énergétique a été de 18% ) auxquelles je répondrai bientôt ici, pour les autres j'avais déjà fait le ménage.


12/6/2010

- Analyse détaillée des aspects sismiques: mise à jour.
- L'analyse de poussière que j'ai fait faire par l'ACRO n'a révélé aucun élément radioactif au dessus de la normale ni d'anomalie dans le niveau de Tritium, ni d'autre émetteur Béta anormal.


2/6/2010

Aujoudhui un certain nombre d'acteurs majeurs aussi bien aux USA qu'en Europe du mouvement pour la vérité sur le 11/9 sont en réalité des désinformateurs dont la mission est de maintenir ce conspirationisme au niveau de crédibilité le plus bas possible, tout en prétendant s'activer pour la vérité.
Donc si vous entendez des personnes afficher bruyamment et avec force publicité, expérience et expertise à l'appui de thèses conspirationistes sur le 11/9, il peut s'agit d'imposteurs, et il vous appartiendra de confronter leurs affirmations avec d'autres (comme celles qui sont sur ce site)  pour comprendre par vous même (pas si difficile car en général la désinformation est assez caricaturale) à qui vous avez affaire.

25/5/2010

Analyse détaillée des aspects sismiques de la destruction des tours dans les pages 1, 2
mises à jour le 25/5

15/5/2010

Nous avons eu une discussion de 5h (!) sur skype mercredi 12 Mai avec Rousseau, Grésillaud, Manfred et des personnes de reopen sur les aspects sismiques (voir mes news précédentes)
discussion que Manfred a enregistrée et mise en ligne sur sa page. Les aberrations incroyables soutenues sur un air pontifiant par Rousseau et Gresillaud (d'autant plus que ces personnes prétendent avoir une longue expertise en sismologie) sans jamais la moindre référence indépendante à l'appui de leurs affirmations à défauts d'arguments physiques (croyez moi puisque c'est moi qui le dis) m'ont complètement  stupéfait.  Je les ai mis au défi de nous donner la moindre publi à l'appui de leurs théories extravaguantes de l'effondrement sur une surface la plus petite possible (un point) ou de la fracturation du sol qui seraient indispensables pour avoir une efficacité sismique significative. J'ai de mon coté par contre fourni de nombreuses références de professionnels et expérimentateurs en sismologie pour soutenir qu'au contraire et ce qui est dailleurs évident d'un point de vue physique, une percussion sur une surface plate étendue a un meilleur rendement sismique à énergie égale.

Il semblerait que la mise en ligne de la discussion par Manfred déplaise à certaines personnes et Manfred a  enlevé de son site l'enregistrement : ces gens n'assument ils plus ce qu'ils ont dit ? On m'explique qu'il y aurait eu un engagement de pris avant la discussion de ne pas en diffuser l'enregistrement...bon, moi je ne suis pas au courant, mais Manfred doit l'être et a du prendre la bonne décision.

La discussion a débuté sur un aspect que j'aurais bien évité tant les données sont discordantes et la confusion la plus totale: la question de l'interprétation des données sismiques correspondant aux impacts. J'ai immédiatement tenté de cibler les affirmations de Rousseau qui se sert des origines (t=0) des graphes sismiques publiés par le LDEO de toute évidence arbitraires (puisqu'il est explicitement précisé que ces start times n'ont rien avoir avec les temps des impacts calculés par les sismologues eux mêmes publiés juste au dessus des graphes) pour dénoncer des anomalies.
Je viens de résumer sur le forum de reopen la façon dont je vois les choses. Il est déjà clair que si ces personnes n'admettent pas déjà publiquement que discuter à partir de start-times de graphes à propos desquels personne n'a officiellement écrit qu'ils avaient une quelconque pertinence physique, est une perte de temps et ne peut que générer de la confusion, il ne servira à rien de discuter d'aspects plus techniques.

Une autre personne, XXX, avait visiblement ressenti le besoin d'effectuer des vérifications, m'a envoyé des références qui selon lui pourraient donner du crédit aux affirmations des deux autres individus. Suite à nos échanges et nouvelles reférences mentionnées qui pour l'essentiel confirment les analyses antérieures, j'ai pu enrichir ma page sur les données sismiques.


 
L'efficacité sismique est meilleure lorsque la contrainte est répartie sur une plus grande surface !
Je viens de trouver
cet autre article qui montre aussi que l'efficacité sismique est meilleure lorsqu'on a une charge  répartie sur une surface plutot que sphérique. Je cite page 281 "Donc , par ses effets sismiques à longue distance, l'explosion dans une fracture d'1m de rayon d'une masse explosive de 0.01t" devrait correspondre à l'explosion d'une charge sphérique de masse de 0.03t et l'explosion d'une charge de 1t dans une faille de 10m de rayon à une charge sphérique de 5t."

11/5/2010

Une page avec l'essentiel des références sur la question sismique, ... pour discussion demain.

La page de Manfred sur le même sujet.

Je confirme certains aspects de cette analyse de Barety.


7/5/2010 

Les cavités sous-terraines creusées lors de l'exploitation de mines peuvent donner lieu à des effondrements de masses rocheuses immenses, et ces effondrements
génèrer des séismes de magnitude au delà de 5 !   Cet article passe en revue un certain nombre de ces effondrements de mines et l'ajustement logarithmique de la Figure 13 montre que la relation linéaire entre la magnitude du séisme et l'énergie potentielle totale libérée par l'effondrement est bien comprise. La fraction de l'énergie potentielle convertie en ondes sismiques peut être de près de 10% lors d'un effondrement comme celui de la mine de Trona à Solvay (Wyoming 1995) qui généra un signal sismique d'une magnitude de 5.1, et d'après la figure 13 cette fraction, ou efficacité sismique, semble relativement constante sur une grande plages de magnitudes des événements étudiés.

Les effondrements de mines sont des phénomènes complexes, dans lesquels l'énergie est délivrée plus ou moins brusquement, soit lors de glissements le long des failles (commes dans des séismes), soit sous lors de chute de blocs multiples dans le vide ou plus ou moins librement avec des impacts qui ne se produisent pas nécessairement non plus sur un receptacle horizontal.  Voici un exemple d'étude d'un cas en autriche où une série de 200 petits séismes s'est produite en une journée: correspondant à des successions d'effondrements-glissements avec des efficacités sismiques supposées variant de 0.1 à 1%.

Par contre une chute d'objet à la surface de la terre est essentiellement beaucoup plus libre.  Ce sont donc les effondrement sous terrains manifestant la plus grande efficacité sismique qui sont les plus  pertinents pour nous. En nous interessant aux effondrements sous-terrains notre objectif était donc de trouver ceux qui ont la plus grande efficacité sismique car nous savons que dans le cas du WTC il n'y a pas de raison qu'elle soit inférieure à celle de ces cas là: au moins de l'ordre de 10%!

On peut prendre l'enquête par un autre bout, celui des impacts de météorites pour aboutir à la même conclusion.
Cet article théorique, étudie le rendement sismique dans le granite d'explosions  sous-terraines (Fig 1 ) : de 2 à 10% , d'explosions en surface (Fig 2) 0.07 à 0.3 % , d'impacts météoritiques (Fig3)  donc à de grandes vitesses de plusieurs dizaines de km/s. L'efficacité sismique de ces impacts est de 1% pour un bloc de taille L= 100 m et décroit  lorsque L augmente: elle est 100 fois plus petite pour un bloc 100 fois plus grand. Pas besoin d'être très audacieux pour en déduire que pour un bloc plus petit ou moins rapide, l'efficacité sismique doit être largement supérieure à 1%. C'est ce que confirme cet autre article , page 5 (mais lire aussi la conclusion): "pour les impacts de plus petits météorites, mettant en jeu de beaucoup plus faibles vitesses d'impact, l'efficacité pourrait être encore plus grande: vraisemblablement jusqu'à 10% (dont 1% sont des fréquences se situant encore dans la plage accessible aux sismos). Au régime d''énergies correspondants aux impact au WTC, comme nous allons le voir plus loin, toutes les fréquences (donc toute l'énergie) est dans la plage accessible aux sismos et on peut compter sur 10% voire plus d'efficacité sismique!  Page 5 également, le cas du météorite Prince George est évoqué afin de revoir à la baisse l'efficacité sismique que l'on avait supposé auparavant proche de 100% et qui est  désormais réévaluée à entre 1% et 10%:
- Pour une efficacité supposée de 1%, il s'agirait d'un bloc de 200 tonnes ayant percuté la terre à 1km/s , donc une énergie incidente de 1011 Joules proche de celle d'une pile d'étage d'une tour atteignant le sol! 
L'énergie sismique a été mesurée : ~ 109 Joules (contre 106 à 107 J seulement au WTC).
 
Ainsi au WTC alors qu'il était raisonnable de compter sur au moins 10% d'efficacité sismique on n'observe que 10-4 à 10-5 de l'énergie sous forme sismique! 

On comprend alors l'étonnement des sismologues du Lamont confrontés au signal sismique ridicule engendré par l'effondrement des tours du WTC alors qu'elles représentaient une énergie potentielle d'au moins 1011 joules et que leur vitesse de destruction observée en vidéo dans l'hypothèse d'un effondrement sous le seul effet de la gravité ne pouvait signifier qu'une chose: que les tours ayant très peu dissipé d'énergie durant toute la durée de leur "effondrement" (voir mes dossiers sur ce site pour les détails), l'essentiel devant donc être délivré au sol sous forme d'un impact quasi ponctuel d'une pile compacte de 110 étages atteignant les fondements (une dalle de béton directement coulée sur le granite) de la tour à près de 40m/s. Stupéfaits les sismologues car en effet, au lieu d'une fraction significative (autour de 10%) de l'énergie potentielle initiale sous forme sismique, les sismologues ont dû conclure de façon très pertinente : "L'énergie propagée sous forme d'ondes sismiques pour ML 2.3 est de 106 à 107 J. Donc, seule une très faible fraction de  l'énergie potentielle initiale fut convertie en ondes sismiques. L'essentiel de l'energie fut consommée à déformer les matériaux des buildings et à les transformer en une pile de débris et de poussière". Voilà une conclusion très dangereuse pour la théorie officielle de l'effondrement gravitationnel! elle signifie en clair que les tours ont été pulvérisées et les débris d'acier dispersés en plein ciel (comme les videos l'indiquaient d'ailleurs de façon très claire, de même que des témoignages de survivants qui se sont retrouvés au sommet de la pile de débris après que 110 étages leurs soient en théorie tombés dessus) et qu'aucune pile compacte d'étages n'a atteint le sol (d'ailleurs personne n'a retrouvé sur le site de GZ trace de cette pile). Au lieu de cela, les débris soufflés par les explosions n'ont atteint le sol que de façon très dispersée dans le temps et l'espace et non cohérente ce qui n'a pu engendrer que le signal ridicule sismique récolté par les sismogrammes: 10000 à 100000 fois plus petit que celui auquel on était en droit de s'attendre. Un peu comme si vous lachiez sur le sol d'une hauteur de 1 mètre une boule de pétanque mais que vous ne recueillez sous forme de vibrations du sol que le signal correspondant à la chute d'une lentille, vous devriez en conclure que quelque chose de peu commun est arrivé à votre boule de pétanque au cours de sa chute!!

Mais le plus ahurissant est à suivre:

Figurez vous que reopen911 a mis en avant avec force publicité l'analyse d'un certain monsieur Rousseau, sismologue retraité qui affirme sans sourciller et qui a maintenu et publié sur reopen et dans agoravox (alors que depuis longtemps je lui avais signalé ses erreurs aussi grossières qu'innombrables) une étude dans laquelle il s'exclame que le signal sismique est vraiment énorme et ne peut être dû qu'à des explosions: seul une tour atteignant le sol à une vitesse météoritique aurait pu selon lui engendrer un tel signal!! Figurez vous alors que d'autres distingués sismologues ou férus de sismologie se sont alors indignés et pour prouver au contraire que monsieur Rousseau avait tort et qu'un effondrement pouvait bel et bien engendrer un tel signal sismique, ils n'ont rien trouvé d'autre à nous citer qu'une étude d'éboulements de rochers en montagne lors desquels de 10-5 à 1 pour mille de l'énergie potentielle initiale pouvait se convertir en signaux sismiques. Il suffisait d'aller lire pour trouver la supercherie: il ne s'agissait evidemment pas de chutes verticales avec impact sur sol horizontal mais d'eboulements sur des pentes de 70° avec impacts sur une pente de 45 à 50°C ! Bref, bienvenue chez les bandarlogues qui de quelque bord qu'ils se disent semblent en fait ne poursuivre qu'un seul et même objectif: générer de la confusion. Dissimuler les vrais anomalies en entraînant tout le monde dans des faux débats.

Une fois de plus reopen choisit de donner la parole à l'imposture. Demandez vous pourquoi ? Et demandez vous aussi pourquoi sur 600 posts dans agoravox ils n'ont fait que discuter en long et en large toutes ces aneries et n'ont été citées que des études qui passent soigneusement sous silence le fait crucial: qu'une chute verticale d'une masse sur sol horizontal dur doit produire des ondes sismiques correspondant à une fraction très significative de l'énergie potentielle initiale à l'impact! 
Au début (il y a 2 ans), je croyais que ce n'était que de l'incompétence mais figurez vous que ces gens ne se remettent jamais en question, et même quand on les leur signale continuent de propager leurs erreurs avec acharnement. C'est pourquoi j'ai été obligé de conclure, les faits étant particulièrement têtus et l'histoire se répétant encore et encore, que reopen911 pourrait en réalité avoir été noyauté et détourné en mouvement de désinformation décidé à saper le conspirationisme à sa source, même si peu de ses adhérants de base n'en sont véritablement conscients.

"Si vous ne pouvez contrôler l'opposition, dirigez la!"
  Lénine   


Abordons maintenant les caractéristiques spectrales et revenons sur les 200 petits séismes de cette étude correspondant à des successions d'effondrements-glissements.
Les phases de glissement sont caractérisées par des signaux sismiques classiques: hautes fréquences générées par les multiples chocs générés par le glissement rugueux le long des failles (discontinuités). Les phases de chutes de blocs génèrent des ondes de fréquences beaucoup plus faibles:


Des événements de type explosif sont par contre caractérisés par un plus grand contenu en hautes fréquences comme dans le cas de cette explosion d'usine chimique en surface).  Même dans ce cas, l'essentiel de l'énergie se situe en dessous de 10Hz et peut être correctement capturée par les sismos.  Pour l'impact d'une pile compacte de 110 étages, si le signal avait été à plus hautes fréquences, on l'aurait vu facilement déjà avec beaucoup plus  d'énergie entre 5 et 10 Hz.




Il est donc clair, d'après leurs spectres, que les signaux enregistrés pour les effondrements au WTC ne correspondent ni à des glissements le long de failles sismiques ni à des explosions mais au contraire à des impacts, le signal résultant étant si faible qu'il ne peut s'agir de l'impact d'une pile compacte mais seulement de multiples impacts de débris d'acier éparpillés dans le temps et l'espace: le signal le plus fort coincide d'ailleurs avec le timing des débris impactant le sol en video.

16/4/2010

J'ai actualisé les quelques slides qui traitaient des données sismiques. Ces données fournissent des preuves importantes de la destruction explosive du WTC mais ce ne sont pas les arguments mis généralement en avant par les truthers. Il est essentiel d'avancer les bons arguments !! Ne pas rater mes réactions certes assez vives sur le forum d'agoravox (ce sont les derniers posts) aux publications récentes du retraité sismologue André Rousseau : un générateur d'entropie assez exceptionnel dans son genre!

6/04/2010


Attentats de Moscou: vraisemblable implication d'Israël, via les services georgiens.


29/03/2010


De très alarmantes nouvelles: des centaines de puissantes bombes anti bunkers (et installations sous-terraines) sont envoyées par bateau de la californie vers l'ile britannique de Diego Garcia dans l'océan Indien en préparation d'une possible attaque de l'Iran.
"Les bombardiers US sont prêts aujourdhui à détruire 10000 cibles Iraniennes en quelques heures" affirme
Dan Plesch, directeur du Centre d'études Internationales et diplomatiques de l' Université de Londre, co-autheur d'une récent étude sur les preparations US pour une attaque de l'Iran.

26/03/2010

On a observé la collision entre deux astéroides: un phénomène en principe rarissime ! Cet événement s'ajoute à une longue série d'observations qui pourraient indiquer une recrudescence de comètes et autre bolides dans notre voisinage. Y aurait il un phénomène perturbateur  des orbites habituelles de divers gros cailloux aux confins du système solaire?
Pourquoi pas une discontinuité telle que les prédit la théorie de la gravité obscure, comme je l'avais suggéré à plusieurs reprise dans cette page? Certains scientifiques semblent plutôt s'enthousiasmer pour l'hypothèse de l'étoile invisible (naine brune) aux confins du système solaire qui dévierait des comètes  vers la terre. C'est l'hypothèse Némésis.

Mais rien n'exclu qu'il ne s'agisse en fait que d'une nouvelle propagande du Pentagone (dont le budget est le plus élevé de tous les temps et en expansion constante).  Objectif: obtenir plus de crédits pour des programmes de surveillance spatiaux
(nous avons vécu récemment l'équivalent pour la menace pandémique agitée dans le seul but de justifier des programmes de vaccination de masse très lucratifs pour les laboratoires) ou, bien pire, préparer les esprits à l'idée que si l'un de ces bolides heurtait demain la terre il s'agirait d'un phénomène naturel n'ayant rien d'inattendu.  N'est il pas évident que seule une telle pré-propagande permettrait l'exploitation de l'arme naturelle astéroide contre sa cible préférée au moment venu ? Tout ceci est à mettre en parallèle avec le même type de questions que pose une apparante recrudescence d'activité sismique à l'échelle mondiale ces dernières années: multiplication d'essais visant à domestiquer l'arme sismique ou phénomène naturel planétaire ? Difficile de trancher mais la vigilance s'impose.

1/3/2010

Une autre piste interessante en ce qui concerne l'usage militaire des découvertes de la fusion froide.

Un autre discours de Nigel Farage au parlement Européen

Les retraites en or de l'Europe

28/2/2010

A la suite de JP Petit j'avais déjà insisté sur l'importance de certaines vidéos, notamment celle de la confession de John Perkins. A voir et revoir.  Il devrait sembler évident qu'il ne faut pas ménager ses efforts pour dénoncer sans relâche l'esclavagisme mondialisé et ce que Perkins appelle corporatocraty.

22/2/2010

Les conséquences sanitaires pour les sauveteurs et déblayeurs du site GZ s'avèrent très lourdes et pourraient indiquer que ces personnes ont été soumises à de forts taux de radiation en plus d'un environnement très toxique. Entre 70 et 85% suivant les études souffrent d'une forme ou d'une autre de problème respiratoire.  La liste est croissante des malades et de ceux qui meurent lentement, souvent si jeunes. Les experts médicaux sonnent l'alarme : près de 100000 personnes pourraient avoir été exposées et les effets totaux ne pourront être justement appréciés que dans 10 ou 20 ans. 

Le taux de cancers est de 5%, 5 ans après le 11/9 parmis les 8500 personnes qui attaquent la ville de NY en justice. Parmis ceux-ci, on a déjà diagnostiqué des cancers du sang à 75 déblayeurs de GZ , cancers dont une demi-douzaine de médecins experts et épidémiologistes ont confirmé le lien avec les expositions à GZ: leucémies (~deux douzaines), lymphomes et multiples myélomes (~50 au lieu de 30 attendus par le seul hasard); la plupart sont agés de 30 à 60 ans et étaient en parfaite santé quelques années en arrière.  C'est le nombre très disproportionné de ce type de cancers habituellement rares, dont les symptomes ici apparaissent aussi rapidement,  qui constitue un défi  pour les spécialistes.

Selon le rapport de Wayne Madsen du 9/12/2006 on relève un taux inhabituellement élevé de lymphomes non-Hodgkin -- un cancer commun chez des individus exposés à des niveaux extremes de radiations ionisantes, comme dans déflagrations nucléaires et fuites majeures de réacteurs nucléaires. Un certain nombre manifestent maintenant des symptomes resultant d'une grave atteinte de leur système immunitaire -- également commun aux victimes de hauts niveaux de radiation. Des Sources proches de la FEMA à New York confirment que l'on pense que  les cas de lymphome sont le résultats de rejets de niveaux de radiation extrêmes suite à une série d' événements nucléaires le matin du 11/9. On met ces observations en parallèle avec le degré de  "pulverization" du béton, les metaux fondus, les retombées d'apparence pyroclastique, et autres anomalies liées à la catastrophe...

Au 8ème anniversaire des attentats du 11 septembre près de 800 (sur 40000 travailleurs à GZ) sont morts de diverses maladies et probablement des milliers ont été diagnostiqués d'un cancer. Le Docteur Doug Rokke, retraité de l'US Army et expert en physique nucléaire et ses conséquences sanitaires pense que le responsable est "une combinaison de composés toxiques d'explosions et combustions et l'uranium appauvri utilisé comme ballast dans les avions de  ligne." Il reconnait les mêmes symptomes que pour les vétérans de la guerre du golfe en Irak.


Ces données exigent de ma part un réexamen de la possibilité d'usage d'armes nucléaires au WTC. Les armes à fission sont très radioactives, le nuage de poussière produit le 11/9 s'est déposé sur une bonne partie de Manhattan et la radioactivité est très facile à détecter avec un simple compteur Geiger. Il me semble donc toujours aussi difficile d'envisager une arme à fission classique mais peut être peut on imaginer  une arme à fusion "presque propre" ayant bénéficié de décennies de recherche et de raffinement sur les minibombes nucléaires, une arme telle que la radioactivité serait restée concentrée à GZ et aurait été quasi-indécelable partout ailleurs (j'ai testé mon propre échantillon de poussière à mon labo: pas de radioactivité!). Mais dans ce cas ce sont les niveaux de tritium officiellement relevés selon un rapport du gouvernement (labo LBNL) qui paraissent très insuffisants.
En effet, de nombreux millions de Ci de tritium sont  presents même dans une petite bombe à fusion d'hydrogène! En comparaison, les signaux d'urgence à l'interieur des avions représentaient une source pouvant contribuer à un total de 34 Ci de tritium au moment des impacts, tritium qui aurait efficacement été converti en HTO à la faveur des hautes températures des explosions aux impacts. Une centaine de millions de litres d'eau a pu diluer cette HTO à GZ. Des concentrations proches de 3.4 nanoCi par litre ont été mesurées dans les fondations du bâtiment WTC6 ce qui correspond donc à 1% du tritium initial que l'on retrouverait à GZ dans le cas ou l'unique source était le tritium des avions. Dans le cas d'un bombe à fusion on aurait du donc observer des concentrations de HTO des millions de fois supérieures à celles mesurées dans le "lac" de GZ (essentiellement alimenté en eau par des fuites provenant du fleuve Hudson) et bien supérieure encore dans Manhattan compte tenu du degré de dilution bien inférieur dans ces zones. Or toutes les mesures effectuées hors de GZ n'ont relevé que des taux de tritium insignifiants toujours d'après le rapport officiel du LBNL.

Conclusion: si l'on fait confiance au LBNL (labo lié au DoD) qui a publié l'étude sur les concentrations de tritium, une bombe à fusion est exclue. Mais compte tenu de toutes les autres observations, y compris maintenant le taux surélevé de cancers rares, qui indiquent pour certains de forts taux de radiations, on ne peut pas se fier serieusement à l'étude du LBNL et il faut donc envisager comme première possibilité que toutes les données et analyses concernant le tritium ont été falsifiées.

Il n'en demeure pas moins qu'il parait extrêmement osé d'avoir mis en oeuvre des armes nucléaires à New York : certes les tests de concentration en tritium ne sont pas à la portée de tout le monde, mais si les malades ont été victimes de radiations c'est qu'il y a de la radioactivité à GZ et celle-ci en principe est facile à détecter.

C'est pourquoi j'ai pris depuis longtemps au sérieux une autre possibilité: la mise en oeuvre de bombes nucléaires de quatrième génération parfaitement propres (radioactivité très faible) et sans tritium ni neutrons telles que des bombes à fusion bore hydrogène.

Ce site explique les différentes voies de recherche qui ont été tentées pour aboutir à des bombes à fusion pure de quatrième génération, et l'on pourrait admettre que la recherche fut sans succès à ce jour si l'on oublie que dans ce domaine "ceux qui ne savent pas parlent et ceux qui savent ne parlent pas!" . La technique la plus prometteuse (la moins couteuse à priori) est celle qui exploite des décharges extrêmement puissantes de lourdes capacités qui emmagasinent l'énergie électrique pour la délivrer en une fraction de seconde (Z pinch).

Hypothèse: les découvertes de la "fusion froide" ont été discréditées médiatiquement pour permettre aux labos du DoD d'accaparer le domaine de recherche. Les militaires ont rapidement mis en évidence que les "rayonnements étranges" ou micro boules de lumières produits lors de puissantes décharges électriques peuvent générer en leur sein des températures fantastiques de l'ordre du milliard de degrés. C'est suffisant pour amorcer des réactions de fusion Bore-Hydrogène. Les mini-bombes nucléaires propres à fusion Bore-Hydrogène (sans radioactivité associée ni tritium) ont alors pu être utilisées pour détruire les tours du WTC.  Voir mes news précédentes dans ces pages en ce qui concerne la fusion froide. Le programme Z-machine est poursuivi pour mieux comprendre théoriquement la physique des "rayonnement étranges": dans les décharges électriques de la Z machine des températures inattendues de plusieurs milliards de degrés ont en effet été observées en 2006 dans un plasma étendu mais je suppose que cela était déjà connu des militaires qui ont exploité cette physique sans vraiment la comprendre pour descendre les tours du WTC.

Les signatures possibles sont donc :

- Des anomalies isotopiques importantes dans les matériaux qui ont été soumis à des flux importants de ces rayonnements nouveaux, anomalies que je recherche dans le Strontium et le Baryum et que je pense avoir trouvées car les effets d'interférence capables de produire de tels écarts à l'ICP-MS aux abondances isotopiques normales devraient être énormes ce qui me parait peu crédible (voir news précédentes, j'entreprends actuellement des vérifications avec des instruments plus précis).


- Concentrations anormales en certains éléments chimiques comme le Strontium qui peuvent avoir été utilisés dans le matériau constituant les capacités délivrant les décharges électriques: c'est le cas pour le Strontium! il faut savoir que les matériaux de construction, ciment  gypse etc ... proviennent toujours de carrières situées au plus près des constructions car leur coût croit énormément avec le kilométrage de transport. Or le pourcentage de Sr dans la poussière du WTC est des ordres de grandeur supérieur à celui que l'on trouve dans les sols de la région: anomalie relevée par le laboratoire de géoscience USGS.

- Les conséquences sanitaires d'une exposition à un taux important de radiations qui ne sont pas seulement les rayonnements habituels de la radioactivité (alpha, béta , gamma) mais aussi peut être des rayonnements d'un type nouveau, très énigmatiques, et souvent appelés pour cette raison rayonnements étranges dont les effets biologiques ont été étudiés!

Je poursuivrai donc en parallèle mes investigations suivant deux pistes: celle d'une bombe à fusion d'hydrogène quasi pure si j'écarte les analyses du LBNL mais tout de même une irradiation conséquente des travailleurs sur le site et celle selon laquelle des technos relevant de travaux sur les Low EnergyNuclear Interactions ont été utilisées soit pour déclencher des thermobariques soit des micro-bombes à fusion bore-hydrogène avec les effets pathologiques associés d'une radioactivité concentrée sur le site de GZ mais aussi, pourquoi pas, des rayonnements d'un type nouveau, et des anomalies isotopiques, y compris les concentrations très faibles en tritium mais néanmoins pas si faciles à expliquer (très supérieures aux normes avant effet de dilution par une centaine de millions de litres d'eau), telles que relevées par le LBNL.

Les pages de mon powerpoint sur le 11/9 seront prochainement réactualisées pour inclure tous ces nouveaux développements.

20/2/2010


Un remarquable nouveau film nous raconte l'aventure de la fusion froide!
S'il y a fusion nucléaire, on doit détecter des neutrons rapides affirment les théoriciens des hautes énergies. Les physiciens qui ont tenté de reproduire les expériences de Pons et Fleischmann n'ayant pas observé les neutrons attendus, la fusion froide a été complètement discréditée et enterrée en un mois à peine. Dés lors ces recherches ne trouvèrent plus aucun soutien auprès des instances scientifiques officielles. Dans le cadre de la théorie de la gravité obscure, les processus nucléaires se produisent à l'interieur d'un volume délimité par une discontinuité (saut de potentiel gravitationnel) qui ralenti considérablement toute particule réussissant à s'en échapper ce qui expliquerait la non détection de neutrons avec la haute énergie attendue (2.5MeV). Mais des chercheurs témoignent avoir observé des neutrons sans mesurer leur énergie, exactement ce à quoi je m'attends! Le problème de la liberté de la recherche est aussi soulevé dans ce documentaire.

14/2/2010

Quelques commentaires au compte rendu de la conférence de science-po publié par Jérôme Quirant

Un ex chef de la DGSE se lache: "Al Qaeda est mort en 2002"


12/2/2010

Nouvel article du réseau Voltaire qui fait froid dans le dos!  
Washington prévoit un nouveau 11-Septembre d’ici six mois.

12/2/2010


La véritable histoire des photos cachées  du 11 septembre.  Ces impressionnantes photos prises d'hélicoptère sont présentées comme inédites mais moi je les avais reçues il y a plus d'un an et certaines sont même dans mon doc pdf sur le métal fondu et la pulvérisation (slide 118 notamment) depuis belle lurette. C'est JP Petit qui me les avais transmises et quand je l'avais interrogé sur leur provenance il ne s'en souvenait plus. J'avais même suspecté un montage hollywoodien mais il est rassurant de pouvoir identifier aujourdhui l'origine de ces photos: un policier de l'unité aérienne de la police de New York, Greg Semendinger. AInsi nous avons bénéficié d'une fuite en avant première ! Ces photos, notamment celle du slide 118 mettent en évidence une invraisemblable expansion du nuage de poussière signifiant un apport d'énergie très supérieur à l'énergie gravitationnelle de la tour, calcul simple que j'ai effectué dans mon doc. En démolition contrôlée l'expansion du nuage de poussière est de typiquement 5 fois le volume initial du bâtiment...ici on est au moins un ordre de grandeur au delà!

J'étais hier à une conférence donnée par J Quirant à l'Institut d'Etude Politique de Lyon. Quirant est le seul physicien qui a le courage de soutenir la Version Officielle en France et je pense qu'il s'est laissé abusé par le nombre de publications dans des journaux scientifiques de premier plan qui soutiennent cette version tandis que pour les thèses conspirationistes, il est quasiment impossible de se faire accepter pour publication dans de tels journaux 
pour la raison évidente que toute revue ayant pignon sur rue jouerait son devenir en acceptant de publier ces thèses...

Les bandes sons de certaines videos d'effondrement le 11/9 ont été manipulées. comparer celle-ci

http://www.youtube.com/watch?v=qWM64aSYxuM&NR=1

avec des sons d'explosions nettement perceptibles, à celle-là

http://www.youtube.com/watch?v=s1LdQ6DGhpo

Personne ne peut dire laquelle est authentique à partir de la video seule car toutes les manips sont possibles (y compris quelques ajouts sur l'une des videos pour la décrédibiliser): il suffit par exemple de filtrer les basses pour complètement couper les explosions et l'essentiel du grondement. Dans une video de l'effondrement du WTC7 que J Quirant nous a fait écouter hier soir  on n'entendait distinctement que les voix des personnes proches de la prise de son et JQ a utilisé cet enregistrement pour attirer notre attention sur le fait que l'on aurait dû entendre des explosions. L'ennui c'est que l'on entendait pas non plus l'énorme grondement dû à l'effondrement de l'immeuble ce qui prouve qu'au mieux l'enregistrement n'a pas correctement enregistré les basses (rares sont les systèmes d'enregistrement qui permettent d'avoir un bon rendu des basses : c'est ainsi que souvent dans les enregistrements de percu africaine on n'entend typiquement que les choches et les djembés et pas les dununs graves, dunumba notamment). Sur l'enregistrement sonore de l'effondrement de la tour Landmark, le vacarme de l'effondrement du building après les explosions est mieux rendu, sans rapport avec ce qu'on entend sur la plupart des videos d'effondrement des tours.
Notons qu'au WTC , les explosifs les plus puissants n'ont été déclenchés qu'une fois l'effondrement amorcé afin que leur son soit en partie noyé dans le vacarme de l'effondrement lui même. Dans les trois premières secondes, probablement pas d'énormes d'explosions mais juste une initiation d'effondrement d'apparance naturelle provoquée par la destruction silencieuse grâce à des incendiaires de la plupart des colonnes centrales dans la zone des impacts des avions.
Pour des témoignages (y compris en video) d'explosions, voir le début de mon doc ici.

Quel dommage qu'il n'y ait pas eu de temps pour un plus long débat: le monologue de la conférence a duré près du double du temps prévu initialement.

6/2/2010

Comme en écho à la new précédente (5/2/2010)
ou j'évoquais un mécanisme d'épuration naturelle des sociétés humaines pour que la tyrannie ne puisse perdurer indéfiniment, les pires individus finissant par se massacrer les uns les autres, j'apprends aujourd'hui qu'il y avait une forte proportion de passagers travaillant secrêtement pour le compte de la défense dans le vol 77 qui aurait percuté le Pentagone d'après une enquête menée par des journalistes indépendants. La plupart étaient des ingénieurs et physiciens de l'aerospatiale experts en propulsion et/ou électronique notamment systèmes de téléguidage.

"Une des objections soulevées quant à la vraisemblance d’un complot interne aux institutions et au Renseignement états-uniens est la difficulté, voire l’impossibilité, de maintenir le secret quand trop d’exécutants et de conspirateurs sont impliqués. Ceux qui organisent une tragédie comme celle du 11-Septembre sont de toute façon suffisamment impitoyables pour inclure même le sacrifice des exécutants qui pourraient parler, les mélangeant aux autres victimes. Les restes des victimes ont été entièrement gérés par les militaires. Difficile donc de savoir aujourd’hui comment et où sont morts les passagers."

On se souvent aussi des virologues impliqués dans l'affaire des attaques à l'anthrax peu après le 11/9 qui ont également aussi été éliminés par leurs employeurs.

Avis à tous les nouveaux amateurs de black programs ou à tous ceux qui comprendront et pourtant choisiront de se faire complice de la tromperie et de la désinformation si on leur fait comprendre que ca peut être dans leur intérêt.
5/2/2010

J'ai annoncé
sur les forums anglophones Jref et the911forum mon court article "Tour Nord: Un effondrement trop rapide pour les théories de l'effondrement gravitationnel" et suis allé en débattre. Sur Jref à 1 contre dix, l'échange est assez pénible mais interessant pour apprécier la teneur des arguments des défenseurs de la VO (très inégales les stratégies de contournement des vraies questions et de tromperie sont multiples) en ce qui concerne en particulier les Squibbs. Beaucoup plus interessant mon échange avec F.Greening sur the911forum en ce qui concerne le calcul du degré de pulvérisation dont je dénonçais les erreurs et approximations abusives dans mon article. Il semblerait que j'ai réussi à sécher F Greening sur le problème de la pulvérisation ce qui me stupéfait moi même. Dans la foulée j'ai exposé mes derniers résultats sur les anomalies isotopiques et expliqué que désormais je penche pour des bombes nucléaires propres au WTC (cf news précédentes). J'invite sur le forum ceux qui disposeraient de poussière du WTC à faire analyser les isotopes du Sr avec des techniques ICP-MS à Haute-Résolution ou Multi-Collection: "have it analyzed (isotopic analysis) by a lab in your country or foreign country and publish the results : eventually this will also allow the resistance to identify which labs are under control". Je veux préciser que pour moi il n'y a pas d'autre résistance qui tienne que celle qui consiste à chercher la vérité et à la faire connaitre dans l'espoir probablement vain d'enrayer le processus anti-démocratique. Si cette résistance là échoue, les abus de pouvoirs continueront de croitre jusqu'à aboutir à des formes nouvelles de tyrannie qui produiront par réaction des débordements de violence et des affrontements ... cette autre résistance, celle qui consiste à adopter les méthodes des bourreaux et leur comportement barbare soit disant pour défendre sa patrie, sa famille, sa religion ou je ne sais quoi d'autre, elle ne me concerne pas. Je suis antipatriote et pacifiste: avant 39 j'aurais fait ce qu'il faut dans la mesure de mes moyens pour m'opposer par les arguments et l'engagement à la montée des idéologies racistes et au nazisme. Si la barbarie finalement déferle, c'est qu'on n'a pas fait ce qu'il faut pour que ca ne se produise pas avant, quand il en etait encore temps. Une fois qu'il est trop tard, il n'y a pas mieux à faire que de continuer à resister dans la non violence, c'est à dire protéger les persécutés, désobeir et ne pas se laisser corrompre ce qui revient à vivre dangereusement et implique donc de se préparer à ne pas faire long feu ... et attendre que passe le cataclysme naturel. De toutes façons, les pires, de quelque origine et de quelque bord qu'ils soient finissent toujours par se massacrer entre eux. Il y aurait donc un mécanisme d'épuration naturelle des sociétés humaines pour que la tyrannie ne puisse perdurer indéfiniment (?). Ensuite on peut repartir éventuellement sur de nouvelles bases, la seule chose qui importe au fond car qu'importe que le monde dans les générations à venir soit dominé par des Anglo-Saxons, des Germains, des Russes ou des Chinois. Au moyen âge, l'occitanie, une civilisation florissante, a été envahie et soumise par les seigneurs du Nord, des brutes en croisade, en réalité pillards avides de richesses et les cathares exterminés ... puis le temps a passé, les ardeurs guerrières se sont calmées et la culture occitane a profondément influencé le devenir de la civilisation poursuivant son bonhomme de chemin avec ses hauts et ses bas ... nous vivons aujourd'hui plutôt bien sur ces terres, nous y parlons le français, pourquoi pas, et seuls quelques vestiges de chateaux forts s'élèvent de ci de là pour nous rappeler ce sinistre épisode de l'histoire (je recommande au passage une superbe rando sur le  sentier cathare et celui des bonshommes). La mémoire des parfaits est retrouvée à la faveur de nombreux travaux historiques qui permettent aussi d'apprécier à leur juste valeur les multiples formes sous-lesquelles la culture cosmopolite occitane n'a cessé de s'exprimer dans les arts et les sciences depuis l'époque des troubadours jusqu'à nos jours.


Lorsque je parle de résistance je ne fais pas allusion non plus à une quelconque organisation ou réseau. La résistance en ce qui me concerne, c'est un engagement individuel. Bien sûr n'importe qui peut me contacter et réagir aux problèmes que j'expose ici mais il n'en demeure pas moins que si réseau il y a, il s'agit d'un reseau qui s'ignore (ce qui a pour avantage qu'il ne risque pas de consumer ses plus précieuses énergies à se contempler le nombril et ne risque pas d'être récupéré), un reseau d'échanges d'informations et de confrontations entre des individus indépendants, qui tracent leur chemin au large des troupeaux,  évoluent et
progressent dans leur comportement et perception des choses. C'est ce que favorise internet et c'est ce que je trouve inestimable car où que je tourne mon regard je vois souvent des personnes etouffées et aliénées par toutes sortes d'appartenances et interdépendances (collaborations, associations) qu'elles ont cru indispensable d'entretenir mais qui dans le contexte actuel ne constituent en général que des obstacles à toute démarche constructive et innovatrice.

3/2/2010

Retour sur les anomalies isotopiques!:
Les ingénieurs experts en ICP-MS ne prennent pas au sérieux les anomalies isotopiques qu'ils m'annoncent sur le Strontium
Sr qui a une abondance de 318 à 402 ppm dans mon échantillon au total car ils ne peuvent écarter de probables interférences polyatomiques (la résolution de leur instrument étant d'une unité de masse atomique) qui selon eux doivent être les vraies responsables de ces écarts aux abondances naturelles. Je rappelle les valeurs mesurées

84Sr : 0,47+-0.01 %      donc - 0.09+-0.01 %  par rapport a l'abondance naturelle de cette isotope
86Sr : 9,37+-0.03 %       donc  - 0.49+-0.03 % ...
87Sr : 7,00+-0.09 %         pas d'écart à signaler
88Sr : 83,16+-0.05 %          donc  + 0.58+-0.05 % ...

En fait il s'avère que les anomalies dominantes, ne sont pas du tout le demi pourcent de plus sur le Sr88 et de moins sur le Sr86 mais le 0.09% de déficit sur le Sr84.
En effet comme il s'agit d'un écart de près de 17% sur la fraction normale de cet isotope et comme cet écart est négatif  il ne peut s'expliquer que par des interférences produisant un excès sur la totalité des autres isotopes, un excès de l'ordre de 17% ce qui implique des interférants avec des abondances considérables.
Ce point est facile à confirmer en jouant avec Mathematica sur le système de 4 équations dont les quatres inconnues sont les contributions, nécessairement positives des interférants sur chaque isotope: il doit exister une interférence qui au minimum est de 17% de l'abondance totale du Strontium.
En cherchant des interférants concrets je n'ai pas mieux trouvé que:
0.08% d'ions Ca(40)Ca(44) + 31.8% d'ions Ar(40)Ti(46;47;48) + 3.87% d'ions FeO2,  qui reproduit exactement toutes les anomalies.  Tous les % sont relatifs ici à l'abondance totale en Strontium. L'interférence avec ArTi est énorme même si c'est de loin l'ion à priori meilleur candidat car l'Argon est ultradominant dans le Plasma. Cela signifie que les ions ArTi doivent avoir une abondance de ~ 1/3 de 400ppm soit 130ppm alors que le Ti lui même a une abondance de 2400ppm dans l'échantillon donc que 5% des atomes de Ti se sont appariés en ions avec des atomes de Ar. Il me semble que de tels chiffres ne sont pas vraisemblables car si un ICP--MS ne pouvait obtenir mieux que 95% des ions d'une espèce séparés et isolés des autres espèces, il ne servirait pas à grand chose ... mais  affaire à suivre.

Par ailleurs, le fait que l'abondance de Sr87 retrouve la valeur naturelle de 7% en présence d'interférences d'une telle amplitude est une coincidence assez extraordinaire tandis que si l'on a affaire à une vraie anomalie isotopique cela s'expliquerait simplement par la transformation de Sr86 et Sr84 en Sr88 (avec absorption de particules alphas) laissant Sr87 spectateur et non affecté. Je vais peut être devoir faire appel à un instrument plus précis pour trancher mais cela risque de me couter nettement plus cher (qu'avec l'ICP-MS Quadrupolaire ou le prix de la mesure par élément était de 100 euros), si des lecteurs veulent bien m'aider financièrement ce serait très appréciable...


29/1/2010  ajouts en rouge le 2/2/2010 : IMPORTANT!

J'ai reçu hier mes résultats des analyses isotopiques que j'ai demandées sur le Titane, le Baryum et le Strontium de la poussière du WTC. Je rappelle (vous trouverez les multiples liens à ce sujet dans mes précédentes news sur cette page) que je soupçonnais fortement les niveaux anormalement élevés de Strontium mais aussi de Baryum (dailleurs les concentrations de ces deux éléments sont très corrélées sur les différents sites de prélèvements de l'USGS) de s'expliquer par l'usage de Capacités utilisées pour produire de puissantes décharges électriques. Ces décharges auraient été utilisées pour déclencher des réactions thermitiques, des explosifs et/ou d'autres réactions. C'est dans de telles décharges surpuissantes que des anomalies isotopiques très significatives ont été observées dans les expériences du RECOM et récemment reproduites par une équipe Française. Un rapport récent de la DIA montre que l'US Army prend très au serieux (mais probablement que cet interêt ne date pas d'hier!) les résultats de ce type appartenant à un champ de la physique qui demeure non compris : celui des réactions nucléaires à basses énergies (LENR). Ce n'est finalement pas dans le Titane mais dans les éléments, Strontium (Sr) et Baryum (Ba) que des anomalies isotopiques très significatives sont détectées.

Sr: 318 à 402 ppm au total

84Sr : 0,47+-0.01 %      donc - 0.09+-0.01 %  par rapport a l'abondance naturelle de cette isotope
86Sr : 9,37+-0.03 %       donc  - 0.49+-0.03 % ...
87Sr : 7,00+-0.09 %         pas d'écart à signaler
88Sr : 83,16+-0.05 %          donc  + 0.58+-0.05 % ...

Les mesures sont données avec un intervalle d'erreur à 95% de niveau de confiance (i.e deux déviations standards). Les analyses ont été réalisées sur un ICP-MS quadripolaire classique ce qui de manière générale peut permettre à des isotopes d'autres éléments ayant la même masse atomique d'être pris pour les isotopes analysés. On parle alors d'interférences et ces effets sont soustraits automatiquements dans les analyses. On peut de plus exclure une soustraction imparfaite ici car les seuls éléments mono-atomiques qui pourraient interférer avec les isotopes du Strontium sont le Rubidium (négligeable dans la poussière du WTC) pour l'isotope 87 uniquement où il n'y a pas d'anomalie à signaler et le Krypton qui ne pourrait contribuer qu'à fausser dans le sens d'un excès (positif!) les mesures des isotopes 84 et 86 alors que nous observons des écarts négatifs.  De plus seul le Sr 87 est radiogénique.
Enfin, il faut  imaginer plusieurs interférences affectant chacun des  isotopes pour rendre compte de ces écarts.

Il semblerait qu'une interférence d'ions polyatomiques ArTi sur le Sr permettent d'expliquer toutes les anomalies sur le Sr simultanément. N'ayant pas les moyens de faire tester cette hypothèse avec un appareil plus précis, l'aventure doit s'arrêter ici !

Ba: 128 à 227 ppm au total

130Ba : 0,099+-0.008 %      pas d'écart significatif à signaler
132Ba : 0,105+-0.008 %       pas d'écart significatif à signaler
134Ba : 2,41+-0.01 %         pas d'écart significatif à signaler
135Ba : 6,55+-0.05 %        pas d'écart significatif à signaler
136Ba : 7,84+-0.02 %       pas d'écart significatif à signaler
137Ba : 11,3+-0.02 %       donc + 0.07+-0.02 %  par rapport a l'abondance naturelle de cette isotope
138Ba : 7,00+-0.09 %        pas d'écart significatif à signaler

Seuls le Lanthane et Cesium 137 peuvent interférer sur le Baryum 137 mais ce sont des radioisotopes synthétiques. Je n'ai pas trouvé d'interférant polyatomique évident à la masse de 137 mais il faudrait une analyse avec un instrument de meilleure résolution pour les exclure. Des confirmations de ces résultats n'auront pas lieu dans d'autres laboratoires car je n'en ai pas les moyens. L'aventure doit donc s'arrêter ici en ce qui me concerne.

Hypothèse: la fusion froide a été discréditée médiatiquement pour permettre aux labos du DoD d'accaparer le domaine de recherche. Les militaires ont rapidement mis en évidence que les "rayonnements étranges" ou micro boules de lumières produits lors de puissantes décharges électriques peuvent générer en leur sein des températures fantastiques  de l'ordre du milliard de degrés. C'est suffisant pour amorcer des réactions de fusion Bore-Hydrogène. Les mini-bombes nucléaires propres à fusion Bore-Hydrogène (sans radioactivité associée ni tritium) ont alors été utilisées pour détruire les tours du WTC. Seule signature possible : des anomalies isotopiques importantes dans les matériaux qui ont été soumis à des flux importants de ces rayonnements, anomalies que je recherche dans le Strontium et le Baryum. Le programme Z-machine est poursuivi pour mieux comprendre théoriquement la physique des "rayonnement étranges": dans les décharges électriques de la Z machine des températures inattendues de plusieurs milliards de degrés ont en effet été observées en 2006 dans un plasma étendu mais je suppose que cela était déjà connu des militaires qui ont exploité cette physique sans vraiment la comprendre pour descendre les tours du WTC.

31/1/2010

Quelques articles que l'on vient de me signaler à propos de la politique US en Amérique Latine et Caraibes

Les véritables objectifs de l’accord militaire entre les Etats-unis et la Colombie
Amérique latine: la montée de l'agressivité de Washington par Éric Toussaint
Defense launches online system to coordinate Haiti relief efforts
Le Venezuela encerclé par Ignacio Ramonet
Un sismologue haïtien accuse : «On savait que ça arriverait»


28/1/2010

Le budget du Pentagone : le plus élevé de tous les temps et en augmentation constante

Articles publiés par le Réseau Voltaire:

Haiti et l'arme sismique
Haiti: au delà des effets d'annonce


27/1/2010

S'agissant des armes sismiques, le rapport de la flotte Russe indiquerait qu'un générateur de puissantes impulsions de courants de type Pamir combiné à des bombes à ondes de chocs serait utilisé par les Américains pour déclencher des séismes, notamment celui récent d'Haiti. Voir à ce sujet la page de JP Petit  sur les armes sismiques.
Quelques secondes avant son effondrement, Rick  filme un hélicoptère (semble être un hélico de sauvetage de l'armée avec une ligne de sauvetage) survolant le toit de la tour Sud et plusieurs puissants flashes sont observés (video à 22:29).



Que  le flash soit plus qu'un simple fugace reflet du soleil et que Rick puisse distinguer un cable sous l'hélico n'ont rien d'évident à priori! En supposant, que le flash juste avant l'effondrement ne soit pas qu'une coincidence, on peut se laisser aller à des supputations qui pourraient occulter tout un réseau d'autres preuves beaucoup plus solides exposées dans ce site. Mais puisque tout doit être passé au peigne fin on peut s'hazarder à emettre tout de même quelques hypothèses même si elles semblent assez audacieuses!
Première hypothèse:
L'hélicoptère transportait il un puissant générateur impulsionnel, auquel cas l'impulsion électrique se serait quasi instantanément transmise au sol à la base de la tour ce qui combiné à des explosions à ondes de chocs aux sous-sols aurait produit les secousses? 
l'idée importante serait qu'un générateur d'impulsions moins puissantes que celles des éclairs de foudre (qui ne provoquent pas habituellement des tremblements de terre!) serait suffisant à condition qu'un circuit aille directement injecter l'énergie électrique dans une faille sismique ... y en a t'il une pas trop profonde proche de l'aplomb du pied des tours?
Deuxième hypothèse:
Les impulsions électriques produites auraient été injectées dans un circuit isolé de la carcasse de la tour mais destiné à produire les arcs électriques d'allumage des réactions thermitiques (ceci ne serait justifié que si la propagation des incendies rendait à priori aléatoire l'état de marche du générateur au moment voulu s'il avait été préinstallé dans la tour, à moins qu'il ne s'agisse d'un système auxilière au cas ou celui situé dans la tour soit défaillant car il ne semble pas par contre que la tour Nord ait été survolée juste avant son effondrement). 


25/1/2010 actualisé le 26/1/2010 (en rouge)

La présente nouvelle fait suite à celle d'hier.

Le site du bureau des mines et de l'énergie de la république d'Haiti  mentionne plusieurs facteurs favorables à l'existence de pétrole (entre autres ressources minières exploitables) en Haiti ce qui ajoute de la crédibilité à l'information de source non officielle du sismologue Haitien D Mathurin en 2008:
"Nous avons relevé 20 sites pétrolifères". Assez logiquement, et si la stratégie de l'empire demeure la même que celle qui fut mise en oeuvre systématiquement en Amérique Latine, on s'attend à ce que le régime soit déstabilisé afin que des individus plus disposés à satisfaire les intérêts des grandes firmes US ainsi que leurs propres intérêts prennent la place des dirigeants actuels si ceux-ci ne se laissent pas corrompre suffisamment, mais cette fois-ci avec l'appui-relai médiatique de tous les organes de propagande de l'empire, y compris donc France Info = radio-propagande !( ou s'est effectivement exprimé hier un individu dénonçant la non prévoyance du gouvernement Haitien, comme si la situation  économique du pays avait permis un tel luxe que d'investir massivement dans la prévention des catastrophes sismiques, sans parler en passant de la nième intervention de Ben Laden qui maintenant peut même revendiquer les attentats d'individus qu'il n'a jamais rencontrés!!??).

S'agissant des armes sismiques:

Des études récentes ont observé dans l'ionosphère, à environ 100 km d'altitude, des signaux électromagnétiques assez intrigants quelques secondes avant certains séismes", explique Pascale Ultré-Guérard, géophysicienne au CNES. "La mission du satellite Demeter consiste à mesurer ces phénomènes et, le cas échéant, vérifier leur caractère systématique." Un événement remarquable a dailleurs été enregistré par Demeter (en orbite depuis 2004) juste avant le seisme de Samoa cet Octobre. Les résultats pour résumer,  confirment que pour des séismes de magnitude supérieure à 4.8, à moins de 40km de profondeur et dont l'épicentre se situe à moins de 330km de l'aplomb du satellite orbitant à 700km d'altitude, les ondes électriques enregistrées de 1 à 2.4kHz , essentiellement de nuit (?), diminuent d'amplitude de ~6dB proportionnellement à la magnitude du seisme quelques heures avant celui-ci mais que la perturbation bien que réelle est faible et ne pouvant être révellée que statistiquement est donc inexploitable pour la prévention. Les résultats indiquent qu'il ne s'agirait pas d'un effet direct de seisme mais plutôt d'un modification des conditions de propagation des ondes géomagnétiques.

De nombreux passionnés plus ou moins amateurs traquent aussi les grandes longueurs ondes et écoutent la terre afin de traquer la signature de signaux précurseurs, et les résonnances de Schuman dans l'espoir qu'ils puissent un jour être utilisés pour prévoir les séismes.


Les mécanismes de génération des perturbations sont mal élucidés mais il y a donc bel et bien un couplage au moins électromagnétique entre l'intérieur de la terre et l'ionosphère et probablement aussi gravitationnel car certains disent observer que les signaux précurseurs se produisent plus fréquemment dans des périodes privilégiées du cycle diurne et du cycle lunaire.

Si couplage il y a le transfert direct d'énergie entre la terre et l'ionosphère semble minime, cependant la théorie de la gravité obscure vulgarisée dans ce site prédit l'existence de discontinuités de potentiel le long d'équipotentielles gravitationnelles et probablement aussi électrostatiques. Des perturbations électromagnétiques ou gravitationnelles même minimes peuvent mettre en mouvement ces discontinuités et même , dans le cas de perturbations oscillantes, les faire vibrer autour d'une position d'équilibre à des fréquences déterminées par ces perturbations et ceci peut avoir des effets très importants car les énergies mises en jeu par les discontinuités peuvent être colossales: les courants de particules chargées peuvent être perturbés aussi bien à l'intérieur de la terre que dans la ionosphère si des discontinuités y sont localisées.

Bref, tout ceci permet d'envisager que la compréhension de ces phénomènes nous mènerait non seulement à identifier les mécanismes de couplage entre la terre et l'ionosphère mais aussi à les exploiter et pourquoi pas de produire des perturbations électromagnétiques susceptibles de "secouer les discontinuités" de potentiel  à l'intérieur de la terre et par la même de déclencher des séismes... Affaire à suivre m
ais pour le moment je ne vois pas en tout cas comment une arme uniquement électromagnétique pourrait provoquer des secousses sismiques ou générer des courants suffisants pour chauffer les colonnes du WTC! S'il y a quelque vérité se cachant derrière l'idée d'arme sismique, elle devrait être recherchée dans une nouvelle physique (necessiterait un changement de paradigme).

23/1/2010

Le problème est simple : la compétition pour le pouvoir et l'argent a tendance à favoriser à tous les niveaux, de la petite structure jusqu'aux états, l'accession et concentration progressive aux plus hautes sphères de décision des individus les plus cyniques et les plus facilement corruptibles. Lentement mais sûrement des imposteurs infiltrent le système et concentrent les pouvoirs: leur appétit pour le profit varie souvent en raison inverse de leur inclination pour les sciences, les lettres ou les arts au sens large y compris celui de gérer ou d'administrer avec conviction, donc de tout ce qui peut être utile au plus grand nombre. Les personnes intègres s'éliminent souvent d'elles mêmes de cette course malsaine ou en sont rapidement éliminées si elles refusent de composer c'est à dire presque toujours de se laisser corrompre. Aujoudhui le pouvoir financier est détenu par les lobbies dans les grandes puissances et ce pouvoir devient du même coup le vrai pouvoir politique écrasant tout (lois démocratiques, constitution) ce qui ne va pas dans le sens de leurs intérêts.
Deux videos à voir absoluement annoncées aujourdhui sur le site de JP Petit:

- L'extraordinaire confession de John Perkins, " tueur économique ": qui nous décrit en détails la politique de corruption (il en était un des acteurs) et d'assassinats pratiquée par l'empire US en Amérique Latine.

- Des révélations d'une colonel au Pentagone jusqu'au déclenchement de la guerre en Irack (première de six videos)

Cette concentration de l'immoralité aux sommets aboutit inéluctablement tôt ou tard à des monstruosités décidées de sang froid par un ou une bande de psychopathes. Ce qui change aujourdhui la donne ce sont les technologies sophistiquées, y compris dans le contrôle et la manipulation de l'information, qui constituent désormais autant de nouveaux moyens d'exercice d'un pouvoir quasi illimité qui s'offre aux nouveaux tyrans. Par conséquent le pire doit toujours être envisagé et tous les efforts mis en oeuvre pour que ce phénomène naturel de pourrissement par le haut des sociétés humaines soit enrayé définitivement maintenant ou jamais.

Donc : Les Etats Unis ont-ils provoqué le tremblement de terre à Haiti ? dans un premier temps j'avais du mal à y croire ne voyant pas de mobile évident. Mais je soumets à votre perspicacité ces quelques liens pour les éventuels mobiles d'un crime planifié  :

Haïti : les mercenaires flairent un marché juteux
Ils ''veulent unifier l'île d'Haïti''
Haïti : Naomi Klein, les arrêter avant qu’ils imposent le ’choc’ encore une fois
Haïti : non-lieu pour le FMI
L'humanitaire au service du capital

et :

"Nous avons relevé 20 sites pétrolifères", expliquait Daniel Mathurin, sismologue haïtien en 2008, assurant que les réserves pétrolifères d'Haïti étaient plus importantes que celles du Venezuela. Une richesse qui augmente l'intérêt stratégique du pays. Pourquoi, dans ce cas, ces réserves ne sont-elles pas exploitées ? Pour Ginette Mathurin, son épouse, « ces gisements sont déclarés "réserves stratégiques des États-Unis d'Amérique" ». "Le récent tremblement de terre en Haïti a été causé par une machine utilisant une technologie développée par Nicola Tesla, selon le MI6. La machine à séisme n'est pas HAARP, mais plutôt une sorte de dispositif nucléaire, selon cette source et une source de la CIA.".

Que faut il penser de tout cela ? Je demeure sceptique mais quoi qu'il en soit, il s'agit de rester vigilents car nous saurons rapidement ce que sont venus faire les milliers de GI sur le sol Haitien s'ils s'installent et si le pétrole se met à jaillir à flots!

Voici une vue d'artiste très suggestive




Les tours ont oscillé et la terre a tremblé juste avant le début des effondrements le 11/9 (slides 72-76 et digression sur les armes naturelles).  Mais pour le moment je ne vois pas comment une arme uniquement électromagnétique pourrait provoquer des secousses sismiques ou générer des courants suffisants pour chauffer les colonnes du WTC! S'il y a quelque vérité se cachant derrière l'idée d'arme sismique, elle devrait être recherchée dans une nouvelle physique (necessiterait un changement de paradigme).

21/1/2010

Ce n'est certes pas le fait le moins étonnant en liaison avec le 11/9 : 14 personnes, principalement des pompiers, ont survécu dans l'escalier B au centre de la tour Nord. Ils descendaient les escaliers et se trouvaient entre le 10ème et 20ème étage lorsque la destruction de la tour Nord s'est amorcée. Alors qu'ils auraient du être écrasés par 80 étages ils émergent à la surface d'un champ de débris sains et saufs ici !!:


Quelques liens:
http://www.usatoday.com/news/sept11/2002-09-05-miracles-usat_x.htm
http://nymag.com/nymetro/news/sept11/2003/n_9189/index3.html
http://911research.wtc7.net/sept11/victims/wtcsurvivors.html

Cette survie miraculeuse me semble plus plausible dans le cas ou l'essentiel des étages supérieurs ont été dispersés en fine poussière et débris catapultés en dehors du pied de la tour par des explosions. Ces explosions pour une raison inconnue ont du s'interrompre entre les étages 10 et 20 dans cette zone de la tour Nord tandis que tous les étages inférieurs et supérieurs ont été détruits et les personnes qui descendaient les escaliers au dessus et en dessous ont été pulvérisées comme tout le reste. Ces survivants ont littéralement surfé la vague de destruction pour atterir dans un champ de poussière qui a amorti leur chute sans blessures significatives!
Ceci est donc un élément de poids à rajouter aux autres témoignages et observations qui soutiennent la thèse selon laquelle l'essentiel des étages a été pulvérisé en plein ciel et ne s'est pas retrouvé compacté au pied de la tour comme voudraient nous le faire croire les tenants de la VO.

18/1/2010

La fusion aneutronique
Bore-Hydrogène que j'évoquais au passage hier m' a conduit à relever la totale absence du Bore dans la poussière du WTC. Avant d'imaginer que des technos utilisées au WTC ont généré d'extravagantes températures (le bore n'est consommé qu'à des températures de l'ordre du milliard de degrés) ... on peut déjà envisager que si le bore a présenté de très importantes anomalies isotopiques à l'analyse il est possible qu'il n'ait pas été identifié correctement et que cela puisse être la raison pour laquelle il ne figure pas dans la liste ci-dessous (ceci dit l'abondance du bore est de 10ppm dans la croute terrestre: faible) des concentrations chimiques des éléments au WTC d'après le labo USGS: en bleu plage des mesures sur différents sites, en jaune, la moyenne et en rose les concentrations attendues dans les sols de la région.

On m'a signalé un topic de forum ici où sont discutées les habituelles observations qui sembleraient à priori difficiles à expliquer sans faire appel à des technos futuristes. Cependant beaucoup de ces soit disant éléments de "preuve" sont trop facilement contestables: l'essentiel du béton a t'il été vraiment pulvérisé ou au contraire la majeure partie est elle restée en blocs mais se trouverait compactée dans les sous sols (les témoignages indiquent clairement un degré de pulvérisation extrême mais les sceptiques ont encore l'échappatoire des sous-sols) ?, les "cratères" ne sont ils pas simplement dus au fait que le sous sol était un vrai gruyère au site du WTC (probablement!), les niveaux de tritium ne sont ils pas restés ridicules en comparaison de ce qu'on devrait attendre après explosion d'un bombe à fusion pure ou non (sans aucun doute), on sait que les véhicules prennent feu lorsque soumis à des chocs dans des accidents et sont rapidement carbonisés par leur carburant donc qu'ils prennent feu lorsque des tonnes de débris leur tombent dessus, est ce si étonnant ? (probablement pas) ... et en ce qui concerne des effets electromagnétiques de type EMP et des secouristes qui meurent dans les quelques jours suivant le 11/9 je manque d'infos fiables et sourcées. Quoi qu'il en soit je ne m'attends pas à ce que, si techno futuriste à l'oeuvre il y a eu, les preuves soient faciles à réunir et je m'attends par contre à ce que déferlent comme d'habitude les faussent preuves que les pro de la désinformation propagent comme toujours avec beaucoup d'efficacité puisque c'est leur job!
Entre autres questions que je me suis posées, certainement facile à trancher:




Antennes  de forte puissance ? En tout cas, il est certain que pour piloter le déclenchement de tous les incendiaires et explosifs par ondes electromagnétiques (et donc éviter un cablage complexe et peu discret) ou pour téléguider les avions de telles puissantes antennes en vue directe sur la totalité des deux dours (ici installées sur un echaffaudage, donc provisoire) ont pu être utilisées.

16/1/2010

Plusieurs morts en Afghanistan ont marqué cette semaine, comme en écho à ce que je prévoyais dans ma new du 11/1/2010: si l'on n'arrête pas cette sale guerre "les body bags continueront à défiler!". Je me passerais bien du don d'oiseau de mauvais augure...
Voir aussi  mes corrections en rouge
dans ma new du  11/1/2010: à priori pas de nucléaire (fusion ou fission) au WTC mais effets de type fusion froide envisageables! (Pas de radioactivité sur le site du WTC et des bombes à fusion pure auraient libéré des quantités de tritium très au dessus de ce que les analyses ont mis en évidence à GroundZero, difficile d'imaginer que des  bombes à fusion aneutronique de type Bore-Hydrogène étaient au point en 2001!). Voir également à ce sujet ma new du 27/2/2009.

11/1/2010

J'ai fait procéder à des analyses isotopiques sur la poussière du WTC et obtenu des résultats préliminaires manifestant de très significatives anomalies si le calcium dans mon échantillon est à la concentration habituelle des analyses de l'USGS. Il est bien possible qu'ont été utilisées au WTC des technos issues de recherches militaires sur la fusion froide ou des technos manifestant des effets non désirés de fusion froide. Les compléments d'analyse en cours que j'ai demandés tardent à me parvenir de façon suspecte, on m'explique qu'il y a des problèmes techniques mais je commence à perdre patience ! Les différents labos que j'ai contactés ont en effet des délais incroyablement longs pour des mesures qui devraient être quasi instantanées sinon comment les glacialogues feraient ils pour effectuer les 700000 analyses de couches de glace correspondant à 700000 ans en un temps raisonnable! A l'arrivée il sera interessant de voir lesquels auront correctement fait leur boulot et lesquels auront masqué les anomalies en surestimant les barres d'erreurs!
Eléments dont j'ai demandé le dosage: Titane, Baryum, Strontium et Calcium pour corriger des interférences attendues. Pour le moment il y aurait un net déficit en Titane 48 (
si le calcium dans mon échantillon est à la concentration habituelle des analyses de l'USGS) exactement comme dans les expériences du RECOM depuis refaites avec succès notamment par des Français .
Ceux qui savent des choses importantes doivent les publier ou me les communiquer urgemment sinon les body bags continueront à défiler et il faudra en assumer la responsabilité morale!


6/1/2010

L'article de Manfred est paru sur Agoravox le 1/1/2010. La chute de l'antenne débute 0.4 secondes en avance sur la facade Nord. Cette observation s'interprète bien sachant que l'effondrement débute par un léger basculement de la pile supérieure vers le Sud (curieusement nous ne disposons d'aucune video de la face Sud): A t=0.4s, le bloc supérieur tout entier a donc initié sa descente avec une inclinaison qui se traduit par une avance  de l'ordre du mètre de l'antenne sur la facade Nord signifiant une inclinaison de 1.8 degrés tout au plus (cette inclinaison va s'accentuer dans les 2 secondes qui suivent jusqu'à 8 à 11 degrés). Mais l'important est que toutes les colonnes du bloc supérieur (237 colonnes périphériques et 47 colonnes centrales ) ont été détruites quasi simultanément: à 0.4s près, pour assurer une initiation d'effondrement d'une quasi parfaite symétrie: c'est une observation qui cadre parfaitement avec l'hypothèse de la démolition contrôlée partant du bas du bloc supérieur. En particulier,  le rôle de la coiffe en treillis est mineur dans une situation d'initiation d'effondrement ou les charges sont réparties à priori de façon extrêmement  dissymétriques, et elle ne peut expliquer une telle cohésion de la pile supérieure.

Un start pris 0.4 secondes en avance ne remet évidemment en question aucune de nos analyses:
- D'une part l'avance du front d'ejections observées reste très considérable par rapport aux prédictions de Bazant à t=7.4s.
- D'autre part, l'analyse sur une seule face reste très pertinente et le fait que l'effondrement ne soit pas descendu au delà de l'étage 92 en 3s d'effondrement de la face Nord est encore plus significatif compte tenu du fait que des parties cachées ayant quelques fractions de secondes d'avance ont pu tirer et produire des accélérations supplémentaires sur cette facade. Les conclusions qui s'appliquent à cette facade peuvent donc être extrapolées à fortiori à toutes les autres et à la pile supérieure entière: une décélération importante du centre de gravité du bloc supérieur dans les premières secondes très différente de celle du toit. Ces conclusions ne sont dailleurs pas démenties par les observations en face Ouest (ou nous observons les ejections massives à 7.4s) et Est qui ne montrent pas non plus d'avance de la base de la pile au delà du 92. Cette décélération du bloc supérieur doit se traduire, si on en tire les leçons en appliquant le facteur de résistance correspondant dans les secondes qui suivent,  par un retard considérable de près de 2 secondes sur les éjections observées à t=7.4s (cf article de Manfred). Ce n'est qu'en négligeant toutes les résistances et pertes de masse du bloc supérieur, que l'on pourrait espérer atteindre le lieu des éjections à temps mais cette hypothèse est absurde et déjà réfutée par les observations des 3 premières secondes.

Insistons à nouveau sur le fait qu'un effondrement local qui aurait gagné la face Ouest en avance est encore plus absurde: un tel effondrement signifierait que chaque plancher aurait été déchiré en deux ce qui est beaucoup moins favorable à un effondrement rapide qu'un scénario d'effondrement global des étages entiers.

2/1/2010

En video :"Des soldats Américains dénoncent !"
Une intervention remarquée de Mike Prysner, jeune vétéran de la guerre d'Irak, lors d'un récent colloque organisé par l'organisation "Vétérans d'Iraq contre la guerre" (IVAW) appelant la population à la lucidité. Celle de reconnaître qui sont les véritables instigateurs de cette guerre, de ces guerres, initiées et entretenues sur base de motifs fallacieux, au mépris de toute dignité humaine et dans l'hypocrisie générale.

27/12/2009


Page en anglais sur l'étude de la tour Nord (annonce à propager sur les forums et blogs anglophones). Je considére ces résultats comme majeurs car bien qu'il y ait de nombreux points extrêmement suspects concernant le 11/9, souvent les doutes reposent sur les incohérences des données fournies par les officiels qui peuvent à tout bout de champ changer de version comme ils l'ont fait trois fois de suite à propos de la non réaction de l'armée de l'air ou inventer de toutes pièces de nouvelles données. Ici il n'est question que d'appliquer les lois de la physique et d'analyser des videos de la tour Nord qui ont fait le tour du monde le 11/9 (donc origine certifiée) pour aboutir à la conclusion que l'effondrement est trop rapide pour être seulement gravitationnel: les anomalies sont flagrantes et très proprement mises en évidence.

On ne pourrait pas en dire autant en ce qui concerne le dossier des anomalies au Pentagone: il suffit dans ce cas la que les chercheurs  trouvent des anomalies pour que rapidement de nouvelles données apparaissent semblant contredire leurs interprétations (voir les dernières news sur le site de bastison concernant les données de la boite noire), et c'était à prévoir. Jerome Quirant finit par mentionner une étude aerodynamique démontrant que l'avion n'aurait pas pu avoir l'approche en virage à faible vitesse mentionnée par certains récents témoignages sans décrocher et finalement s'écraser. Pour le coup je suis assez satisfait par cette conclusion car il me semblait assez évident et scénario intenable que l'avion correspondant à ces témoignages puisse avoir survolé le Pentagone sans s'y écraser.

Il n'est probablement pas exclu que certaines de ces anomalies tardives soient des faux lièvres  levés par les désinformateurs pour nous faire perdre notre temps. Une fois de plus lorsque on observe au bout de 7 secondes d'effondrement  une facade entière de la tour Nord qui explose au 58ème étage, il est certain que physiquement il est absolument impossible que la destruction ait avancé aussi rapidement jusqu'à ce niveau si elle est seulement gravitationnelle: la preuve est donc faite que des explosifs ont soufflé ces étages et les suivants en séquence rapide!

27/12/2009

L'article de Manfred n'est toujours pas édité sur Agoravox! Que se passe t'il ?

24/12/2009 8/1/2010

Manfred Cochefert vient de publier l'article que j'annonçais le 20/12: c'est ici et ici. Il parait que nous avons déjà eu des accusations d'escroquerie en comparant le lieu des éjections massives à ce qui est censé n'être que le sommet d'une pile d'étages rigide en effondrement dans le cadre de la théorie de Bazant , Greening and co. En réalité, il est évident que cette pile ne peut pas être rigide: très rapidement sa base et son sommet doivent converger. Les contraintes doivent détruire autant la base de la pile que les étages inférieurs ==> hypothèse d'une pile rigide poursuivant la destruction de la tour absurde !



20/12/2009

Un nouveau slide dans mon doc



La courbe de la chute libre (free fall) est ici celle d'une pomme lachée dans le vide. En réalité, la chute la plus rapide que les lois de la physique permettent de concevoir pour cette tour même dans l'hypothèse où sa résistance à l'effondrement serait négligeable est beaucoup plus lente que cette chute libre car il faut au minimum dépenser l'énergie permettant de mettre en mouvement les étages ce qui produit un ralentissement inévitable et doit  limiter l'accélération à un maximum de 70% de la chute libre dans les 3 premières secondes.
Manfred et moi même avons montré que la tête du front de destruction observée à t=7s est largement en avance sur ce front théorique le plus rapide
que les lois de la physique permettent de concevoir, il n'a donc pas besoin d'être plus rapide que la chute libre de la pomme dans le vide pour que nous soyons en droit de conclure à une impossibilité physique majeure! Au vu de la courbe ci dessus ce ne sont certes pas les sommités soutenant la thèse de l'effondrement gravitationnel qui seront en position de nous contredire , toutes leurs courbes (malgré des efforts certains pour favoriser un effondrement aussi rapide que possible) traduisent  un front de destruction terriblement lent en comparaison de celui observé sous la forme d'ejections masives à t=7s à l'étage 58 en particulier.
Comme Manfred l'explique dans une étude à parution imminente, notre scénario est soutenu entre autres par l'observation cruciale que l'accélération du bas de la pile supérieure (qu'elle soit de 12, 15 ou plus d'étages) est nettement inférieure à celle de son toit dans les premières secondes sinon à t=3s le front de destruction aurait dépassé l'étage 92 et serait au moins 4 étages plus bas.  Autrement dit, et comme c'était prévisible, la pile supérieure ne peut pas être assimilée au bloc rigide
que postulent les études pro VO. Ces études postulent en effet un  bloc capable de détruisant la partie inférieure de la tour sans être affecté lui même (réduit et compacté) .
On montre que le ralentissement doit affecter plus de la moitié des étages de la pile supérieure et que la vitesse commune de ces étages compactés ne peut pas être de plus de 13m/s. Il en résulte que la vitesse de l'ensemble du bloc supérieur est nécessairement inférieure à 17 m/s à t=3s. Même si cette vitesse est supérieure à celle que nous avions utilisée dans notre étude (11m/s) elle demeure très insuffisante pour permettre au front de destruction d'atteindre le lieu des expulsions massives à temps (0.8 secondes de retard!).   Autrement dit, le retard qui a été pris dans les premières secondes ne pourra pas être rattrapé! Comme Manfred me l'a justement fait remarquer cette conclusion est d'autant plus valide qu'il faut de plus tirer jusqu'au bout les leçons de la faible accélération observée dans les trois premières secondes pour  l'ensemble du bloc supérieur, accélération nettement inférieure à celle de son toît.  Elle signifie qu'en toute rigueur il faudrait appliquer cet effet de ralentissement à la suite de l'effondrement, i.e au delà de  t=3s: dans ce scénario l'effondrement devient si lent qu'il n'atteint pas le lieu des projections massives avant 9 secondes contre 7 observées. Bref , le cas que nous avions considéré dans notre étude était bel et bien le plus favorable à un effondrement le plus rapide possible, même s'il était encore beaucoup trop lent pour arriver à temps à l'étage 58 des expulsions massives.
Je ne saurais trop féliciter Manfred pour sa fine comprehension de cette physique et le travail effectué. Ses nouvelles contributions constituent une consolidation remarquable de nos résultats.

11/12/2009

Le prix Nobel de la paix pour Obama qui vient d'ordonner l'envoi de 30000 hommes supplémentaires en Afghanistan pour "luter contre Al Qaeda".
La farce cauchemardesque continue ...

2/12/2009

Le vol 77 n'a pas pu être détourné. Un enregistrement déclassifié montre que la porte du cockpit est restée verrouillée.

26/11/2009

Réponse à la nouvelle Mise à jour de J Quirant

25/9/2009 et  21/11/2009


Ma réponse à la propagande de J Quirant contre notre étude réfutant la théorie du Pancake! maintenant complétée de ma réponse à sa récente mise à jour. Réactions de Manfred Cochefert ici

Nouvelles diapos 66 et 67 avec réponses aux FAQs sur cette analyse.

20/11/2009

Manfred Cochefert, étudiant en Master d'informatique à Metz, a refait entièrement et contribué à améliorer l'analyse démontrant que les vitesses du front de destruction de la tour Nord sont incompatibles avec un effondrement sous le seul effet de la gravité. Il vient de publier un article sur Facebook, ici et ici. Un exemple à suivre!

16/11/2009


Selon la simulation du NIST, uu delà de 560°C l'attache coté interne de la poutre est totalement détruite (cisaillement des boulons) donc laisse cette extrêmité complètement libre de se déplacer horizontalement (jusqu'à 10 cm, i.e. tant qu'elle ne sort pas de son assise et reste supportée verticalement ) sur son assise!

Pourtant une force horizontale de ~10 à 15 kip constante au delà de 560°C exercée par la poutre peut encore tirer horizontalement (d'après la simulation du Nist) sur la  colonne externe à l'extrêmité opposée! Mais comment donc un tirage pourrait il continuer de s'exercer à une extrêmité alors que l'autre est libre !?
J'avais depuis longtemps relevé cette énormité apparente mais ne l'avais pas mentionnée dans ce site, me disant qu'il devait y avoir une explication à laquelle je n'avais pas pensé ... je ne vois toujours pas comment pourrait être justifié cet absurde tirage de la poutre. En conséquence, j'ai ajouté un slide dans le doc.
Merci à Claude Valette (ici page 18)  pour cette juste remarque (au milieu d'un fatras de pataphysique à peine imaginable (par exemple la loi de conservation de l'énergie cinétique appliquée à des chocs évidemment inélastiques donc 
en conflit avec la loi de conservation de la quantité de mouvement*), je ne peux évidemment pas consacrer du temps à corriger toutes les aneries pro VO sur le marché c'est pourquoi j'ai décidé de me concentrer sur l'étude proVO qui de loin a bénéficié du plus de moyens et de forces vives pour l'analyse: budget de 20M$, centaines d'ingénieurs experts,  trois ans, rapport de 10000 pages: celle du NIST)  : la force de tirage doit être symétrique, c'est pourquoi si une extrêmité est libre, et tant que la poutre repose verticalement sur son assise (ce qui est le cas dans la simulation du NIST), il ne peut y avoir de tirage sur l'autre. Une fois les boulons internes arrachés, comment diable la poutre pourrait 'elle tirer sur les colonnes externes pour les faire flamber!?

*Le simple fait de considérer une pile de n étages entrant en collision avec un étage pour constituer une pile de n+1 étages permet d'appliquer la conservation de l'impulsion (en faisant l'hypothèse que l'ensemble est un système isolé) mais pas la conservation de l'énergie cinétique à cette collision qui est donc nécessairement inélastique. Il y a des effets dissipatifs inhérents à ce cas de figure (pertes essentiellement sous forme de chaleur, déformations, fractures... ). Ce sont les effets dissipatifs minimum qu'on ne peut éviter de prendre en compte.  A ceux-la doivent s'ajouter de bien plus importants effets dissipatifs lorsque on ne considère plus que le système est isolé mais échange de l'énergie avec le reste de la tour et l'envirronement: la résistance à l'effondrement et les pertes de masse!


14/11/2009

Un Hercules C130, avion militaire de transport, assez trapu a été vu survolant le Pentagone après le crash. Difficile pour un avion aussi peu discret et peu rapide d'imaginer autre chose que sa fonction première, celle du transport. Or le Lockheed DC-130, une variante du C130 est justement conçu pour le transport, le largage et suivi de drones dont il peut transporter plusieurs exemplaires sous ses ailes. Un tel drone pourrait parfaitement être décrit comme un petit avion qui aurait la forme d'un gros missile avec des ailes, ce qui correspond exactement à un des témoignages au Pentagone ... mais comme il serait à priori rapide et discret il n'aurait pas été étonnant d'avoir strictement aucun témoignage du passage de cet objet tandis que l'avion de ligne, bruyant et de grande envergure devait attirer l'attention de tous les témoins. Pour assurer qu'un tel drône muni d'une charge perforante pour détruire le blindage de la facade et toute la section dans laquelle les commissaires des comptes travaillaient, puisse atteindre sa cible, l'élimination de tous les obstacles possibles s'imposait, d'ou l'élimination préalable des lampadaires sur la trajectoire prévue. Ces drônes n'ont pas de train d'atterrissage ou en tout cas pas de train de la taille de celui d'un boeing contrairement à un drone de type global Hawk. Par conséquent si le train d'atterrissage retrouvé dans les débris à l'intérieur du Pentagone n'est pas une mise en scène, le plus probable est qu'il soit le train du Boeing dans ce scénario et que l'avion observé par le témoin du Pentagone, le survolant et s'échappant  juste après le crash était le C130. Pour revenir sur la possibilité de survol du Pentagone par le Boeing en toute discrétion après l'exposion peut être faudrait il envisager le cas ou celui-ci aurait complètement coupé ses moteurs au moment de l'explosion viré sur sa droite pour se retrouver sur une trajectoire alignée avec une des pistes de l'aéroport et y effectuer un atterrissage moteurs etteints ou remis en marche au dernier moment: de toutes façons il faut envisager des complicités à la FAA dans ce scénario car dans le cas où il ne se serait pas crashé au Pentagone comment manquer l'écho d'un aussi gros avion aussi proche (devant quasiment le survoler ou s'y poser) de l'aéroport? Je continue donc de privilégier le scénario dans lequel le boeing se crashe à angle droit sur le Pentagone (trajectoire bleue reconstituée à partir des témoignages) précédé de peu par un drone à charge explosive (trajectoire rouge officielle).

13/11/2009

La géopolitique derrière la guerre bidon des États-Unis en Afghanistan

11-13/11/2009

Voici un extrait de l'
article d'Agoravox qui me parait très éclairant quant à un des mobiles sérieux pour le 11/9.
Une autre question nous sera certainement adressée : « pourquoi concevoir un plan aussi compliqué, au lieu de précipiter purement et simplement le vol 77 et ses passagers sur le Pentagone ? » .Si les conjurés appartenaient à l’armée et aux services de renseignements américains, il est facile de comprendre pourquoi ils n’ont pas jeté un 757 à 850 km/h sur leur propre quartier général. Surtout si l’opération avait pour objectif de frapper la zone où travaillaient les commissaires aux comptes. Seuls 58 militaires trouvèrent la mort dans cette attaque, finalement peu meurtrière comparée aux victimes potentielles si l’attentat avait touché n’importe quelle autre aile du Pentagone. La section frappée, en cours de réfection, abritait essentiellement des analystes financiers chargés de boucler l’année fiscale et les commissaires aux comptes responsables de l’enquête sur les 2300 milliards de $ disparus du budget de la défense. La conférence de presse de Donald Rumsfeld, le 10 septembre 2001 est tout simplement surréaliste si nous considérons les événements qui frappèrent l’Amérique moins de 24 heures plus tard : « ...L’ennemi est plus proche que nous ne le pensions, il s’agit de la bureaucratie du Pentagone…Selon certaines estimations, nous avons perdu la trace de 2300 milliards de $... ». Le comté d’Arlington affirme à la page 68 de l’annexe A de l’Arlington after report que « d’importantes informations budgétaires se trouvaient dans la zone du Pentagone dévastée ». Ces faits, comme l’effondrement du World Trade Center N°7 à 17H25, ne seront pas même évoqués dans le rapport final de Commission d’enquête sur les attentats du 11/09/2001. A New York, l’effondrement du WTC7 fit disparaître les milliers de dossiers que la SEC entreposait au 12ème étage de l’immeuble (une information confirmée par le président de la SEC dans une interview accordée au New York Post le 12/09/2001 et par la FEMA dans le Buiding Performance Report de mai 2002). Coïncidence ? Les 2 événements les plus suspects de cette journée ont pour point commun, outre d’avoir été royalement ignorés par la Commission Kean/Hamilton, d’avoir frappé le cœur des services de contrôle financier : militaires à Arlington et civils à New York.
 
Bref, il est également vraisemblable qu'une bande de ripoux étaient sur le point de se faire prendre et allaient être serieusement menacés de prison s'ils n'avaient pas orchestré le 11/9: opération rien à perdre et tout à gagner! En effet, ce mobile s'ajoute à tous les autres et participe au fait que la somme de tous les profits liés au 11/9 est colossale et pouvait servir les intérêts de multiples protagonistes. L'engagement en Irack et Afghanistan demeure un mobile majeur et justifiait le traumatisme maximal de l'effondrement des tours du WTC pour le peuple Américain. On peut cependant ajouter que, même si l'unique mobile avait été d'échapper aux poursuites liées à des scandales financiers, une opération ciblée sur WTC7 et le Pentagone seulement aurait éveillé tous les soupçons (du point de vue de terroristes pourquoi le WTC7 et pas les tours jumelles?, pourquoi l'aile la moins peuplée, la plus difficile à atteindre et recemment fortifiee du Pentagone?) et il était donc indispensable d'inclure les tours du WTC dans le plan afin qu'elles focalisent l'attention. 

Question: si cette même bande de ripoux se sentait à nouveau sur le point d'être piégée y aurait'il des limites dans la surenchère? A mon sens aucune! Donc méfiance accrue en ce qui concerne tous les plans possibles visant à l'assujetissement et contrôle total des masses (implantations de puces tueuses via la vaccination de masse et instauration de l'état d'urgence sanitaire, extension de la guerre, projet Armaggedon-2012?: devier un petit asteroide pour terroriser une bonne partie de la population et se réfugier avec sa bande dans des bunkers dont on ressortirait pour proclamer un état d'urgence qui sonnerait définitivement le glas de la démocratie...etcetera: beaucoup d'options mais il est certain que le plan pandémique est celui qui est de loin le plus d'actualité).

11-13/11/2009 

Le 19 octobre puis le 27 octobre j'ai abordé dans ces news la problématique du Pentagone et j'expliquais pourquoi le scénario auquel aboutissait l'enquête indépendante du CTI citizen investigation team me paraissait peu crédible (ne pas manquer la 
video: National Security Alert !!) . En effet l'interrogatoire et la confrontation d'un grand nombre de témoignages par l'équipe d'enquêteurs fait apparaître qu'il y aurait bien eu un avion de ligne mais qu'il n'a pas suivi la trajectoire officielle (des données de la boite noire, des dégats au Pentagone et aux lampadaires ) et qu'il n'a fait que survoler le Pentagone et n'est  pas à l'origine de l'explosion et dégats au Pentagone ... et je ne voyais pas comment un avion de ligne poursuivant sa route au delà du Pentagone n'aurait été vu ni entendu par des dizaines de témoins à l'attention attirée par le bruit de l'explosion. Ayant été alerté sur un nouvel article qui se réfère à cette enquête indépendante, je suis allé lire les FAQ du site du CTI qui pourraient apporter des éléments de réponse à mes doutes/questions (mais à chacun de se faire sa propre opinion et je recommande la lecture aisée et rapide des quelques pages de ce site).
Essentiellement, ce que je n'avais pas réalisé est que le Pentagone est à proximité de l'aéroport Reagan ou les atterissages d'avions de ligne se succèdent toutes les 3 minutes avec des trajectoires d'approches suivant la rivière proches de celle d'un avion après avoir survolé le Pentagone! Selon le CIT, il n'était donc pas évident que des témoins releveraient la présence de l'avion ayant survolé le Pentagone comme une anomalie. Le site explique de plus en détails que la configuration des lieux est telle que les points de vue desquels le crash sur le Pentagone aurait pu être vu étaient très peu nombreux et bien contrôlés et que la quasi totalité des témoins réinterrogés n'ont en fait pas vu le crash mais vu l'avion de ligne en approche, entendu l'explosion, vu la fumée et ont déduit la scène  du crash. Enfin, un témoin clef affirme avoir vu l'avion s'echappant à basse altitude après avoir survolé le Pentagone. En bleu la trajectoire reconstruite à partir de multiples témoignages, en rouge la trajectoire officielle et en points jaunes les lampadaires détruits.



Le Pentagone et l'aeroport. Les avions en approche d'atterissage suivent le fleuve



Certains témoignages peuvent être achetés mais quand de nombreux témoignages se recoupent et se corroborent, la thèse peut être considérée comme très solide ... tout notre système judiciaire est essentiellement basé sur les témoignages. Cependant je demeure très sceptique à propos du plan de survol du Pentagone:

1) Beaucoup des usagers habituels des autoroutes que le Boeing doit inévitablement survoler à très basse altitude auraient du relever son passage après survol du Pentagone à très basse altitude comme une anomalie car en temps normal (les usagers sont souvcent des habitués) les avions en approche doivent suivre le fleuve jusqu'au dernier moment et contourner le Pentagone veritablement au large de celui-ci. Une fois de plus un avion de ligne à basse altitude est très bruyant et le bruit d'une explosion est très bref et ne pouvait pas occulter celui des réacteurs de l'avion s'enfuyant.
Un plan où l'avion poursuit sa route fait prendre des risques qui demeurent considérables d'avoir de nombreux témoignages catastrophiques pour la VO ( or le nombre de témoins pour un avion qui poursuit sa route est très limité : un seul ?!) , des risques complètement inutiles et qui compliquent serieusement le plan car on ne voit pas l'interêt d'éviter le crash d'un avion sur la facade du Pentagone si tous les criminels et complices sont prévenus à l'avance de ne pas se trouver dans ce secteur.

Par ailleurs c
ette idée d'équipe d'investigation citoyenne indépendante est une grande et remarquable première. Qu'elle ait pu se mettre en place et progresser efficacement n'était pas gagné... surtout dans un pays ou le 11/9 a été possible ... tout cela engage à rester prudent quant aux conclusions de cette enquête tardive!

Par ailleurs également même si le Pentagone ne faisait pas partie de la Zone P56 interdite au survol, peut on concevoir une seule seconde que ce bâtiment (même s'il n'est qu'administratif, il symbolise au moins le coeur du système de défense US et constitue un point très fréquenté par les officiels de l'administration US, le président notamment) ne possède pas son système de défense autonome lui permettant de réagir au dernier moment à une menace aérienne identifiée près d'1 heure à l'avance ?!


3/11/2009

Je voudrais rappeler que je ne remets nulle part en question dans ce site les nombreuses et multiples observations en faveur de réactions thermitiques qui auraient été utilisées au WTC. En particulier j'ai pu moi même vérifier de façon indépendante la présence dans la poussière de grandes quantités de particules sphériques de Fer, nombre d'entre elles avec une fraction significative d'Aluminium, résidus typiques de réactions thermitiques. J'ai aussi observé que les chips rouges sont souvent recouverts de multiples sphères métalliques, donc il y a un lien évident entre ces chips et des réactions de très hautes énergies qu'un incendie n'a pas pu produire. Ce sur quoi je suis sceptique et demande à être convaincu est l'usage de la thermite en tant qu'explosif , la nanothermite, pour détruire les tours. En effet, même la nanothermite n'est pas appropriée pour détruire un aussi grand volume de béton et d'acier tel que nous l'avons vu au WTC tout simplement parceque la nanothermite est un explosif qui détruit essentiellement les structures à proximité desquelles elle explose, tout comme le TNT ou le RDX et n'est que 2 à 3 fois plus puissantes que ces derniers. Les armes non nucléaires les plus puissantes sont les thermobariques à Hydrogène et c'est donc très logiquement (à défaut de mieux) que je favorise pour le moment la thèse selon laquelle ces bombes, beaucoup plus puissantes à masse égale (l'Hydrogène beaucoup plus léger que le Fe ou l'Alu) et pouvant détruire un étage entier à chaque explosion ont été utilisées. Voir le texte de JP Petit au sujet des thermobariques (en bas de page). Je pense par contre que si des revêtements de nanothermite ont été utilisés au WTC, c'est seulement en tant qu'incendiaires car même si l'Aluminium est présent sous forme de nanoparticules dans le sol gel du revêtement des colonnes, sa vitesse de réaction peut être réglée pour être adaptée à cet usage en jouant sur l'épaisseur d'Alumine à la surface des nanoparticules.

Il faut bien réaliser qu'il y a deux recherches assez indépendantes: l'une dont l'objectif est de réunir les preuves de l'inside job, preuves qui sont suffisamment nombreuses et simples à partir des très nombreux témoignages des victimes et video nous renseignant sur la destruction explosive des tours... et une autre recherche qui est celle des technologies mises en oeuvres afin d'élaborer un scénario admissible pour une telle entreprise car celle -ci peut à priori sembler une mission impossible, trop complexe ou trop dangereuse pour que des criminels en aient pris le risque.  L'usage des thermobariques simplifie énormément l'opération et la rend peut être admissible (discrétion optimale car absence de résidus à condition que la boule de feu du thermobarique demeure invisible car explose au centre des étages. Les puits des ascenseurs ont pu être utilisés pour y placer les bombes dont le fuel (Hydrogène) a pu se disperser dans les étages toutes les portes d'ascenseurs ayant été pré-détruites, juste avant d'être mis à feu, avec un cloisonnement entre les étages suffisament espacés ou les bombes ont explosé pour maitriser la synchronisation des explosions), tandis que des dizaines de tonnes de nanothermite auraient été nécessaires à chaque (tous!) les étages pour parvenir à un résultat sans aucun doute insuffisant pour rendre compte du niveau de destruction constaté.
Les thermobariques ont un effet destructeur très accentué en espace confiné mais supposons que ce ne soit pas suffisant pour rendre compte du degré de destruction constaté. Dans ce cas cela signifierait que d'autres technologies inconnues ont été utilisées avec des puissances de type nucléaire sans la radioactivité du nucléaire: il serait très important de pouvoir l'établir car cela prouverait que des technologies futuristes qui constituent peut être des solutions extraordinaires au problème des ressources non renouvelables (énergie et matières premières) sont maintenues secrêtes et exclusivement exploitées militairement.

3/11/2009

On m'a demandé par email ce que je pensais de cette étude :
http://zkt.blackfish.org.uk/119/Simple_CD_Models_WTC1.pdf dont l'objectif est de montrer que le modèle de Bazant (pro Version Officielle) d'effondrement est en échec confronté aux observations de la tour Nord.  Impressionnant de prime abord: 34 pages de courbes, de descriptions de modèles d'effondrement, des précisions impressionnantes (voir par exemple la fig 3 de l'accélération reconstruite frame par frame) et page 2 une courbe à partir de laquelle on nous extrait une accélération de 6.89 m/s2 (mais l'erreur n'est pas mentionnée!) donc un peu moins de 70% de l'accélération de la gravité: le résultat est en accord avec celui d'études précédentes de Mc Queen et T Szamboti publiées dans le journalof911studies et l'étude de D Chandler (voir références incluses dans l'article) qui trouvent à peu près les mêmes accélérations.
J'avais moi même fait cette étude à partir d'une autre video ici (slide 25) avec une très mauvaise précision 8.5+-1.6
m/s2 (compatible avec la chute libre) puis en me concentrant sur l'antenne pour une meilleure précision 7.6+-0.2 m/s2 (moyenne de deux mesures indépendantes) . L'antenne est relativement légère et donc peut plus facilement ralentir lorsque soumises à des chocs. J'obtiens pourtant des accélérations supérieures à celles de toutes les autres publications. Je décide donc de refaire l'étude avec la video à partir de laquelle les autres auteurs ont travaillé qui permet en effet de relever les points du toît (pas de l'antenne) au cours du temps avec une bien meilleure précision que celle que j'avais jusqu'alors (avec l'autre video)!

Voilà pour la mise à l'echelle




Le relevé des points doit être aussi précis que possible i.e. en dilatant les images pour travailler à l'echelle du pixel. L'accélération dans le premier 3/4 de  seconde que l'on obtient par ajustement polynomial des points dépend énormément de l'instant où l'on estime que la descente s'initie: un dizième de seconde d'incertitude se traduit par une accélération comprise entre 8+-1
m/s2 et 13+-1 m/s2. Partant de cet exemple, je ne vois pas comment il est possible d'évaluer des accélérations point par point aussi précisément que dans cette figure (sauf à disposer d'une video ayant une résolution bien meilleure que la mienne) dans laquelle ne figure dailleurs aucune barre d'erreur!:



Je vois donc difficilement comment on pourrait conclure à autre chose qu'une accélération entre 6.8 m/s2 et 7.4 m/s2 dans les trois premières secondes et qui varie peu sur cette plage temporelle (de 25% à 30%). Je confirme donc mes anciens résultats très proches de ceux annoncés par tous les autres auteurs des études sur la tour Nord.
Conclusion:  ces observations étant très différentes de celles obtenues sur l'exemple de la tour ABC où le bloc supérieur est décéléré à l'impact je ne m'embarquerai pas dans des modèles sophistiqués pour conclure que cette accélération est incompatible avec un effondrement naturel! 


1/11/2009


Par acquit de conscience j'ai fait analyser par un laboratoire mon échantillon no 1 et un autre échantillon (4) reçu plus tardivement (les deux seuls dans lesquels il y avait de la poussière en abondance permettant le dosage d'éléments rares) pour trois éléments clefs au WTC: le Baryum (Ba), Strontium (Sr) et Titane (Ti). Les résultats sont arrivés ce matin (3 mois d'attente!):
(1): Ti: 0.27%, Ba: 428ppm, Sr: 666ppm
(2): Ti: 0.23%, Ba: 360ppm, Sr: 470ppm
vous pourrez constatez ici en bas de page que ces proportions sont proches des moyennes mesurées par l'USGS au lendemain du 11/9 pour ces éléments,
Ti: 0.26%, Ba: 533ppm, Sr: 727ppm

La fraction de Baryum dans les ordinateurs (tubes cathodiques) est de
0.03% soit 300ppm (http://www.sclf.ca/hazards.php)
200 ordinateurs de 30kg en moyenne par étage représentent par tour un masse de 200  x 100 x 30 = 600 tonnes 
à diviser par 100000 tonnes de poussière par tour (on admet que ordinateurs et béton sont également réduits en poussière)  représentent 0.6% en masse donc 0.03% de 0.6% = 1.8 ppm attendus de baryum dans la poussière. Les pourcentages de baryum et de strontium  dans la poussière du WTC ne s'expliquent donc pas par la contribution des CRT (tubes cathodiques)! C'est l'USGS qui a relevé au lendemain du 11/9 des fractions de ces éléments (entre autres) significativement plus élevées en moyenne que dans les sols du Nord - Est Américain.
(en rose les concentrations dans les sols et en jaune la moyenne au WTC) .
Affaire à suivre.




30/10/2009

En revoyant le débat sur France 2 je trouve JM Bigard et M Kassovitz encore meilleurs que la première fois: n'ont pas fait d'erreurs, n'ont rien laissé passer des tentatives des deux autres d'entrainer le débat en terrain dangereux et de leurs insinuations les ont bien contredit à chaque fois et ont bien insisté sur les points essentiels. Certes le débat a été chaotique mais difficile de ne pas interrompre des personnes qui alignent autant d'aneries et insinuations à chaque phrase. Il est possible que Durand ait annulé au dernier moment les interventions de N Harrit et E Laurent car il n'a pas réussi à trouver des volontaires scientifiques pour défendre la VO ce qui en soit serait une bonne chose : ca voudrait dire qu'il n'y a plus de scientifiques qui se sentent de taille pour contre argumenter en public de manière crédible face à des experts comme N Harrit et E Laurent...

27/10/2009

Au Pentagone nous avons apparemment:

- Deux types de témoignage sur l'objet approchant du Pentagone:
        1. l'avion de ligne à faible vitesse pour certains (comme dans les témoignages de la video)
        2. un objet plus petit et rapide: avion-missile pour d'autres
- Deux trajectoires
        1. Celle qui percute l'aile du Pentagone à 90° selon un certain nomnre de temoins
        2. Celle plus aigue de la version officielle correspondant aux lampadaires détruits, et les enregistrements radars
- Deux types de dégats
         1- Sur la facade : dégats de grande envergure: compatible avec un avion de grande envergure (il est à noté que des piliers se sont effondrés après coup mais que sans les piliers l'envergure du trou pourrait à la rigueur cadrer avec l'envergure du boeing 557 arrivant à angle droit (moindre envergure projettée surtout si les extrêmités des ailes
son trop fragiles et trop peu massives pour détruire le mur blindé)
         2- En profondeur: (trois anneaux du Pentagone) : plus compatible avec un missile perforant

Donc on peut envisager qu'il y a eu deux objets volants: l'avion de ligne (ou un drone maquillé en avion de ligne) et presque simultanément un avion de combat ou avion missile qui a perforé l'aile du Pentagone juste avant l'avion de ligne (et pour lequel on avait préalablement couché avec des explosifs les lampadaires juste avant son passage pour lui ouvrir la voie).
Objectifs de l'opération :
1) Faire en sorte que l'essentiel des débris de l'avion de ligne se retrouvent à l'intérieur à l'abri des regards indiscret. 3' plus tard les agents du FBI confisquent les videos partout autour: Opération ni vu ni connu. Ensuite sur les débris retrouvés à l'intérieur et l'identification des victimes on peut nous raconter n'importe quoi.
2) Garantir l'élimination des opposants (au sein de la hierarchie militaire le plan 11/9 a necessairement rencontré une opposition, et un certain nombre de civils ont aussi pu être au courant) ou de documents comprommettants (scandale financier des caisses du Pentagone le 10/9) que l'on a fait en sorte de concentrer dans cette aile du Pentagone.


Ce scénario a le mérite de respecter tous les témoignages en supposant qu'ils soient fiables! Par contre, je continue à trouver hautement improbable le plan ou un avion de ligne survole le Pentagone et continue sa route car cela fait un bruit terrible un avion à basse altitude: impossible à rater s'il continue sa course après le Pentagone! A la limite que l'aeronef plus petit et rapide (donc plus discret) ait fait cela après avoir largué un missile peut être plus facilement envisagé.

Annonce le 11/9: Deux explosions ont secoué le Pentagone mardi matin et de la fumée sort d’un mur du bâtiment, a-t-on appris auprès d’un témoin, Lisa Burgess, journaliste du Stars and Stripes.


27/10/2009

Niels Harrit m'annonce que ni lui ni E Laurent ne participeront à l'emission par décision officielle de France 2 et qu'il n' y aura pas de conference de presse. Le grand débat tant attendu est tombé à l'eau. Scandale ! J'espère que Kassovitz et Bigard vont se déchainer et dénoncer cette grave mise à l'écart.


26/10/2009


Je suis en contact avec Niels Harrit, l'expert Danois qui a cosigné l'article montrant la présence de nanothermite au WTC. Il m'expliquait hier qu'il semble y avoir une situation chaotique à
France 2 en ce qui concerne le show de mercredi et qu'il y aurait probablement quelques interférences destructives avec des autorités supérieures ... je lui ai demandé si son intervention et celle d'Eric Laurent étaient vraiment annulées comme je le vois ecrit dans certains forums...j'attends réponse!
On m'informe que J Quirant, notre unique scientifique vecteur de la propagande officielle sur le 11/9 après des appels à la rescousse infructueux dans sa communauté des ingénieurs en Génie Civil veut se retirer du bourbier 11/9. Il doit se sentir isolé! Est il possible  qu'aucune autre personnalité du monde scientifique n'ayant accepté de s'impliquer pour défendre la VO, il n'y avait tout simplement pas assez de débatteurs dignes de ce nom sur le front pro VO sur France 2 ce qui risquait de faire virer la situation au désastre pour la VO s'il n'y avait plus que les experts contre la VO mercredi, situation que France 2 voudrait éviter ?... affaire à suivre!
J'envisage maintenant plus sérieusement, après en avoir discuté avec N Harrit, que la raison pour laquelle mes chips de nanothermite ne réagissaient pas à 400°C, est qu'ils l'ont déjà fait (le 11/9 ou entre temps) ou que le vieillissement (oxydation des nanoparticules d'Aluminium) les a désactivés. Il aurait été très facile pour un intermédiaire de désactiver mon échantillon de poussière simplement en le chauffant à 500°C pour faire réagir tous les chips qu'il contenait et m'empêcher de confirmer de façon indépendante le test crucial de réaction des chips produisant du fer fondu dans un four à moins de 500°C. Niels lui même a été déçu par l'échantillon de poussière qu'il possède, qui est de même provenance que le mien et Kevin Ryan déclare retrouver de nombreux chips inactifs dans la poussière tout comme moi. K Ryan a aussi recu un echantillon qui avait été ouvert.  Il n'est pas non plus exclu que mon retour à un soutient plus ferme de  la thèse de la nanothermite au WTC soit une des raisons de l'annulation du débat: je suis le seul chercheur Français à ma connaissance à avoir enquêté et publié mes résultats sur ces poussières et si N Harrit est présent sur France 2 cela fera inévitablement un gros coup de pub pour ce site qui je le pense maintenant est devenu une arme de destruction massive très efficace contre toutes les théories soutenant de près ou de loin la version officielle sur le plan scientifique!

Je tiens à préciser que je n'écarte toujours pas totalement, n'ayant pas moi même pu vérifier la réaction cruciale de nanothermite, qu'il s'agisse d'une diversion mise en avant pour tromper les chercheurs et occulter une autre technologie utilisée au WTC même si je juge cela très improbable.

J'ai réalisé en effet l'importance d'un autre facteur : le fait que la réactivité de nanoparticules d'Aluminium se soit maintenue pendant des années pose question, même en présence d'un revêtement les protégeant de l'oxydation: sans doute de la poussière stockée dans des conditions de faible humidité et dans un récipient hermétique avec peu d'air (donc d'oxygène) est une condition nécessaire pour pouvoir aujourdhui observer des réactions nanothermitiques de ces chips.
Je viens de lire cet excellent article selon lequel on peut certainement ajuster la puissance de la nanothermite en jouant sur l'epaisseur d'oxyde des nanoparticules d'Aluminium: ceci permettrait d'obtenir un revêtement nanothermitique qui n'explose pas mais chauffe très efficacement les colonnes. La réaction de nanothermite est déclenchée par des étincelles obtenues par effet piézzoélectrique ce qui confirme également ce que je soutiens depuis un certain temps: la présence de quantités anormales de Strontium et Baryum retrouvées notamment dans les revêtements de colonnes et de façon gnérale dans la poussière du WTC signerait l'usage de titanate de baryum et de strontium (titane également très abondant) dans des capacités ou dispositifs piezzoelectriques pour produire les décharges électriques allumant les réactions thermitiques au WTC.

Des nouvelles videos (1, 2) de Chandler font du grabuge: il attire notre attention sur de véritables fusées explosives qui émergent du nuage de débris de la tour Sud! Des effets très nets plus rapides que la chute libre et des changements d'impulsion soudains!?



25/10/2009


J'ai restructuré les pages de mes critiques du site Bastison.net et je les ai complétées pour étendre cette critique aux rubriques plus récentes du site. Sont essentiellement concernés:
WTC7, Le crash de Shanksville, Du métal dans les décombres (dans Hallucinations et Approximations),  Relevés sismiques, Ben Laden et la théorie du Pancake (dans mensonges et manipulations) , Les effets du feu et des articles pire-reviewed (dans l'Alchimie du complot) , les FAQs.
 
20/10/2009

Bigard et Kassovitz ouvriront le débat sur le 11/9 sur France 2 le
Mercredi 28 Octobre 2009.


19/10/2009


A propos de la nouvelle video, enquête indépendante sur le Pentagone (new précédente du 17/10) : elle est remarquable en ceci qu'elle nous montre exactement la démarche à suivre: recouper des témoignages pour tenter d'aboutir à un nouveau scénario plus crédible. Mon problème c'est que le nouveau scénario proposé me semble ici encore plus invraisemblable que celui de la V.O: faire survoler le Pentagone par un avion de ligne à basse altitude et independamment faire exploser l'aile du Pentagone pour faire ensuite croire que l'avion s'y est crashé: imagine t'on un militaire proposer un plan aussi délirant dans une zone où des centaines de témoins ayant percu le bruit de l'explosion et celui des moteurs de l'avion de ligne à basse altitude vont pouvoir lever les yeux au ciel et remarquer inévitablement l'avion qui poursuit son chemin à basse altitude et vitesse réduite ?!

Donc soit 1) cette video est un montage intégrant un certain nombre de faux et vrais témoignages (les faux permettant ensuite de décrédibiliser les vrais) soit 2) pour une raison ou une autre le plan a foiré : l'avion de ligne a dévié au dernier moment de la trajectoire prévue (celle sur laquelle on avait à l'avance couché les lampadaires pour lui laisser le champ libre et garantir qu'il atteigne sa cible) et s'est crashé dans le Pentagone sous un autre angle. Mais comme cette dernière hypothèse me semble peu vraisemblable et amène à nouveau tout un tas de question sur les dégats causés sur le Pentagone (fenêtre  supérieure non brisée bien qu'ayant pris de plein fouet la queue de l'avion) et les débris je m'oriente naturellement vers la première. Puisque le scénario proposé dans lequel s'intègre tous ces témoignages est invraisemblable c'est que le véritable objectif du montage est peut être de décrédibiliser un ou plusieurs de ces témoignages en les intégrant à un canular, une fois que le canular aura été annoncé, et je pense que c'est naturellement celui du chauffeur de Taxi qui avoue lorsqu'il croit ne pas être filmé avoir été mêlé à cette sale affaire ... affaire à suivre!

En définitive, on est obligé sur le dossier Pentagone  de s'en remettre soit à des témoignages soit à des infos dont la source est suspecte (boites noires , photos de débris, videos) alors que l'effondrement des tours a pu être filmé en live par des dizaines de personnes indépendantes et que les témoins dans ce cas sont pour la plupart d'authentiques victimes au lendemain du 11/9 dans un contexte qui n'était pas conspirationiste. C'est pourquoi j'ai choisi depuis longtemps de me concentrer sur la problématique de l'effondrement des tours même si je reconnais les nombreuses anomalies concernant l'attaque sur le Pentagone.

17/10/2009

La mise en scène du Pentagone démasquée?: l'avion de ligne n'a pas percuté le Pentagone mais l'a survolé? Extraordinaires révélations d'une enquête indépendante? en video !! Voilà sans doute qui change complètement la donne! Il y aurait bien eu un avion de ligne mais il n'a fait que survoler le Pentagone et n'est  pas à l'origine de l'explosion ... mais tout cela sent le canular à plein nez! attendons confirmation! (comment se fait il que  l'avion de ligne poursuivant sa route au delà du Pentagone n'ait été vu ni entendu par des dizaines de témoins dont l'attention aurait été attirée par le bruit de l'explosion). De plus, 15 s de trajet de l'avion percu par les témoins au lieu de 3.7s, cela signifie une vitesse de 200km/h seulement au lieu de 800km/h!
 
16/10/2009


Analyse et références sur les explosions aux sous-sols des tours pages 16 à 19.


15/10/2009


Une nouvelle video sur la guerre de l'information autour des événements du 11 septembre. Pourquoi ce combat est il  d'actualité? Tout simplement parceque ceux qui assassinèrent de sang froid des milliers de leurs compatriotes sont encore au pouvoir et que personne ne peut dire quelles seront les prochaines victimes de leur wargame. Ceux qui se font appeler des debunkers (démystificateurs) sont en réalité pour la plupart des professionnels payés par les criminels du 11/9, des extrêmistes fascisants. Ils sont très efficaces car ils mettent des compétences pointues en physique, chimie, ingénierie mais aussi en psychologie au service de la tromperie. Mais aucun physicien ou ingénieur indépendant ayant réellement approfondi la problématique de la destruction des tours ne peut être dupe des arguments fallacieux que ces individus avancent. Dailleurs eux mêmes ne cherchent pas à convaincre des experts mais seulement à rouler dans la farine et à en mettre plein la vue, à coup d'arguments d'autorité, à la grande majorité de ceux qu'ils peuvent favorablement impressionner par la technicité de leur argumentaire.  C'est pourquoi j'invite tous ceux qui en ont la compétence à considérer les démonstrations que je propose dans ce site qui résultent d'un travail collectif  de centaines de  chercheurs de vérité puis à expliquer sans relache ces arguments à tous les autres qui voudront bien les entendre. Je les invite à adopter la plus grande méfiance à l'égard des faux documents, enregistrements (l'imitation de la voix en particulier est une technique aujourdhui parfaitement au point) ou simples rumeurs nauséabondes que les théoriciens de la guerre préventive et du conflit des civilisations, quand ils ne peuvent faire autrement (quand on ne cède pas à leurs menaces), seront inévitablement amenés à mettre en circulation pour discréditer ces chercheurs de vérité, les faire passer pour des sympatisants du terrorisme islamique, des antisémites, adeptes de sectes ou extremistes au service d'autres puissances étrangères (Chine) ou de je ne sais quelle autre idéologie (les possibilités sont innombrables). J'ai eu en particulier à plusieurs reprises des appels du pied lors de communications emails d'individus antisémites ou extrêmistes ou encore des légitimistes cherchant à m'entrainer dans une réthorique qui m'est complètement étrangère. Je ne suis pas un patriote. Je suis un pacifiste. Du temps ou la barbarie Nazie deferla sur la France je ne l'aurais pas défendue par les armes mais j'aurais essayé de sauver des juifs...chacun son truc! Que les choses soient donc bien claires: il n'y a qu'un impératif, qu'une urgence qui compte à mes yeux, celle de s'opposer par tous les moyens non violents à l'agonie de la démocratie et l'avènement d'une oligarchie qui seront inéluctablement synonymes du retour de l'asservissement généralisé et de toutes les persécutions que l'homme a pu connaitre par le passé mais agrémentées de surcroit de toutes les  possibilités de coercition qu'offre la technologie moderne. Les abus de pouvoir se multiplient et il n'y a aucune raison que le processus s'interrompe. La démocratie n'a rien d'un acquis définitif. Elle doit se reconquérir en permanence.  Des régimes de culture et humanisme florissants ont souvent fini par sombrer dans la barbarie et la décadence par le passé au terme d'un processus de pourrissement synonyme de corruption généralisée. Aujourdhui encore aucun peuple n'est à l'abri d'un retour aux formes les plus extrêmes de tyrannie. Le salut ne peut être que dans une résistance à toute la propagande que nous subissons par l'intermédiaire des grands medias et l'adoption d'un comportement collectif qui systématiquement contrecarre efficacement les visées des oligarques, plans qu'il s'agit de percer à jour en profitant de toutes les fuites d'informations vérifiables que permet encore l'internet. Je travaille toujours dans un soucis de transparence et de partage total donc si vous tentez de me contacter et recevez en réponse un message vous demandant de garder des informations confidentielles, c'est que ce n'est pas moi qui vous ai répondu (je soupçonne un contrôle de ma correspondance). Si une majorité d'entre nous refusait le vaccin contre la grippe H1N1 ce serait une première grande victoire en ce sens et un désastre financier pour les compagnies pharmaceutiques qui espéraient s'enrichir sur notre dos (voir le dossier grippe H1N1 de JPP) et les liens concernant la grippe A sur ce site).

14/10/2009

La nomination du fils de N Sarkozy à la tête de l'EPAD à 23 ans et sans le moindre diplome universitaire!? Vous avez bien compris: la France a bien son clan Ceaucescu ! A quand Carla Bruni au collège de France ?
Quel rapport avec le 11 septembre ? : L'oligarchisme du nouvel ordre mondial, le pourrissement de la démocratie, le règne des clans , la décadence, l'arbitraire, l'imposture ... sans limite... mais le pire est encore à venir!

2/10/2009

J'ai expliqué en longueur dans mes pages critiques du cite bastison.net les approximations irréalistes effectuées dans les travaux publiés par les ingénieurs et scientifiques pro VO. Prenons par exemple celui de Bazant. Les erreurs facilement identifiables sont:

1) L'auteur suppose que tout démarre pour la tour Nord avec un bloc de 20 étages supérieurs qui en tombant sur les étages inférieurs va les détruire progressivement: crush down. En réalité on voit bien que tout débute par la destruction réduction de la pile supérieure de 20 étages dans les 2 à 3 premières secondes avant que la partie inférieure ne commence à être détruite: ce bloc qui explose perd évidemment dèja de la masse avant de tomber sur le bloc inférieur : toute cette masse perdue ne pourra pas contribuer à détruire les étages inférieurs !

2) Il suppose 18% de perte de masse ce qui est complètement irréaliste: il y a au minimum 75% de perte de masse, perte qui concerne aussi le bloc supérieur ! En effet, d'après la pile de débris ridicule, moins de 4 fois moins haute que dans les démolitions contrôlées classiques, presque tout a été expulsé en dehors du pied de la tour, notamment le béton pulvérisé : c'est aussi évident sur les vidéos d'"effondrement". La valeur réaliste de ce paramètre peut facilement doubler le temps total d'effondrement (cf mes analyses des news précédentes).

3) Il explique que si on dépense 2.4 GigaJoules ou plus par étage pour détruire le béton et les colonnes alors l'effondrement doit s'arrêter. Or pour pulvériser les 800 tonnes de béton d'un étage en poussières de 60 microns de moyenne il faut déjà 800000 x 800 (energie de fracturation effectivement utilisée par kilo pour pulvériser, cf les articles de Franck Greening) x 33 (facteur d'inefficacité certainement très sous estimé) = 21 GJ. C'est déja un ordre de grandeur de plus! Autrement dit, le 11 septembre une énergie colossale a pulvérisé le béton, une énergie au moins 10 fois supérieure à ce que toutes les études pro VO supposent.
Le facteur ~ 33 qui est un minimum est celui que toutes les études pro VO font semblant d'oublier. Il faut savoir en effet que dans toutes les machines (concasseuses broyeuses) ou systèmes physiques concrets permettant de fracturer du béton, seulement 3% de l'énergie mécanique totale mise en oeuvre sert effectivement à fracturer, tout le reste (97%) se transforme en chaleur et cela doit être encore plus défavorable dans un système comme la tour du WTC qui n'est pas conçue (optimisée) pour le broyage : ne serait ce que les dalles d'acier sur lesquelles était coulé le béton et les colonnes qui ont pu amortir des chocs constituaient une sérieuse protection contre la pulvérisation. C'est dailleurs pour cela que dans les démolitions contrôlées: la fraction de béton pulvérisé est en fait tout à fait négligeable : c'est très perceptible dans le cas de la démolition par vérinage de la barre ABC Balzac: une fois que le nuage de poussière faussement impressionnant est retombé, le sol est net , toute la matière est sous forme de blocs et morceaux de béton, la part relative de poussière de béton est très faible! Manhattan a été entièrement recouvert de poussière le 11/9 parfois sur une épaisseur de 20cm.

Ce dernier point 3 constitue avec les squibs, l'une des anomalies les plus évidentes du 11/9: les tours ont été réduites en poussière le 11/9. cela ne veut pas dire qu'il n'y avait pas de blocs ou morceaux conséquents de béton dans les débris mais que l'essentiel de la masse (nettement plus de 50%) a été convertie en fine poussière. L'énergie nécessaire pour produire cet effet devait être au moins 10 fois supérieure à l'énergie totale gravitationnelle disponible pour chaque tour!

Terminons en attirant l'attention sur le fait que l'article de Bazant qui tente de montrer qu'un effondrement total symétrique a bien pu se produire dans les temps observés nous demande d'admettre en fait un phénomène invraisemblable car une partie en destruction d'une tour aussi haute doit obligatoirement se déséquilibrer et basculer d'un coté ou de l'autre: même dans les démolitions par vérinage il y a une hauteur limite des structures à détruire: dailleurs la barre
  ABC Balzac se déséquilibre nettement et les étages les plus bas ne sont pas ou sont peu détruits. Ce que supposent en fait implicitement tous ces articles pro vo c'est qu'il y avait une sorte de corset invisible du haut en bas autour de chaque tour pour empêcher tout basculement et l'obliger à poursuivre sa destruction symétrique et tout droit: complètement irréaliste! Faut il mentionner sérieusement les arguments selon lesquels la tour pouvait se comporter comme un guide pour la destruction? En réalité dès que la partie supérieure a pivoté toutes colonnes du coeur exercent leur contrainte d'un seul coté du centre de gravité ce qui doit accentuer la rotation amorcée non la contrecarrer: le système est évidemment extrêmement instable!


2/10/2009

J'ai cru comprendre lors de la dernière emission consacrée en partie au 11/9 sur France 2, qu'un véritable débat (contrairement au numéro de cirque auquel nous avons été conviés mercredi) pourrait avoir lieu prochainement sur le 11/9 avec les "stars qui croient à la théorie du complot". Le sujet est piégé car beaucoup de fausses informations ou infos d'inégales valeurs circulent. S'engager dans un débat avec des ingés ou scientifiques pro vo serait une entreprise courageuse mais extrêmement risquée. Je suis disponible pour discuter avec les personnalités qui seraient tentées par l'aventure. Pour le moment une première tentative de contact de ma part a été infructueuse. J'essaye aussi de contacter l'entreprise Ferrari demolition qui pratique le vérinage, sans succès: on me demande mon nom puis on me dit que la seule personne qui s'y connait dans la boîte (?!) est en réunion (à mes 4 appels!). J'ai laissé mes coordonnées : pas de rappel. Depuis quelques temps, toutes mes tentatives de contacts en recherche d'infos avortent systématiquement! Que se passe t'il ?


30/9/2009

S'il ne fallait parler que d'une anomalie de la destruction des tours , il me semble que j'opterais pour les squibbs. En effet peut on prendre au sérieux ceux qui vous expliqueront que ce ne sont que des éclats de vitrage  dus à une surpression brutale (effet piston) alors
qu'il est évident que ces projections très violentes sont très denses et chargées de matériau pulvérisé (béton) très en avance sur le front de la destruction? On peut en particulier noter deux énormes expulsions de matière au bout de 7 secondes "d'effondrement de la tour Nord" exactement à mi hauteur: 205m (a 3:45 ici: http://www.youtube.com/watch?v=kL6N66vPCAs). Que le front de la destruction puisse avoir atteint ce niveau aussi rapidement est en violation des lois de la physique car l'analyse effectuée (voir précédente New du 14/9) avec Mathématica en supposant au minimum la conservation de l'impulsion montre que 7.5 secondes est un minimum théorique indépassable dans ce cas, et il suffit de supposer que 75% de la matière qui contribue au transfert d'impulsion lors des chocs a été éjectée avant (beaucoup plus réaliste) pour que l'anomalie devienne encore plus flagrante : 10 secondes de minimum théorique. Il apparait donc que les anomalies sont encore plus flagrantes à la moitié de l'"effondrement" qu'au début ou sur sa globalité.  

14/9/2009 

Je n'avais jamais fait le calcul moi même du temps de chute théorique minimum de la tour Nord, ne m'étant basé que sur le résultat présenté dans le site de research911 qui est de près de 11 secondes. C'est assez facile avec Mathematica:  en observant que la pile superieure de 20 étages vient s'écraser au bout de 3 secondes de chute sur l'étage 90 à une vitesse de près de 23 m/sec, j'obtiens en supposant seulement la conservation de l'impulsion à chaque fois qu'un nouvel étage inférieur est mis en mouvement par la pile supérieure qu'il recoit, donc en négligeant toutes formes de résistances, que le temps de chute minimal qui doit s'ajouter aux 3 secondes initiales est de ~ 9 secondes. 12 secondes serait donc selon moi le temps d'effondrement théorique minimal. Il suffit de considérer que 75% de la masse de la tour a été ejectée vers l'extérieur (fraction sans aucun doute sous-estimée) et ne pouvait donc plus jouer de rôle dans le transfert d'impulsion pour obtenir un total de 18 secondes d'effondrement minimum. Dans l'hypothèse plus réaliste où 90% de la masse de la tour est éjectée vers l'extérieur (en meilleur accord avec la distribution observée des débris : la pile de débris qui aurait du être de 12% de la hauteur initiale était de moins de  2.7% de cette hauteur ) ,  on obtient  25.5 s de temps d'effondrement minimum. L'hypothèse que les étages ne manifestent aucun forme de résistance autre que leur inertie et sont donc mis en mouvement par la pile superieure comme s'ils flottaient dans le vide au moment de l'impact est bien sûr extrême. Le temps réel pour un effondrement devrait donc être très supérieur à ces valeurs théoriques minimales obtenues en négligeant l'essentiel des dissipations d'énergie (bien qu'il y ait déja une dissipation inévitable lorque une pile de n étages entre en collision avec un étage pour former une nouvelle pile de n+1 étages: le choc ne peut être qu'inélastique: de l'énergie cinétique doit être consommée pour constituer la pile de n+1 étages) qui ont été extrêmes comme en témoigne le degré de pulvérisation du béton. Le temps de "chute" observé se situe autour de 15 secondes pour la tour Nord avec 2 à 3 secondes d'incertitude car la base de la tour est masquée dans le nuage des débris éjectés. Il est probable que le premier front de destruction (que l'on voit le plus en avance tout au long de la descente et quasiment au niveau des débris en chute libre en milieu d'effondrement) atteint le sol bien avant 15s.


Deux lignes de code Mathematica:

For[i = 20; v[20] = 12, i < 110, i++, v[i + 1] = Sqrt[v[i]^2 + 76]*i/(i + 1);
  Print[N[v[i]]]]
For[i = 20; T = 0, i < 110, i++, T = T + (-v[i] + Sqrt[v[i]^2 + 76])/10;
  Print[N[T]]]

Test: le terme en i/i+1 provoque une diminution de vitesse lorsque la quantité de mouvement de i étages se communique à i+1 étages. En supprimant cet effet et en faisant partir l'effondrement du 110 ème étage on obtient T de 9.2 secondes comme attendu pour de la chute libre.

12/9/2009

A voir absolument, ce document réalisé par les membres de reopen911 : 55 minute de décryptage de la manipulation de nos médias : ici le doc passé sur Jeudi investigation et rediffusé aujourd'hui ( avec quelques ajouts) sur canal+  pour le 8 eme anniversaire des attentats du 911. 

5/9/2009

Dans le numéro de Science et Inexpliqué de ce mois-ci sont publiées un certain nombre de réponses que j'ai faites à des questions sur le 11 septembre. L'article ayant été quelque peu remanié sans me consulter voici le quasi original du doc que j'avais transmi.


12/8/2009

Le 11 septembre est l'un des cas récents les plus remarquables d'opération sous fausse banière. Par le passé, elles ont été systématiquement utilisées comme pretextes au déclenchement des conflits:  on peut citer entre autres, l'attentat de Bologne,  l'opération Himmler, l'incident de Mukden, l'incident du golfe du tonkin, les attentats de Moscou (le 11/9 septembre des russes) cf slides 318/319, l'
opération " Susannah". Il ne s'agit donc pas de stigmatiser et dénoncer le machiavelisme des dirigeants d'une grande puissance particulière mais de pratiquement tous les états et de faire prendre conscience du fait qu'il n'y a pas de limite théorique au sacrifice des populations que des oligarques internationalistes mais plus probablement encore des ultra nationalistes avec la complicité de réseaux sionistes extremistes pourraient être amenés à planifier n'importe où en suivant une logique de suprématie ou de défense de leurs intérêts géopolitiques. Propager des pandémies suivant un plan de réduction de la population mondiale ou utiliser des armes naturelles (asteroides déviés, tremblements de terre provoqués...) contre ses ennemis font également partie du riche éventail de possibilités qui s'offrent aux acteurs de ce wargame grandeur nature.  Tous les "actes de terrorismes" plus ou moins récents doivent donc être systématiquement investigués avec la plus grande attention et on est surpris de constater que nombre d'entre eux manifestent ces incroyables séries d'anomalies propres aux opérations sous fausses banières: les attentats de Londre , les événements de Mumbai (?)...

27/7/2009

Mise à jour de l'analyse indépendante à marseille des poussières du WTC intégrant les découvertes récentes précédemment exposées dans les news. Mise à jour correspondante du doc: pourquoi trois gratte-ciels se sont effondrés le 11/9.  Les épisodes que JP Petit relate dans son dernier ouvrage: OVNIS le message en rapport avec les températures spectaculaires annoncées sur la Z-machine semblent confirmer une stratégie générale de désinformation de la NASA en ce qui concerne cette nouvelle physique: les responsables veulent faire croire désormais que l'annonce d'une anomalie était dûe à une erreur d'interprétation. Independamment de cela, la gaffe que constituait l'annonce de ces températures est étonnante: elle semble indiquer que les experts ne s'attendaient pas à ces résultats anormaux et que donc ils ont été surpris par cette manifestation de nouvelle physique. C'est pourquoi, même si les USAs ont utilisé cette nouvelle physique pour descendre les tours en 2001 (ce dont je doute encore sérieusement) il est probable qu'ils n'avaient aucune idée jusqu'à récemment de l'origine de cette physique (maîtrise empirique suffisante mais comprehension théorique nulle). Il se pourrait, si j'en crois les révélations du dernier ouvrage de JP Petit, que les Russes aient quelques nettes longueurs d'avance dans cette voie...


18/7/2009 Mise à jour 

Photos, spectres et commentaires sur les chips rouges(nouveau)

J'ai longuement expliqué dans ces pages pourquoi démontrer la présence de particules dans la poussière du WTC, particules qui, selon S. Jones, N. Harrit et collaborateurs,  réagissent à moins de 500°C en produisant des microsphères de Fer fondu, apporterait la preuve définitive de l'utilisation de nanothermite le 11/9 au WTC. Il s'agirait non seulement d'une preuve mais, et c'est le plus important, d'une preuve vérifiable de façon indépendante par tout un chacun puisqu'il suffit si l'on dispose d'un échantillon fiable, d'un petit microscope optique, d'un aimant et d'un four à céramique pour effectuer cette vérification cruciale.

Seulement le hic c'est que dans mes 4 échantillons (plus de 7 grammes de poussière au total),

1) Je n'ai réussi à trouver qu'un seul de ces chips gris clair/rouge alors que selon la publication récente de
S. Jones et N. Harrit, dans des échantillons de près de 5 grammes on peut extraire typiquement 15 de ces chips de taille respectable.
2) En lieu et place, je trouve à peu près dans les mêmes proportions des chips qui sont rouges sur les deux cotés (parfois quelques exceptionnels dépots gris clairs ) , particules qui n'avaient été mentionnées nulle part et ont la même composition chimique que la couche rouge des chips rouges/gris clairs.

Mes posts successifs sur le forum de JREF (à partir du 296), témoignent de cette situation de confusion et de mes efforts pour tenter d'y voir plus clair par la discussion. Une discussion s'est ouverte aussi avec les chercheurs signataires de la publication. On a tenté de me convaincre que les chips rouges que je trouve ne sont pas les véritables chips gris/rouges: ces derniers présenteraient un pic de Carbone beaucoup plus prononcé et seraient beaucoup moins friables lors des manipulations. Ma conviction est maintenant qu'il est difficile de faire une distinction : j'ai revérifié les spectres: mes chips rouges ont aussi un pic de carbone très important et la friabilité pourrait simplement s'expliquer par le fait qu'une fois détachée de la partie gris clair, essentiellement ferreuse, la couche rouge est beaucoup plus fragile.

Photos, spectres et commentaires sur les chips rouges(nouveau)

Pourquoi est il si important d'établir si oui ou non on a à faire aux mêmes objets ?  parceque de mon coté et après de multiples essais aucun des chips rouges que j'ai portés jusqu'à 900°C n'a réagi en produisant du Fer fondu en contradiction totale avec le résultat mis en avant par les auteurs de l'article, résultat qui, je le repete, est le seul véritablement fiable de la publi car le seul qui puisse être vérifié par n'importe qui de façon indépendante ! Que la couche rouge des chips gris/rouges et les chips rouges soient une seule et même chose est peut être confirmé par des photos qui montrent certains chips dont la partie rouge est déjà largement détachée. Mon résultat négatif devrait donc être généralisé à tous les chips: ils ne sont pas des particules thermitiques pouvant réagir à moins de 500°C. Les spectres que j'obtiens après chauffage sont éloquents: le Fer et l'Aluminium sont demeurés dans les mêmes proportions, seul le carbone a diminué très nettement : il a brûlé à l'oxygène de l'air.

Bref, malgré des efforts répétés, je ne peux confirmer la présence de particules nanothermitiques dans cette poussière! Il y a donc plusieurs possibilités : soit mes échantillons ont été falsifiés, soit les études publiées sont frauduleuses ou ont été effectuées à partir d'un matériel également falsifié en amont.   D'ou proviennent mes échantillons?: de ce que j'ai pu comprendre, des tracts distribués dans New York auraient incité des personnes toujours en possession de poussière du WTC à en faire don sous pretexte d'études sanitaires. Nous avons ainsi reçu par la poste à Marseille 4 échantillons de 4 personnes différentes, l'une d'entre elles m'ayant contacté directement par email pour me demander si la poussière constituait un danger pour sa santé et qui a eu l'air assez contrariée lorsque je lui ai expliqué qu'il s'agissait  de réunir les preuves d'un inside job (apparemment j'avais gaffé et j'ai été rappelé à l'ordre par l'organisateur de cette collecte qui m'a expliqué que je n'étais pas censé  être en contact direct avec les expéditeurs!). Cet épisode et la similarité des chips rouges que j'ai trouvés dans tous les échantillons (ainsi que d'autres particules de cette poussière comme les microsphères) tend à me convaincre de l'authenticité de ceux-ci. Les différences d'un échantillon à l'autre semblent s'expliquer par les conditions de collecte : certains n'auront collecté que de la poussière, d'autres également des graviers de verre et de béton plus gros...

Pourquoi mes échantillons auraient ils été falsifiés? pour que je ne puisse pas corroborer l'étude publiée? à quoi bon puisque mon rôle dans toute cette histoire est très modeste? Par ailleurs, les services secrets de tous les pays peuvent très bien se procurer de façon plus fiable que moi cette poussière et la faire analyser ... ceux qui ont participé  à l'inside job ne peuvent donc espérer cacher ce matériau compromettant et tromper les services de renseignement étrangers qui ont par ailleurs tous les éléments pour être convaincus depuis longtemps de la réalité de l'inside job (chute libre du WTC7 par exemple, ou encore les avions de chasse qui ne sont pas intervenus le 11/9)!

C'est pourquoi j'ai tendance à penser aujourdhui que ces échantillons sont authentiques ce qui signifierait que toute les thèses thermitiques ou nano thermitiques sont peut être foireuses et ont probablement été mises en avant pour tromper. Pour tromper qui? pourquoi ? Certainement pas les masses qui de toutes façons sont complètement sous contrôle des médias. Plus probablement des services de renseignement étrangers qui au delà de la réalité de l'inside job (pas difficile à démontrer pour des experts) seraient plutôt intéressés par le type de technologie utilisée le 11/9. La nanothermite serait donc essentiellement un leurre? Il est déjà évident que la nanothermite ne pouvait expliquer la destruction explosive des tours, seulement éventuellement l'initiation d'un effondrement d'apparance naturelle en ayant fragilisé (en les chauffant plus efficacement que les incendies) les structures d'Acier.

Quelle serait donc la technologie à maintenir secrête et qui aurait justifié toute une mise en scène de publication scientifique faisant état de découverte de particules de nanothermite !?  Je suis maintenant convaincu qu'il pourrait s'agir d'une physique mal comprise, celle de la fusion froide, qui a été discréditée par  les militaires dès l'annonce des premiers résultats dans les années 90 probablement pour être simultanément développée en secret dans les labos du DoD US.  J'ai présenté l'essentiel de ce qu'il faut savoir et comprendre de cette nouvelle physique dans ce site. Pour résumer, lors de décharges électriques puissantes, des rayonnements énigmatiques sont produits. Associés à ces rayonnements on constate des phénomènes de dégagement d'énergie anormaux (non compris) et des phénomènes de transmutation nucléaire mais quasiment pas de radioactivité. L'hypothèse est que des décharges électriques très puissantes au WTC auraient produit des flux très importants  de ces rayonnements qui auraient suffi à chauffer très efficacement les colonnes en lieu et place de la thermite. Ces rayonnement sont en fait des petites boules de lumière exactement de même nature que les grosses boules de lumière (foudre en boule) produites parfois par la foudre. Ceci semble être quasi idéalement corroboré par le témoignage du héros du 11 septembre, W Rodriguez et d'autres au WTC: "après une explosion, une énorme boule de feu...".
Comment obtient on des décharges électriques puissantes?: en faisant claquer des condensateurs.
Une hypothèse interessante serait plus particulièrement que l'effet piézoélectrique aurait été utilisé pour polariser électriquement un matériau jusqu'à décharge brutale sous forme d'étincelles. La contrainte purement mécanique à appliquer (comme lorsque vous exercez une pression sur votre allume gaz) aurait pu être la conséquence des impacts d'avions comme celle d'une mise en vibration des tours par des explosifs à la base.  Devinez quel matériau est très connu et utilisé pour ses propriétés piézo: le Titanate de baryum souvent mélangé à du titanate de strontium. Devinez quel élément en des proportions anormalement élevées (même s'il ne s'agit que de traces par rapport aux éléments dominants) on trouve selon l'USGS dans la poussière du WTC et plus particulièrement dans les revêtements des colonnes ou une telle proportion est inexpliquable: le baryum ! Le titane y est aussi très abondant.  Devinez quel est l'élément dont les proportions défient également toutes les tentatives d'explication au WTC: le strontium pratiquement dans les mêmes proportions que le baryum. Seules des analyses isotopiques notamment sur le titane devraient permettre de faire la preuve de l'usage de cette physique au WTC. Des anomalies isotopiques devraient pouvoir être facilement mises en évidence dans la poussière, des anomalies parfaitement analogues à celles publiées par le RECOM dans leurs expériences de décharge dans des feuilles de titane. On remarquera en particulier qu'un certain nombre des éléments transmutés correspondent exactement à ceux que l'on découvre dans les chips rouges!!

Il a été établi par les physiciens du RECOM que les rayonnements étranges influent sur les demi-vies de certains radionucléides de l'Uranium. Bref, toute nouvelle technologie peut signifier
à plus ou moins long terme, le pire (nouvelles armes de destruction massive à portée de tous) comme le meilleur (énergie et matières premières gratuites à portée de tous) et mon hypothèse est que l'empire a immédiatement exploité le pire de la nouvelle physique à des fins de domination incontestable tout en ne permettant pas au meilleur d'être développé (physique secrête essentiellement développée dans des labos militaires). Le pretexte étant peut être d'empêcher la diffusion d'une techno qui pourrait signifier rapidement la prolifération d'armes de destruction massive désormais faciles à mettre au point.

Ce site explique que les fondements théoriques véritables de cette nouvelle physique sont dans la théorie de la gravité obscure longuement vulgarisée dans ces pages. Les manips ont probablement été mises au point et les technos maitrisées dans les labos du DoD sans être vraiment comprises, à la façon d'apprentis sorciers jusqu'à ce que l'un de ces joyeux drille ait fini par comprendre que la physique décrite dans ce site en est la clef... Il faut alors envisager le pire: une spirale de falsification de résultats scientifiques dans de nombreux domaines juste pour ne pas permettre à cette physique qui aurait pu se révêler salvatrice si elle avait été exploitée au profit du plus grand nombre, d'être connue et reconnue ...

Nouveau rebondissement la semaine dernière: on ma informé par email qu'un échantillon envoyé à K Ryan a été reçu ouvert (déchiré) ce qui est considéré par tous comme une preuve de manipulation d'échantillon. Quel revirement! Peut être que certains ont fini par trouver tout à coup bien préférable ma première hypothèse, celle d'une falsification des échantillons à la deuxième que je viens de developper ... quoi qu'il en soit, les sacs de merde s'en donnent encore à coeur joie!

Je vais rapidement mettre à jour mes pages concernant la nanothermite le 11/9. Celle-ci ne sera plus présentée que comme une hypothèse séduisante mais non démontrée puisque je n'ai pu vérifier indépendamment les résultats annoncés dans la publi récente de N Harrit et S Jones.

Mais la question reste en suspens: "Lesquels des chips rouge/rouge et rouge/gris sont les authentiques chips du WTC ?"


16/6/2009

Après examen au microscope electronique, il se confirme que les chips rouges de mes échantillons contiennent bien de l'oxyde de fer et de l'Aluminium, du silicium du carbone et de l'oxygène mais n'ont rien à voir avec ceux décrits en détails dans les publis de Harrit et associés ni avec celui que j'avais trouvé et présenté dans ce site
(ils sont rouges sur les deux faces, n'ont pas produit de fer fondu, présentent la même composition chimique même après avoir été portés à plus de 900°C et sont très inhomogènes à l'échelle de la dizaine de microns). La conclusion qu'il faut en tirer est évidente: ces échantillons ont été falsifiés. Le matériel authentique a été enlevé (peut être pas avec 100% d'efficacité car j'avais réussi à trouver au moins un chips ayant toutes les propriétés attendues, celui présenté dans mon ppt, même si seul le test à l'ignition aurait permis une identification parfaite. Il ne faut pas non plus écarter pour ce cas unique un sosie également introduit pour tromper) et des écailles rouges à base d'Alu et d'oxyde de Fer  donc impliquant une véritable volonté de tromper, ont été introduits en grande quantité alors que ce sont les chips gris-rouges qui devraient être présents en de telles proportions. Il est plus que probable que les contrôles, manips et substitutions sont opérés au niveau de nos bureaux de poste en France ...(aux USA les envois peuvent partir de n'importe où) Bref: les sacs de merde s'en donnent à coeur joie! ici même! Tout nouvel échantillon devra m'être remis en main propre même si cela nécessite de payer un intermédiaire qui peut être n'importe quel passant de bonne volonté.  J'accuserai alors immédiatement reception sur mon site et effectuerai les analyses aussitôt. Je précise que n'importe quel individu peut effectuer ce type de test de façon autonome: il suffit d'un microscope optique à 50 euros, d'un aimant, d'une aiguille et d'un four à poterie ou céramique...et le plus difficile (mais plus facile lorsqu'on n'est pas surveillé) : se procurer de la poussière du WTC directement et en toute discrétion auprès de connaissances New-Yorkaises. Ensuite la procédure est simple : selectionner avec un aimant dans la poussière le matériau le plus riche en Fer. Au microscope optique, capturer à la pointe d'une aiguille à coudre des chips gris-rouges répondant aux caractéristiques décrites dans le papier de Harrit et associés.  Les placer dans un récipient pouvant supporter les hautes températures (alumine par exemple) et chauffer entre 500°C et 600°C dans votre four à céramique. Récolter les résidus (toujours avec une aiguille, ou en s'aidant d'un aimant) après avoir laissé refroidir et observer au microscope optique: si des billes métalliques sont apparues: bingo! C'est la meilleure preuve que l'on puisse fournir de la haute densité d'énergie de ces chips, démarche à la portée de tous!

15/6/2009

Comment les explosifs ont ils été déclenchés au WTC si l'on ne pouvait garantir une source fiable de courant pour produire les étincelles? Une hypothèse interessante serait que l'effet piézoélectrique aurait été utilisé pour polariser électriquement un matériau jusqu'à décharge brutale sous forme d'étincelles. La contrainte purement mécanique à appliquer (comme lorsque vous exercez une pression sur votre allume gaz) aurait pu être la conséquence des impacts d'avions comme celle d'une mise en vibration des tours par des explosifs à la base.  Devinez quel matériau est très connu et utilisé pour ses propriétés piézo: le Titanate de baryum souvent mélangé à du titanate de strontium. Devinez quel élément en des proportions anormalement élevées (même s'il ne s'agit que de traces par rapport aux éléments dominants) on trouve selon l'USGS dans la poussière du WTC et plus particulièrement dans les revêtements des colonnes ou une telle proportion est inexpliquable: le baryum ! Le titane y est aussi très abondant.  Devinez quel est l'élément dont les proportions défient également toutes les tentatives d'explication au WTC: le strontium pratiquement dans les mêmes proportions que le baryum. Tout s'explique !

12/6/2009

Les observations apparemment difficiles à expliquer
(Cf news du 26/11/2008 et 4/12/2008 dans cette page) par de simples réactions chimiques comme du métal
en fusion observé pendant des mois ou des flaques de métal fondu à l'air libre qui restent à très haute température (couleur jaune) s'expliquent bien si l'on admet la présence de nombreuses particules de poussière de nanothermite dans l'air qui en retombant sur les flaques ont réagi et ont pu entretenir de hautes températures.
De même, les incendies et les conditions du métal fondu ont pu être entretenues très longtemps sachant que de nombreuses colonnes d'acier comportaient un revêtement de nanothermite dont la réaction a pu se déclencher dès que la température atteignait de l'ordre de 450°C dans les ruines. Des hypothèses plus exotiques comme le déclenchement de réactions de type fusion froide peuvent donc être probablement écartées.


12/6/2009

L'analyse de la news suivante est répercutée dans les différents doc du site.

24/5/2009

Le fer fondu (de nombreuses microspheres sont constituées de fer pur ou oxyde de fer) est une preuve de températures extrêmes: 1400°C.
Pour atteindre ces températures il faut concentrer la chaleur délivrée par une réaction chimique dans un volume suffisamment petit.

- La reaction d'un volume V donné de Thermite produit assez d'énergie pour idéalement fondre ~ 2V de fer
(16kJ/cc pour de la thermite; 7.8kJ/cc pour faire fondre du fer: (470 J/(°C.kg) x 1500°C + 270000J/kg) x 8000/1O6 kg/cc)

- La reaction d'un volume V de Charbon (carbone) produit assez d'energie pour idealement fondre ~ 10V de fer
(79kJ/cc i.e ~ 5x plus que la thermite)

Mais chaque atome de C requiert une molécule d' oxygene de l'air donc un volume V de Carbone necessite
32/12 (rapport des masses molaires ) fois 2267/1.43 (rapport des densités) fois 5 (20% d'oxygen dans l' air) = ~ 20000 V d'air.

Donc quand une très petite particule de carbone ou de matière organique brûle à l'air libre, elle libère son énergie très rapidement (étant très petite son rapport S/V est très favorable à la réaction avec l'oxygène de l'air) mais cette énergie est libérée dans un volume énorme ~ 20000 V donc une petite particle de fer  (volume V aussi) au voisinage ne peut recevoir que de l'ordre d'~1/20000 de cette energie totale. C'est pourquoi il est exclu qu'elle puisse atteindre les températures capables de la fondre (voir plus haut les énergies nécessaires pour cela) . Donc pour d'assez évidentes raisons le charbon ou n'importe quel combustible de matière organique nécessitant l'oxygène de l'air ne peut faire fondre du fer que quand la chaleur libérée peut être accumulée dans le temps et concentrée dans l'espace comme dans un haut fourneau.

Envisageons le cas extreme de microparticles de matière organique et de fer confinées ensemble dans une très petite chambre (comparable à leurs dimensions) et soumises à un courant de ~  milliers de V sur une très courte durée (car il faut être plus rapide que les effets dissipatifs qui sont aussi très efficaces pour de telles microparticles et leur font perdre leur chaleur  très rapidement dans l'espace environnant).
Mais alors ces particles doivent aussi retenir l'essentiel de la chaleur ce qui est difficile à croire ( car le flux d'air doit en même temps entrainer une rapide perte d'énergie). Donc même ce scenario extrême est intenable. Bien sûr la physique mise en jeu est très complexe et nécessite des outils sophistiqués pour parvenir à une description quantitative juste cependant puisque nous sommes à des ordre de grandeur des échelles de densité d'énergie nécessaires, ces arguments sont parfaitement conclusifs.

Donc je ne vois aucune possibilité pour que les températures du fer fondu puissent avoir été atteintes pour une réaction de combustion à l'oxygène de l'air de particules d'échelles micrométriques dans un DSC. L'oxydant et le reducteur doivent se trouver ensemble dans les chips afin que la chaleur libérée le soit concentrée dans un très petit volume, celui occupé par ces réactifs, comme dans une reaction thermitique : haute densité d'énergie  indispensable! machin organique +oxygène = très faible densité d'énergie à cause de sa dilution dans un volume énorme!

La présence de microsphères de fer fondu produit par la réaction : on n'a réellement besoin de rien de plus pour se convaincre que les chips sont hautement énergétiques par eux mêmes (haute densité d'énergie) et connaissant leur composition et celle des residus les preuves sont clairement en faveur d'une reaction thermitique de type Fe2O3 + Al  donne Al2O3 + Fe.

Les moyens nécessaires à tout un chacun disposant d'un échantillon de poussières du WTC pour vérifier cela sont modestes: un four à céramique pouvant dépasser largement les 500°C qui permettent la réaction des chips rouges/gris métalliques et un petit microscope optique pour sélectionner les meilleurs candidats chips rouges dans la poussière et identifier après réaction des microsphères métalliques brillantes et riches en fer. C'est ce que j'essaye de faire.  Première mise en garde: certaines poussières rouges (la grande majorité dans mes échantillons) ne sont pas les chips à deux faces rouges/gris métalliques décrits dans l'article de Harrit et associés.  Considérées d'une seule face elles présentent la même apparence mais la face opposée est généralement identique (rouge) ou plus rarement noire. Aucune de ces particules ne réagit à moins de 500°C à la manière décrite dans l'article. Dans mes échantillons les véritables chips rouges/gris sont pour le moment très difficiles à trouver ...
Les auteurs de l'article confirment que dans une échantillon typique les chips seulement rouges sont la majorité et que parfois il est difficile de trouver des chips gris/rouges.  Il se pourrait aussi, même si c'est une hypothèse peu probable, que certains de ces chips seulement rouges soient constitués de la même matière que la couche rouge des chips gris/rouge mais que l'absence de la couche grise ne leur permet pas de réagir normalement. Cette dernière pourrait en effet jouer un rôle crucial en propageant dans tout le chips la chaleur libérée (haute conductivité thermique du fer) par les premiers spots ou démarre la réaction thermitique afin de généraliser la réaction (ceci peut être indispensable si la densité d'énergie de la partie rouge a été intentionnellement limitée pour éviter un effet explosif). Il se trouve effectivement que sur certains chips seulement rouges portés à haute température, j'ai pu observer de nombreuses minuscules zones à l'aspect métallique...affaire à suivre !

Une précision juste pour les trolls!!: le fait que le DSC soit contrôlé à une température de 700°C ne signifie pas du tout que l'échantillon n' a pas pu atteindre beaucoup plus!! il est évident que la température contrôlée d'un DSC est celle d'une chambre de plusieurs cm^3 dans laquelle une poussière micrométrique peut atteindre (très localement) beaucoup plus sans que cela affecte très significativement la température de la chambre! Lorsqu'un echantillon quelconque réagit, en général très rapidement en comparaison des échelles de temps sur lesquelles varie la courbe du DSC, sa température atteint toujours momentanément des valeurs très différentes de celle qui est contrôlée dans la chambre et dailleurs la courbe du DSC ne pretend absolument pas suivre dans le temps le dégagement d'énergie beaucoup trop bref mais cette énergie totale progressivement libérée dans la totalité de la chambre peut être évaluée précisément et tendrait à induire des minimes fluctuations de température que justement le DSC compense pour rester globalement à la température contrôlée.

30/4/2009


Ma critique du site bastison.net complétée aujourdhui
Un très court résumé des résultats de l'article de Harrit & associés à la suite de l'analyse marseillaise des poussières du WTC.
Egalement inclu dans la présentation ppt.

4/4/2009


Annonce: "Matériau Thermitique Actif découvert dans de la poussière provenant de la catastrophe du 11/9 au WTC": L'article vient d'être publié (hier) dans une revue à comité de lecture : le Chemical Physics Journal!

Auteurs (équipe internationale et de différents labos):  N.H. Harrit
(université de Copenhague est un expert en nano-chimie. http://cmm.nbi.ku.dk) ,  Jeffrey Farrer (BYU, direction labo de microscopie par transmission electronique), Steven E. Jones, Kevin R. Ryan, Frank M. Legge, Daniel Farnsworth, Gregg Roberts, James R. Gourley, Bradley R. Larsen

L'article se termine par la phrase: "Basé sur ces observations nous concluons que la couche rouge des chips gris/rouge que nous avons découverts dans la poussière du WTC est un matériau thermitique actif n'ayant pas réagi , incorporant de la nanotechnologie et est un matériau explosif ou incendiaire (pyrotechnique) hautement énergétique."

En bref, le papier explose la théorie officielle selon laquelle aucune preuve n'existe de matériaux explosifs/incendiaires dans les immeubles du WTC.

Autres publications antérieures 


Open Civil Engineering Journal
Fourteen Points of Agreement with Official Government Reports on the World Trade Center Destruction
Steven E. Jones, Frank M. Legge, Kevin R. Ryan, Anthony F. Szamboti, James R. Gourley

The Environmentalist
Environmental anomalies at the World Trade Center: evidence for energetic materials
Kevin R. Ryan, James R. Gourley, and Steven E. Jones

James Hoffman a ecrit et publié 3 essais approfondissant les implications et résultats de ce papier:
http://911research.wtc7.net/essays/thermite/index.html

D'importants aspects de la recherche ont été corroborés indépendamment par  Mark Basile du New Hampshire et
par le physicien F Henry-Couannier (votre serviteur) pouvant se référer à  des exposés scientifiques antérieurs sur ces découvertes
par S Jones.

A vous maintenant de lire le papier et de proclamer haut et fort ces découvertes!

Lien vers l'article


29/3/2009


Mon post sur forum du site nwo.

15/3/2009 

J'étais hier soir à la première projection en France en salle de cinéma du Prado à Marseille du film ZERO consacré au 11 septembre. Arrivé en retard il n'y avait plus de place à la projection proprement dite mais j'ai pu assister à l'essentiel : le débat (j'avais déjà vu le film). On m'a fait savoir dès mon arrivée que l'on craignait que je veuille forcer la conversation avec une personne de reopen. Je n'ai donc pas essayé de profiter de sa présence physique pour demander des explications. Mon objectif hier soir était donc essentiellement de comprendre pourquoi le film ZERO passe complètement sous silence les implications possibles du MOSSAD et des extrêmistes sionistes.  Si j'avais eu beaucoup de temps de parole (la parole était très demandée) et un micro j'aurais posé au réalisateur les questions détaillées
en ces termes :

Une bonne partie de votre film est consacrée aux "islamistes" du 11/9 pour montrer qu'ils ne sont en fait que des mercenaires de la CIA ou agents de la CIA.

1)  Pourquoi ne faites vous aucune mention des espions israeliens (plus de 125 personnes) qui sous couvert de la DEA américaine (Drug Enforcement Agency), selon le trés officiel rapport du sénat, suivaient sur le sol Américain les activités des "islamistes"?  Ces Israeli DEA groups se divisaient en cellules toutes basées à proximité des cellules "islamistes" (donc en réalité de la CIA) et disposaient de moyens d'écoute lourds. Le matin du 11 septembre plusieurs membres de la cellule du New Jersey , écoutés par le FBI se seraient réjouis au téléphone du succès de l'opération.
Arrétés par le FBI ils seront expulsés libres vers Israel, sans doute du fait des pressions de la CIA, et l'on ne reparlera plus de l'affaire des espions Israeliens du 11 septembre (cf ouvrage récent d'Alex Chauprade limogé pour cela par le ministre de la défense).
Tous ces éléments (espions israeliens, plus de 125, conversations interceptées) soutiennent fortement la thèse selon laquelle ces hommes n'étaient pas seulement au courant des opérations en cours mais sont de véritables acteurs à part entière du 11/9.

2) Selon votre ex président, Francisco Cossiga, je cite un extrait: "...
alors que tous les milieux démocrates américains et européens, et parmi eux le centre gauche italien, savent très bien que cette attaque désastreuse a été planifiée et exécutée par la CIA américaine et le Mossad avec l’aide du monde sioniste afin d’accuser les pays arabes et pour persuader les puissances occidentales d’intervenir tant en Irak qu’en Afghanistan".
Pourquoi avoir passé sous silence un témoignage aussi précis venant d'un homme qui du fait des fonctions qu'il avait occupées pouvait être bien placé pour avoir accès à des informations secrêtes?

Est il besoin de rappeler que l'opération 11 septembre est énorme, qu'elle comporte des risques majeurs et que par conséquent les mobiles doivent être extrêmement forts, vitaux. Quel meilleur mobile pour les intégristes sionistes qu'une guerre mettant hors d'état de nuire les pires ennemis d'Israel? Les raisons de penser que l'extrême droite sioniste puisse avoir été un des cerveaux de l'attaque du 11 septembre sont multiples et  sérieuses (voir les arguments développés sous ce lien)!

Le traitement du 11 septembre par le film ZERO est donc très partial ainsi que les réponses du réalisateur à mes questions: "tous les services secrets étaient au courant (incite à croire à une sorte de responsabilité diffuse), pas de rôle particulier du Mossad, Cossiga n'est pas fiable", 
affirmations complètement gratuites tout cela après avoir omis complètement les informations importantes et avérées citées précédemment... Enquête donc très suspecte qui omet volontairement tous les éléments à charge contre un des plus sérieux suspect potentiel! Je considère pas complètement absurde qu'un certain nombre de ceux qui sont à l'origine de ce film et de ceux qui militent pour sa diffusion servent les intérêts du Mossad.

Si le scandale était sur le point d'éclater malgré le contrôle des médias, les réseaux criminels feraient tout ce qui est en leur pouvoir afin d'écarter les soupçons sur d'autres suspects potentiels et si ce n'était pas possible feraient en sorte d'entretenir le flou, la confusion justement en insistant sur le fait que les pistes se multiplient et se brouillent, que tous les services secrets donc tous les dirigeants étaient au courant donc plus ou moins complices, qu'il est difficile de converger vers un coupable précis, qu'une enquête officielle est indispensable. Il est évident au contraire qu'un crime aussi grave ne peut avoir été organisé que par un réseau limité d'extrêmistes très organisé, capable de maintenir le secret et ayant le contrôle des plus hautes sphères du pouvoir et de l'armée US: je ne vois pas meilleur suspects que les réseaux de service secrets de la CIA et du Mossad.

Tandis que l'essentiel de la population continue d'être berné par les grands médias, une faible fraction a compris que le 11 septembre ne peut avoir été qu'un inside job. Ceux là vont assister aux projections de films tels que ZERO. Puisqu'on ne peut plus leur cacher l'inside job, la désinformation ciblée sur cette catégorie de la population pourrait consister à détourner leurs soupçons des vrais coupables. Même s'il convient de rester prudent ma position est qu'un large faisceau de faits désigne le 11/9 comme une opération des extrémistes sionistes et de l'extrême droite américaine fascisante.

La stratégie privilégiée de ces criminels pour détourner l'attention d'eux mêmes serait de constituer un réseau aussi discret qu'influent afin de noyauter et contrôler tous les pouvoirs en place. Le nouvel ordre mondial ne peut faire exception.  Ceux qui appelaient de leurs voeux un nouvel ordre mondial étaient traditionnellement des internationalistes tels que D Rockefeller militant pour l'affaiblissement du pouvoir des nations afin de donner plus de pouvoir à cette oligarchie mondiale d'hommes d'affaires, banquiers, PDGs de multinationales de tous les pays qui a leurs yeux est l'élite qui doit gouverner la planète suivant un modéle ultralibéral pour le bien de tous. La majorité de ces grands capitalistes, sont pour la plupart réellement convaincus que c'est là la meilleure voie possible pour le salut collectif alors qu'il s'agit d'une dérive évidemment anti démocratique extrêmement dangereuse.  Cependant les meurtriers du 11/9 appartiennent probablement à une toute autre espèce d'hommes: des nationalistes fascisants, xenophobes et religieux radicaux (juifs ou chrétiens fondamentalistes). Mais le nouvel ordre mondial mondial assez paradoxalement peut s'avérer une aubaine pour ceux qui disposent des réseaux de renseignement et d'infiltration adéquat pour noyauter ce nouveau pouvoir non démocratique et diffus plus efficacement que jamais, évidemment dans le seul et unique intérêt de leurs propres nations: les Etats Unis ou Israel.


De même que la propagande visant les truthers (ceux qui demandent la vérité sur le 11/9) consiste à injecter des fausses informations dans ces mouvements et à les leur faire reprendre en coeur ce qui ensuite permet à d'autres experts spécialisés dans le debunking de les discréditer efficacement. De même, il s'agit de faire passer ceux qui prennent conscience de la dérive anti démocratique dans laquelle nous entraîne le nwo (new world order) pour des illuminés. C'est ainsi que fleurissent des sites très médiatiques anti nwo dans lesquels sont mis en scène des éléments complètements ésotériques et en fait parfaitement étrangers à la véritable problématique nwo: 666, le diable, l'apocalypse, le calendrier maya : l'objectif est de détourner les intelligentsias et tous ceux qui auraient peur de passer pour des paranoiaques d'une frange particulièrement illuminée de la population.

J'engage tous ceux qui iront voir le film ZERO à poser les questions détaillées plus haut. J'ai également relevé dans le film quelques erreurs trop facilement évitables en ce qui concerne les aspects physiques de la destruction des tours et cela ne fait que décupler mes soupçons.

8/3/2009 


Selon l'ex president Italien F Cossiga,
"tous les services de renseignements étatsuniens et européens savent désormais que cette attaque a été planifiée et exécutée par la CIA et le Mossad avec l’aide du monde sioniste dans le but d’accuser les pays arabes et pour persuader les puissances occidentales d’intervenir en Afghanistan puis en Irak". Mais je réalise que dans le document en ligne des architectes et ingénieurs mais également dans le mien (que je viens de corriger) et donc dans la version maintenue dans les dossiers de reopen, la diapo consacrée à F Cossiga ne mentionne plus que le CIA!! N'ayant initialement pas moi même traduit cette diapo je n'avais pas relevé cet étrange passage à la trappe (remplacement par des pointillés) de ces informations importantes. Aucune allusion non plus dans le document pourtant très complet de AE911truth aux espions Israeliens du 11 septembre (voir l'article de A Chauprade), ni même dans le film ZERO dont la sortie en France est imminente.

27/2/2009

Pour rendre compte du fantastique degré de destruction des tours, en particulier la pulvérisation quasi totale du béton en particules de poussière de 60 microns, il n'y a pas beaucoup d'autre choix que de s'orienter vers les armes de destruction conventionnelles (c'est à dire chimiques i.e. non nucléaires) les plus puissantes à ce jour, les armes thermobariques. Si cela n'était pas suffisant et il faudrait envisager des armes nucléaires. Or cette possibilité semble exclue au WTC par le fait que les résidus radioactifs des réactions de fission, une signature inévitable et impossible à manquer n'ont pas été détectés dans New York. En effet, même les bombes thermonucléaires à fusion impliquent un étage à fission sans lequel l'explosion ne pourrait être obtenue, officiellement en tout cas, car la bombe nucléaire à fusion pure est depuis longtemps l'objet de recherches actives. Mais même l'utilisation de bombes à fusion pure est exclue au WTC car les niveaux de Tritium attendus dans ce cas auraient dû être des ordres de grandeur supérieurs aux niveaux mesurés. Même si parmi les quelques relevés effectués peu après le 11/9 à GZ, deux d'entre eux, une minorité, montrent des niveaux de Tritium au dessus du bruit de fond, il s'agit de niveaux complètement insignifiants (nanocuries) comparés à ceux qui ont été observés immédiatement après et sur les sites d'explosions thermonucléaires dans le passé et d'autres sources peuvent être proposées qui expliqueraient assez raisonnablement les niveaux observés. Pour envisager des minibombes à fusion pure au WTC il faudrait donc nécessairement admettre une falsification des mesures de Tritium publiées ... et ce qui est plus difficilement concevable, que les criminels n'auraient pas hésité à utiliser des armes dont les retombées présentent une  signature aussi évidente (Tritium abondant) et facile à  mettre en évidence.

17/2/2009 

Ayant contacté des spécialistes des écoulements pyroclastiques, j’ai appris notamment que les caractères: turbulent, frontière nette, expansion rapide, bref apparence pyroclastique d'un nuage signent un brutal apport d’énergie mais ne permettent pas d’en identifier la source : démolition explosive ou effondrement sur lui même d’un bâtiment ?  Dailleurs, on le voit sur la video de la tour ABC, un effondrement peut créer assez brièvement un épisode de nuage de poussière turbulent en écoulement rapide et frontière nette même en l’absence d’explosifs.
Ce n’est que le facteur d’expansion (lié aussi à la durée de la dilatation du nuage) i.e le volume du nuage final par rapport au volume initial de la tour qui doit permettre indirectement en estimant l’énergie nécessaire à cette expansion d’écarter un effondrement gravitationnel (énergie potentielle initiale insuffisante) et donc de trancher en faveur des explosions (dans le cas des tours du WTC, le taux d'expansion est nettement supérieur à 10 alors que dans les démolitions contrôlées habituelles, il est inférieur à 2). En effet, comme le fait remarquer le site de research 911 les processus de mélange entre le nuage de béton pulvérisé et l'air ambiant par diffusion et convection contribuent pour peu à son expansion. La diffusion n'est pas pertinente car la frontière du nuage est définie par les particules solides qu'il contient. Quant à la convection, il apparaît que les défauts à l'interface du nuage évoluent très lentement par rapport au rapide mouvement d'ensemble de ce front du nuage (10m/s) et les contours demeurent net ce qui signifie que le nuage se dilate essentiellement en poussant l'air ambiant devant lui, non en l'assimilant.

Je vais donc corriger mon doc en conséquence et rajouter une estimation simple du travail mécanique fourni par les gaz en expansion qui montre bien aussi de façon quantitative que seules des explosions ont pu provoquer un nuage de béton pulvérisé aussi important.
Le travail W que doit fournir le gaz pour dilater une sphère d'un volume initial V par un facteur f jusqu'à la pression atmosphérique P0 est simplement: W=P0.f.V Ln(f). Avec V le volume d'une tour = 63.63.410 = 1.6 millions de mètre cube, P0=100000 Pascals, f=5 au bout de trente secondes (f est très sous évalué car l'écoulement-expansion se poursuit bien au delà de 30 secondes! ) d'après Hoffman. On trouve W=13. 1011 Joules à comparer à l'énergie potentielle totale gravitationnelle de la tour de 4.8 1011 Joules d'après Urich. Dans le cas d'un effondrement gravitationnel le nuage n'aurait pu occuper au final qu'un volume maximum de 2.9 fois le volume initial de la tour. Ceci correspond au cas ou toute l'énergie gravitationnelle n'aurait été consommée que pour contribuer à l'expansion du nuage ce qui n'est jamais le cas dans des effondrements gravitationnels : comme l'énergie gravitationnelle ne peut pas provoquer de surpression par vaporisation des solides, elle contribue pour très peu à l'expansion du nuage qui n'a donc en général qu'un volume à peine supérieur à celui initial du bâtiment.

Par contre, j'éviterai désormais autant que possible de parler de coulée pyroclastique car non seulement l’écoulement n’est pas pyroclastique (sinon les New yorkais pris dans le nuage auraient été brûlés vif) mais encore même l’apparence pyroclastique est au fond peu pertinente pour ce qui est d’en déterminer l’origine.


15/2/2009


Avis à tous les génis du 11 septembre: est il nécessaire de s'investir dans un débat très technique pour mettre à l'épreuve le rapport du NIST concernant l'effondrement de WTC7? Non car tout le monde peut le vérifier facilement: l'effondrement que le NIST obtient en simulation après 7 ans d'efforts est très dissymétrique Est-Ouest (il suffit de ne considérer que la page de couverture du rapport du NIST pour s'en convaincre) et le toît ne tombe pas du tout en chute libre ceci malgré des conditions des incendies poussées à l'extrême et un scénario comportant une série d'événements incroyables comme le fait que l'intérieur du building puisse s'effondrer en avance en laissant la facade imperturbée.
Le Nist a donc échoué et il suffit de 2 minutes, le temps de regarder les videos de l'effondrement réel et celles de la simulation pour le constater. Point terminé!

Mais pour ceux qui veulent plus de détails les videos de Chandler intitulées NIST admits free fall , sur le site des architectes et Ingénieurs sont éloquentes.  Pour résumer:
1°) le premier rapport du NIST d'Aout nous explique que le temps de chute de 5.4s observé pour une hauteur de 18 étages n'est que de 40% de celui de la chute libre et en bon accord avec ce que donne leur modèle simulé: donc pas de chute libre, et on nous explique également pourquoi la chute libre n'aurait aucun sens (la structure doit résister à l'effondrement).  En fait, comme le montre Chandler, le NIST obtient 5.4s car il a commencé à compter bien avant que la ligne du toît ne commence sa descente véritable.
2°) en Novembre le NIST revient sur ses précédentes affirmations et admet la chute libre durant une phase centrale de moins de 5.4 secondes. Mais celle-ci aurait été précédée d'après le NIST d'une phase de mise en mouvement suffisamment longue puis d'une phase moins accélérée de telle sorte que la durée totale reste de 5.4 secondes pour rester en accord avec leur modèle. Nouvelle tricherie car la phase de mise en mouvement n'existe pas! le toît est instantannément en chute libre comme l'explique Chandler et mes propres analyses le confirment.

Conclusion: il y a bien eu chute libre de WTC7 et même le NIST l'admet sur une période transitoire après nous avoir expliqué que c'était impossible.
Cette chute libre ne peut être et n'est pas compatible avec la chute obtenue en simulation car la durée de 5.4 secondes ne correspond à rien dans la chute réelle du WTC7 : c'est une tromperie évidente afin de tenter de faire coller la chute soit disant observée à la chute modélisée.

Tout cela sans même compter que les modélisations en question sont invérifiables car basées sur des données non publiées! 

9/2/2009


Le montage que j'avais signalé lors de la venue de Richard Gage en Europe (une des "erreurs" dont j'avais demandé la correction avec insistance)
est bien toujours là plus de deux mois plus tard:
http://www.ae911truth.net//ppt_web/slideshow.php?i=150&lores=1 slide 180
Y a t'il une explication crédible à cela autre que le fait que cette erreur et d'autres sont volontairement entretenues ?
Mes inquiétudes ne sont elles pas confirmées? notamment que les truthers Américains sont probablement victimes de pressions terribles ?
et l'attitude de reopen visant à etouffer cela n'est elle pas tout simplement complice ?

Une telle erreur peut être exploitée efficacement pour décrédibiliser durablement les truthers en les accusant de tricherie. Ce n'est donc pas un détail, c'est simplement une grenade qui n'attend que le moment opportun pour être dégoupillée, si par exemple les questions sur le 11/9 devenaient un peu trop médiatiques. Beaucoup d'autres erreurs également maintenues dans le doc Américain sont la pour permettre à des debunkers comme celui qui sévit sur le site de bastison.net de faire leur sale boulot. Ses critiques qui paraissent définitives pour ceux qui connaissent mal la problématique sont ensuite reprises en coeur par d'autres comme par exemple ici
http://www.rue89.com/desintox-11-septembre-2001/2009/02/04/le-vrai-et-tous-les-faux-complots-du-11-septembre, où j'y suis aussi allé de mon commentaire scandalisé dans le forum ouvert sur le site, mais j'ai été immédiatement censuré (!?). 

Lorsque j'avais signalé cette erreur grave (et bien d'autres) sur forum de reopen, mon message avait été modéré c'est à dire déplacé dans un espace interne ou seuls les membres les plus "éminents" de reopen ont accès. Lorsque l'erreur a été malgré tout présentée en conférence à travers toute l'Europe j'ai jugé qu'il s'agissait au mieux d'une faute grave et décidé de me désassocier de reopen parceque je n'ai plus aucune confiance en un certain nombre de ses responsables (administrateurs et modérateurs). Le document que j'ai en grande partie adapté et qui se trouve encore dans les dossiers de reopen ne m'est plus accessible et n'est donc plus mis à jour de données importantes, et les liens qui figuraient vers le document que je tiens à jour sur mon site ont été coupés par reopen. J'ai demandé à ce que les liens soient soit rétablis soit le doc enlevé de l'espace de reopen ... pas de réponse, ou plutôt si ! : "il faut que j'en parle aux autres". Signé XX sous officier à la direction de la surveillance du territoire.
Peut être sont ils tout simplement trop occupés à répondre à leurs emails comme me le disait XX m'accusant après des mois d'attente d'être quelqu'un d'impatient!...J'ajoute aussi que j'ai dernièrement confirmé l'essentiel des résultats de S Jones sur la présence de nanothermite dans la poussière du WTC sauf dans un seul des trois échantillons que j'ai reçus, celui qui m'a été transmis par reopen de la part de R Gage... Evidemment aucune publicité sur le site de reopen pour ces résultats extrêmement importants  ! J'ai aussi analysé la video de la tour ABC pour prouver que lorsque des chocs s'opposent à la chute libre ça se voit ! croyez vous que cela interesse reopen ?

4/2/2009

Aymeric Chauprade, directeur du cours de géopolitique au Collège interarmées de défense, est un conspirationniste.
J'ai relevé ce qui est probablement une petite inexactitude: les températures des cartes de la NASA (donc de surface) n'étaient pas à ma connaissance supérieures aux températures de fusion de l'acier sauf confusion entre les °F et les °C (Chauprade pourrait il préciser ses sources?).
Egalement l'implication des islamistes à quelque niveau que ce soit le 11/9 ne me semble pas évident. Déjà leur seul rôle dans le scénario de Chauprade serait d'avoir été présents sur le territoire US le 11/9 et de s'être au moins présentés à l'enregistrement aux aéroports le jour J afin que l'on ait des preuves de leur passage: listes de passagers, enregistrements des cameras videos. Bref de la pure figuration car en effet ils auraient été difficilement en mesure de faire quoi que ce soit d'autre et surtout pas de pulvériser les tours du WTC.  Or, même ce second rôle ils l'ont très mal joué, puisqu'ils ont fait scandale la veille même de l'opération dans un bar à stripteaseuses et n'avaient rien du comportement de musulmans prêts à sacrifier leur vie au nom de leur foi (cf l'analyse de D.R. Griffin). Ensuite, ils ne figurent même pas dans la première liste des victimes publiée par le FBI au lendemain du 11/9 et un certain nombre des pirates allégués par le FBI étaient encore vivants ce qui a amené le FBI à conclure à des usurpations d'identités et vols de passeport. Enfin, Ben Laden a nié toute implication au lendemain du 11/9. Egalement, l'intérêt d'un attentat d'une telle ampleur pour les islamistes n'est pas évident surtout lorsque l'on voit quelles en ont été les conséquences très prévisibles: un engagement des Etats-Unis en Afghanistan et en Irak qui sert clairement les intérets des sionistes radicaux en mettant hors d'état de nuire quelques uns de leurs pires ennemis.  Prochaine étape?: l'Iran?
Le plus probable est donc que les Arabes suivis de prêt par les espions Israeliens le 11/9 étaient de purs et simples boucs émissaires qui ont été assassinés s'ils n'ont pas pris l'avion le 11/9. A moins qu'ils n'aient été des agents de la CIA payés pour disparaître avec une bonne retraite en poche... mais dans ce cas pourquoi ont ils si mal joué leur rôle. 

Bref, le suspect numéro un qui a intérêt à faire en sorte de faire porter le chapeau aux autres (les autres seraient certains internationalistes partisans du nouvel ordre mondial comme les Rockefellers ou encore les islamistes), si le scandale du 11/9 émerge c'est l'extrême droite sioniste israelienne...et il me semble que leur propagande en ce sens a été et continue d'être efficace? Le suspect numéro 2 serait la droite Américaine fascisante, même si  pour un Américain, envisager de détruire les tours jumelles, on s'attend à ce que ce soit difficile, c'est le moins qu'on puisse dire!

4/2/2009 (mise à jour)


Des liens entre les Rockefeller, le CFR et les événements du 11/9 ? 
Cette nouvelle analyse après avoir lu les mémoires de D Rockefeller et l'
excellente synthèse de JP sur l'histoire du conflit israelo-palestinien
me conduit à privilégier nettement la thèse de crimes planifiés par le Mossad et une CIA contrôlée par les sionistes intégristes.

1/2/2009 (news du 31/1 corrigée)

Mon analyse de la chute du toit de la tour ABC (45m de haut) avec virtualdub et en mesurant la position de l'extrêmité supérieure de ce qui semble être une antenne au fur et à mesure de sa descente jusqu'à ce qu'elle se perde dans la fumée.



L'ajustement par la succession de deux polynômes montre que toute l'accélération se produit dans le premier 3/4 de seconde et vaut 9.4 +- 4 m/s^2
compatible avec la chute libre mais avec une erreur nécessairement importante sur un aussi petit nombre de points. Ensuite, sur les deux secondes que l'on peut suivre de 1.2 s à 3.2 s , la vitesse est quasi constante de 9.4+-0.6 m/s. En réalité il y a légère décélération de l'ordre de -0.9 +- 0.3 m/s^2.  Une belle preuve supplémentaire que l'accélération constante entre 7 et 8 m/s^2 du toît de la tour Nord




sans parler de celle du toît de WTC7 (voir plus loin dans cette page) est très étonnante. Si la tour Nord s'était effondrée à la vitesse constante de la tour ABC le temps total d'effondrement aurait été supérieur à 40 secondes !

La pile supérieure d'étages dans le cas de la tour ABC représente une masse de 6500 tonnes répartie sur 85x13 m2 soit 5.9 tonnes/m
2 tandis que
que pour la tour Nord la pile représente 31000 tonnes réparties sur 63x63
m2 soit 7.8 tonnes/m2 . Le rapport de charge n'est que de 1.3 en faveur de la tour Nord. La différence de comportement est donc bien une anomalie majeure !
 
De plus, la résistance à l'effondrement devrait être d'autant plus perceptible dans le cas de la tour Nord qu'il s'agirait d'un effondrement gravitationnel aléatoire selon la version officielle: pas de destruction à priori symétrique et simultanée de toutes les colonnes comme dans le cas de la démolition de la tour ABC qui demeure une démolition contrôlée même si sans explosifs.

Egalement l'énergie potentielle libérée au mètre carré au premier choc est probablement en réalité supérieure pour la tour ABC car la pile supérieure tombe librement de 2 étages: ~6m50 contre 4m seulement pour la tour Nord (rapport de 1.6 en faveur de la tour ABC). La poussée des vérins doit aussi communiquer un peu d'énergie supplémentaire dans le cas de la tour ABC. 


29/1/2009


Excellente synthèse de JP sur l'histoire du conflit israelo-palestinien

17/1/2009

Vous trouverez plus loin dans ces News les raisons pour lesquelles je me suis désassocié de reopen911. Aujourd'hui une ancienne version du powerpoint que je tiens à jour sur ce site est toujours accessible en ligne depuis le site de reopen911. Comme je n'ai plus accès à la version qui est dans les dossiers du site de reopen pour y faire des corrections/ajouts nécessaires (n'étant plus membre de l'asso) celle-ci n'est plus actualisée depuis un certain temps (et donc devient vulnérable puisque n'intègre pas des clarifications que je rajoute en particulier pour répondre à des attaques). J'ai donc demandé à reopen que la vieille version soit enlevée de leur site et qu'ils aient un lien directement sur mon site ... après relance j'ai obtenu la réponse d'un membre du CA bien connu qui me dit qu'il doit en parler aux autres et qui signe:

xxx (Nom et prénom)
Sous Officier à la Direction de la Surveillance du Territoire


stupéfait, j'ai alors demandé s'il s'agissait de mauvais humour ou de révélations et dans ce cas disais être interessé par plus de détails! Pas de réponse...
Tout un chacun est invité à consulter le doc: "pourquoi trois gratte-ciels se sont effondrés le 11/9?" sur mon site et non sur celui de reopen et à diffuser au maximum ce message sur tous les forums dédiés au 11/9. Merci d'avance!


17/1/2009


Il existe de nombreux points troublants à propos de l'impact, débris et dégats sur le Pentagone et la possibilité pour le débutant Hani Anjour sur Cessna d'avoir piloté le Boeing sur sa cible pose question mais ce ne sont pas les éléments à partir desquels ont peut prouver l'inside job! C'est pourquoi la plupart des truthers universitaires Americains ont depuis longtemps renoncé à ce débat pour se concentrer sur les très graves anomalies de physique de la destruction des tours tout comme moi. Les débats autour des questions géopolitiques sont aussi des pièges car inévitablement politisés: ces questions à mon sens ne doivent être abordées qu'une fois l'inside job établi sur la base des preuves physiques.

La totalité des pages de Patriot911 dont nous  avions initié la traduction est maintenant sur www.vigli.org et reopen911.fr 

15/1/2009


Ma démarche est de tenter de vérifier les observations des truthers Américains sur la poussière du WTC et il est évident que la principale difficulté est de s'assurer de la fiabilité du matériel sur lequel on travaille, et de celle de la procédure expérimentale. Il est certain que
sans parler d'un certain nombre d'erreurs expérimentales toujours possibles, des individus peu recommandables de toutes espèces auront intérêt à brouiller les pistes à tous les niveaux: falsification des échantillons, sabotages divers et variés... dans l'objectif de décrédibiliser les résultats. Bien conscient de tous ces eccueils potentiels, d'autant que très vulnérable puisque je n'ai aucune expérience de ce type d'analyse, j'ai accepté malgré tout de jouer le jeu car je peux profiter de données de référence précises, celles des divers labos qui ont étudié et publié avec beaucoup de détails leurs résultats parfois très tôt après le 11/9 (USGS, RG Lee...). Lorsque je rencontre des anomalies physiquement insensées ne correspondant à rien de ce qui a été vu par ailleurs, ce n'est donc pas sur la poussière du WTC que j'en apprends le plus mais sur toutes les manips plus ou moins malveillantes ou seulement stupides qui peuvent avoir eu lieu entre l'origine et jusqu'au terme du processus expérimental. Voici une liste qui serait assez divertissante si ce n'était l'enjeu et la gravité des résultats de ces analyses:
1) Des trois échantillons reçus l'un n'a aucune des propriétés attendues pour un échantillon de poussière du WTC (les propriétés de cette poussière ont été étudiées au lendemain du 11/9 par l'USGS et se sont révélées particulièrement homogènes d'une zone à l'autre où ont été prélevés ces échantillons).
2)
Au microscope électronique, la poussière ferreuse collectée avec un aimant sur les deux autres contient des microsphères mais en des proportions très différentes et celles-ci présentent un aspect physique très différent. Pourtant au microscope optique (je m'en suis acheté un petit pour vérifier) il n'y avait pas de différence perceptible !? l'un de mes échantillons ayant été examiné au microscope electronique était parfaitement meconnaissable au microscope optique.
3) Il y avait même dans la poussière au microscope électronique un certain nombre de particules non ferreuses : Calcium essentiellement: allez savoir comment des particules de calcium ont été sélectionnées par un aimant.
4) Dernière en date des énormités apparantes: le pic de Fer et celui de l'Oxygène à basse énergie pour une sphéroide complètement supprimés mais nulle trace des éléments absorbants dans le spectre qui auraient pu en être responsables!
On va dire que des erreurs de manips ont été commises et on va recommencer ... on ne le redira jamais assez: la bêtise est dangereuse, à plus ou moins long terme elle peut tuer ou provoquer de terribles souffrances !

14/1/2009


La particule de fer pur non oxydé de l'échantillon 1 comporte en plus une anomalie difficile à comprendre: son pic à basse énergie a entièrement disparu. Cette suppression était également présente sur une autre particule de l'échantillon 1. J'avais également noté que dans cet échantillon, il était difficile de trouver les microsphères car prises dans une substance d'apparence cotonneuse. Au microscope électronique, la surface des microsphères présente aussi une apparence très différente de celles de l'échantillon 2. Une substance floconneuse semble les enrober alors que celles de l'échantillon 2 ont une surface formée d'écailles très nettes ou ondulations dues au processus de solidification. Il est probable que la couche floconneuse soit responsable de l'absorption des pics de basse énergie et que donc cet échantillon soit moins facile à osculter que l'échantillon 2 d'où les anomalies relevées. Les avancées de l'analyse Marseillaise seront désormais présentées exclusivement dans www.darksideofgravity.com/marseille.pdf
Il faut souhaiter que l'article de S Jones et collaborateurs, déjà accepté pour publication, sera bientôt publié car les preuves et vérifications effectuées par plusieurs laboratoires US concernant les chips de nanothermite me semblent définitives. 

7/1/2009

Correction dans l'analyse de poussière: il faut noter que l'une des sphéroides etait en Fer pur: non oxydée, dans l'échantillon 1. Sans être expert en la matière il me semble qu'une particule de fer pure quelques dizaines de microns auraient du s'oxyder au bout de 8 ans (?) à moins qu'elle n'aie été efficacement protégée par les autres éléments chimiques présents dans la poussière...
Il est probable que la particule de Fer fondue a été créée dans un milieu raréfié en Oxygène sinon elle se serait réoxydée: un argument de plus en faveur de l'usage de thermobariques qui consomment rapidement l'oxygène disponible.
Nouveaux développements concernant l'usage possible de nanothermite au WTC dans la nouvelle version du pdf en ligne. Publications de S Jones attendues pour bientôt.


30/12/2008

Je viens de voir le film "jeux d'enfants". La dernière scène ou les deux amoureux sont figés dans le béton au moment ou celui ci est coulé m'a frappé (pas seulement par son intensité dramatique). On voit en effet des ouvriers travailler à la découpe d'acier du béton armé. Dans le film ce sont des étincelles qui jaillissent qui dans le cas de découpe à la torche à oxyacetylène seraient aussi bien des fines goutelettes de métal fondu pulvérisé pouvant se retrouver en grande proportion au coeur du béton coulé. Dans ce cas il ne serait pas étonnant de retrouver toutes ces goutelettes au coeur du béton pulvérisé du WTC. Cette possibilité serait encore plus convainquante si il y avait réellement du béton armé au WTC et pas seulement du simple béton des dalles des étages.

Or, il existe un grand flou artistique quant à la structure du coeur du WTC. Différents plans contradictoires cohabitent sur le web. Le dernier en date dont j'ai eu connaissance tiré du site http://algoxy.com/psych/9-11towersilhouettes.html est celui-ci



il fait état d'une structure au coeur en béton armé mais aussi de couloirs centraux disposés régulièrement à angles droits les uns des autres. Les documents et témoignages au bas de la page http://algoxy.com/conc/core.html semblent confirmer cette structure. Par ailleurs, les "squibs" du WTC qui sont remarquablement centrés sur les faces semblent aussi confirmer l'existence des couloirs de façon spectaculaire. Ceux-ci se seraient alors comportés comme de véritables canons guidant la surpression des thermobariques depuis le coeur (lui même atteint via les cages d'ascenceurs par l'onde explosive des étages plus élevés)  jusqu'au centre des facades bien en avance du front visible de destruction.

Voici donc un ensemble d'observations cohérents et il est donc crucial que l'analyse des poussières métalliques établisse ou non le lien entre les microsphères métalliques et de la thermite, donc que la présence de l'Aluminium nécessaire à la signature soit fortement établie. Or mes propres analyses pour le moment ne confirment pas la présence d'Aluminium dans les micro-sphères fondues tandis que les analyses de plusieurs labos Américains font état d'une claire signature Fer-Alu. Les investigations à venir sur les poussières non sphériques permettront peut être d'élucider cette énigme. La fiabilité des échantillons que j'ai reçus ou de ceux que recoivent les Américains est aussi cruciale.

Les spectres que j'ai obtenus avec une succession de pics pour Mg, Zn, Si sont également très énigmatiques...

29/12/2008

La remarquable coincidence entre les étages ou l'ignifugation a été renforcée entre 1998 et 2000 et ceux des impacts et incendies. Il est probable que l'ignifugation fut un pretexte pour appliquer la thermite sur les colonnes à affaiblir des étages ou l'on a voulu que la défaillance s'initie. Les ouvriers auraient travaillé à mettre en place le revêtement thermitique sans même en être conscients puisque croyant procéder à une ignifugation renforcée.


23/12/2008 réactualisé au 26/12/2008

Je confirme la présence de particules couleur rouille (oxyde de Fer) au petit microscope optique  parmis le contenu à haut contenu en Fer extrait de la poussière du WTC.  Voici des photos pour donner une idée de comment se présente au microscope la poussière récoltée avec un aimant des échantillons 1 et 2 (pas de différence notable entre eux) :Photo1, photo2, photo3
L'échantillon 3 ne contient pas de microsphères ... et comme il ne ressemble en rien aux autres (Avec plein de petits cailloux et morceaux de ferraille au lien de véritable poudre) il est possible qu'il soit bidon! 
L'échantillon 1 me semble particulièrement fiable: celui qui l'a récolté m'a contacté directement car il s'inquiete pour sa santé (a déjà fait faire des analyses de recherche de mercure et amiante sur ses échantillons dont les résultats m'ont été envoyés) et ne semblait pas avoir été bien conscient en envoyant ses échantillons que mes investigations avaient un rapport avec la thèse de l'inside job!

L'analyse des écailles de rouille devra attendre après les vacances de Noel pour verifier s'il ne s'agit pas seulement de rouille mais bien d'un mélange oxyde de Fer Aluminium. Egalement observé dans l'échantillon 2 seulement des particules plus rares et de couleur rouge vif éclairées en transmission ...photo (x100)


19/12/2008

Les microsphères de Fer fondu peuvent elles avoir été produites par des chocs violents entre massives colonnes de Fer au WTC ?
Réponse: Pour produire 100 tonnes de Fer fondu par tour il faudrait qu'un millième de la masse totale d'acier ait été fondue. Donc par colonne d'acier d'une tonne, 1kg d'acier fondu à produire.
Pour fondre 1kg de Fer il faut ~
470 J/oC x 1500°C pour le porter à la température de 1500°C puis 270000J pour le fondre
soit ~ 1 million de Joules au total.

Une colonne d'acier d'une tonne tombant de 200m (en moyenne) sur une autre colonne d'acier représente une énergie de 1000 x 10 x 200 = 2 millions de Joules .. dont au moins 80 % va se disperser dans l'air ambiant lors du choc.  Le reste, ~ un demi million de joules, est déja insuffisant pour fondre notre kilo de métal sans compter que cette énergie va evidemment se dissiper rapidement dans un volume d'acier important et pas se concentrer dans le kilo à fondre...et par conséquent il n'y a non seulement aucune possibilité pour qu'une telle quantité de métal fondu ait été produite par simples chocs au WTC mais encore il me semble en fait peu probable que la moindre goutelette de fer fondu puisse être produite dans ces conditions compte tenu des phénomènes de dissipation rapide dans la masse de métal. On sait par contre que des chocs et frottements peuvent fondre le fer à des vitesses météoritiques de plusieurs km/seconde ... mais rien à voir avec les conditions d'un effondrement gravitationnel.

News du 18/12/2008 reactualisée (modifs en rouge) au 25/4 Version anglaise

Des particules riches en Fer ont pu être extraites avec un aimant de trois échantillons de poussière du WTC qui nous ont été envoyés. Nous les avons observées au microscope électronique JEOL et analysées (XEDS) pour connaitre leur composition chimique.
- L'echantillon 1 provient de poussière récoltée le 15/9 (et enfermée dans un bocal) sur un pare-brise de voiture sur Fulton street. C'était le moins riche en particules riches en Fer.
- L'echantillon 2 a été récolté fin septembre dans un appartement (dont les fenêtres ont été fermées le 12/9) de Broadway à ~ 400 m du WTC avec un aspirateur et il est constitué essentiellement de moutons de cellulose provenant d'un tapis: en secouant la cellulose on retient au fond du sachet une poussière plus riche (ou dont on peut plus facilement extraire) en particules riches en fer que celle de  l'échantillon 1.
- L'echantillon 3 a été récolté sur un toît à deux blocks du WTC (Ann St). Des particules ferriques de tailles importantes pouvaient facilement en être extraites.

Selon les analyses de l'USGS , la poussière du WTC presentait des propriétés assez homogènes d'une zone à l'autre de collecte et était largement dominée par le Calcium et le Silicium (30% de Ca + Si).
Ensuite on trouve
(autour de 1 à 5 % chacun) le Magnesium, le Soufre, le Fer, l'Aluminium et le Carbone.
Tous les autres éléments sont en général présents à des taux inférieurs au pourcent.
On s'attend donc à une contamination importante de nos particules riches en Fer par les éléments dominants, Calcium et Silicium.
La présence d'autres éléments en pourcentages importants (>10%) dans notre sous echantillon riche en Fer serait par contre remarquable.

Photos de l'échantillon 1
1, 2, 3
, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Dans cet échantillon, les microspheres pouvaient facilement passer inaperçues (submergées dans la masse) étant donné la densité de poussières riches en fer récoltées, beaucoup pouvant se coller contre la paroi d'une micro-sphère. Les zones sombres sont plus conductrices, les zones brillantes isolantes.

Spectres de l'echantillon 1

Dans
1, un spectre obtenu sur une zone limitée "propre" de la surface d'une microsphère est celui représenté en orange dans la superposition: il indique que la microsphère n'est presque constituée que de fer.
Dans
2, le spectre d'une particule quelconque non sphérique donne sans surprise le Ca et le Si parmis les éléments dominants. L'importance du pic d'Aluminium est par contre remarquable. La présence de Fer devrait suffire à expliquer la présence de cette particule dans notre sous-echantillon (attirée par l'aimant).

Photos de l'echantillon 2

Dans cet échantillon les particules sphériques sont beaucoup plus "propres" donc plus faciles à identifier ce qui peut être suffit à expliquer qu'on les observe en très grand nombre.
La succession
1, 2, 3, 4, 5 est une plongée à des echelles de plus en plus petites. La surface de la sphérule de près de 50 microns présente des structures très interessantes à mettre probablement sur le compte d'un refroidissement brutal d'une goutelette de Fer fondu.
6, 78 ,9, 10 : autres sphérules et plus fort grossissement sur la surface.
 11, 12, 13 (photo d'art), 14 (formes étranges)

Spectres de l'echantillon 2
1, 2 confirment que les microsphères sont presque purement constituées de Fer
3 un spectre d'une partie de microsphère qui est plutôt une exception par la présence de plusieurs autres éléments plus inattendus dans la poussière selon l'USGS, comme le Zinc, assez rare i.e max de quelques dizièmes de % (USGS) et le Nickel, très rare i.e. max de quelques centièmes de pourcent (USGS).

Photos de l'echantillon 3
Presque rien sur le porte échantillon : sûrement une fausse manip...à refaire donc.
1, 2

Conclusion : on confirme la présence de microsphères essentiellement de fer précedemment fondu signe de températures de près de 1500°C au WTC.  Le taux de fer connu dans la poussière du WTC (~2% selon l'USGS) et  le taux de microsphères dans notre sous-echantillon riche en fer (de ~ 10%) impliquent que les micro-sphères seules représentent
près de 0.2 % de la poussière i.e près de 100 tonnes de fer fondu par tour en supposant une faible valeur de 50000 tonnes de béton pulvérisé par tour et notre sous-echantillon constitué exclusivement de Fer (100 tonnes/tour est donc un minimum). 
Cette importante quantité de fer fondu
rien que sous forme de micro-goutellettes et les echelles de l'ordre de quelques dizaines de microns de la plupart des goutelettes de fer fondu semble exclure une contamination par du Fer des travaux de découpage à GZ (faible contamination également attendue pour notre échantillon à l'intérieur d'un appartement) et favoriser une pulvérisation par des explosions. On sait par ailleurs que d'autres échantillons comme ceux de S Jones qui ont également révélé les microspheres riches en Fer, récoltés avant le commencement des travaux de découpage, n'ont pu être contaminés.
On ne retrouve pas par contre en général une claire signature Fer-Alu dans une zone "relativement propre "de la surface des microsphères analysées (cette signature a été découverte dans une analyse ultérieure ainsi qu'un chips rouge presentant les mêmes caractéristiques que ceux découverts par S Jones et ses collaborateurs).
D'autres éléments en principe très rares dans la poussière comme le Nickel ont attiré notre attention dans nos sous echantillons riches en Fer.

15/12/2008

Mon analyse critique et commentaires sur le contenu du site www.bastison.net
Dernières modifications en grosses lettres rouges sur la page. Une nouvelle interprétation des "squibs" du WTC s'impose admirablement: des couloirs de béton centraux et horizontaux du WTC communiquant avec les cages d'escalier et ascenceurs se sont comportés comme de véritables canons projetant à 200 km/h du béton pulvérisé par l'explosion des thermobariques des dizaines d'étages en dessous du front d'onde de démolition. Le phénomène peut être considéré comme une des plus belles preuves de l'usage de thermobariques au WTC.

4/12/2008

Les conditions de l'acier fondu (1500°C) et jusqu'au verre vaporisé (2500°C) ont perduré sur plusieurs mois dans les ruines du WTC et les derniers feux n'ont été eteints qu'au bout de trois mois malgré les quantités extraordinaires d'eau déversées et le déblayage du site.
Les métaux sont bien meilleurs conducteurs de la chaleur que la roche (même si l'acier est parmis les métaux l'un des moins bons conducteurs http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=3362) et c'est pourquoi sur les video de thermite on voit bien les quelques kilos de fer fondu mis en jeu dans ces manips se refroidir très vite et cesser de rayonner dans le visible au bout de quelques secondes. Le béton pulvérisé (20 cm d'epaisseur en moyenne) et les strates de débris les ensevelissant ont ils pu isoler thermiquement les poches de métal fondu du sous sol aussi efficacement pendant des mois ? Il y a même un témoignage incroyable de poutre ruissellante d'acier fondu extirpée des ruines en février donc 5 mois plus tard !:
Underground fires raged for months. O'Toole remembers in February seeing a crane lift a steel beam vertically from deep within the catacombs of Ground Zero. "It was dripping from the molten steel," he said.
 http://www.fallenbrothers.com/community/showthread.php?p=2948#post2948
Les flaques de métal chauffé au jaune-blanc du slide 204 qui ne représentent certes pas d'énormes masses sont à l'air libre et même si la photo a été prise au plus tôt le 11/9 en fin de journée comment ces petites flaques sont elles restées à près de 1400°C à l'air libre pendant toute la journée ? Ces observations incroyables semblent exclure les réactions chimiques et comme par ailleurs le site de Ground Zéro ne s'est pas avéré significativement plus radioactif que la normale (si le site avait été radioactif n'importe quel quidam se baladant avec un compteur Geiger aurait pu le mettre en évidence), l'hypothèse de l'utilisation de l'énergie nucléaire, bombe ou réacteur, pour la destruction du WTC est difficilement soutenable. Alors quoi d'autre ?

Je voudrais insister ici, compte tenu de cette possible anomalie de la durée du métal fondu et compte tenu du degré de destruction atteint au WTC, sur le fait que le scénario que je propose dans la présentation en ligne n'est que le plus conservateur et explicatif possible partant de tout ce que nous pensons savoir du WTC. En particulier il présuppose que toutes les analyses de S Jones (du début i.e. avant que les incohérences que j'ai identifiées ne surgissent et que j'ai corrigées et attribuées aux pressions et menaces exercées sur sa personne) sont dignes de foi et n'avaient pas pour seule fonction de nous cacher autre chose, comme par exemple la mise en oeuvre de technologies secretes au WTC. Une bonne raison de le penser est que l'utilisation de thermite semble bien confortée par le flot de métal liquide tombant de la tour donc avant que les épisodes les plus explosifs ne se produisent, observation indépendante des analyses de Jones. Ce flot semble se refroidir naturellement en tombant. C'est pourquoi je soupçonnerais plutôt, si on peut exclure des réactions chimique, les hautes pressions engendrées par les explosifs d'avoir produit des "rayonnements étranges" qui ont ensuite entretenu la production de chaleur dans le métal fondu...affaire à suivre.

Je ne crois donc pas pour le moment à la mise en oeuvre de technos futuristes ultra-secrêtes et militaires car pourquoi avoir mis en oeuvre de tels moyens  (qui auraient profité d'une révolution scientifique d'avance des militaires sur la recherche publique) alors que de la thermate et des explosifs de haute énergie pouvaient tout aussi bien suffire à faire le sale boulot ? Et quelle utilité pourrait bien avoir le fait pour le métal de pouvoir rester fondu pendant des mois?... une propriété beaucoup plus susceptible d'attirer des soupçons qu'autre chose. Quoi qu'il en soit des investigations supplémentaires sont nécessaires comme par exemple une analyse isotopique d'un échantillon de poussière fiable qui revelera à coup sûr l'usage ou non du nucléaire et la manifestation ou non de nouvelle physique du type fusion froide i.e. présentant des dégagements de chaleur anormaux, des anomalies isotopiques mais pas de radioactivité.

Si anomalie réelle il y a, mon hypothèse favorite pour les quelques bonnes raisons explicitées plus haut, demeure que les ruines de GZ ont donc été le siège d'une réaction de type "fusion froide" non voulue par les criminels et qui serait de loin la plus significative de toutes. Y aurait il un bon coté de la destruction du WTC: l'espoir d'une source d'énergie propre et quasi-illimitée ? Des abondances inexpliquées en certains éléments chimiques (Strontium ?) encourageraient les investigations dans ce sens. Des analyses plus approfondies devraient permettre de trancher de même que de nouvelles expériences réunissant les conditions obtenues au WTC: thermate fondu + pic de pressions (thermobariques) +eau ==> ??
En cas de succès nous pourrions alors clamer: "C'est parceque nous avons compris la physique du WTC que nous avons résolu le problème de l'énergie" et faisant d'une pierre deux coup, nous apporterions la preuve qui assurerait à coup sûr la médiatisation de la thèse de l'inside job.

27/11/2008


Voici  un petit historique d' echanges avec reopen qui permettront de comprendre pourquoi je me desassocie.
Il est finalement prévu que nous recevions l'echantillon de poussieres tres bientot. Affaire à suivre

26/11/2008


Les conditions de l'acier fondu (1500°C) et jusqu'au verre vaporisé (2500°C) ont perduré sur plus d'un mois et demi dans les ruines du WTC et les derniers feu n'ont été etteints qu'au bout de trois mois malgré les quantités extraordinaires d'eau déversées et sans doute auraient elles duré plus longtemps si le site n'avait pas été déblayé. Ces observations incroyables semblent exclure les réactions chimiques et comme par ailleurs le site de Ground Zéro ne s'est pas avéré significativement plus radioactif que la normale, l'hypothèse de l'utilisation de l'énergie nucléaire (bombe ou réacteur) pour la destruction du WTC est difficilement soutenable. Les ruines de GZ ont elles donc été le siège d'une réaction de type "fusion froide" obtenue par hasard et qui serait de loin la plus significative de toutes. Il y aurait il un bon coté de la destruction du WTC: l'espoir d'une source d'énergie propre et quasi-illimitée ?
Des abondances inexpliquées en certains éléments chimiques (Strontium ?) encourageraient les investigations dans ce sens.
Des analyses plus approfondies devraient permettre de trancher de même que de nouvelles expériences réunissant les conditions obtenues au WTC: thermate fondu + pic de pressions (thermobariques) +eau ==> ??

19 Novembre 2008

On m'informe que le courageux scientifique sous pseudo de bastison.net
persiste à soutenir l'argument de Greening en ce qui concerne la pulvérisation
du béton. Faisant référence à ma critique dans une news précédente (mes réponses
 en rouge):

… Il avance que les 870 joules nécessaires à la
pulvérisation du béton sont largement sous-évalués et prend comme
élément de comparaison une perceuse de 600W qui fonctionnerait 1, 2
secondes… C’est bien sûr totalement absurde une fois de plus… 600 W
étant la puissance consommée et non efficace bien entendu…Une grande
partie étant perdue en frottement et échauffement du matériau…
D’ailleurs les perforateurs ne développent que quelques joules à l’impact
comme le précisent les fabricants…

 
Qu'il me relise car il oublie (ou fait semblant d'oublier) l'essentiel: je suis évidemment tout à fait
conscient qu'une fraction seulement de l'énergie consommée par la perceuse sert à pulvériser le 
matériau mais je ne fais qu'utiliser le raisonnement de Greening qu'il soutient pour en souligner 
l'absurdité, raisonnement selon lequel l'énergie potentielle gravitationnelle de la tour
peut être convertie en pulvérisation du béton avec un efficacité incroyable, des ordres de grandeur
plus efficace que pour la perceuse.

En réalité, si une fraction des 600 Watts de la perceuse pulvérise un matériau alors une 
encore plus faible fraction de l'énergie de la tour peut pulvériser les dalles de béton. Beaucoup plus
faible en fait car la perceuse est spécialement concue pour utiliser l'énergie le plus efficacement
possible à pulvériser  (combinaison de rotation et percussion et concentration de l'énergie sur une 
petite surface, dureté du matériau utilisé pour le forêt et forme de ce dernier...) contrairement aux 
chocs aléatoires d'un effondrement gravitationnel. Il est donc parfaitement évident que chaque Joule 
d'énergie consommé par cette perceuse sera beaucoup plus efficacement utilisé à pulvériser que le même
Joule d'énergie potentielle initiale d'une tour. 

On peut donc bel et bien considérer la perceuse comme un référence (très favorable au scénario de Greening)
pour un exercice intellectuel ou on se demande qu'elle fraction de l'énergie disponible initiale a pu être utilisée 
pour pulvériser. Le résultat est que compte tenu des efficacités ridicules mises en jeu, il aurait fallu beaucoup plus 
que 2000 Joules consommés (de 100 à 1000 fois plus)  pour pulvériser un kilo de béton. Pour avoir un chiffre 
précis, acheter une perceuse 600 Watts et compter le temps qu'il vous faut en secondes pour pulvériser avec 
celle-ci votre kilo de béton léger. Pour une demi-heure ca fait déjà 1000 fois plus que les 870 Joules de Greening,
pour 3 minutes, 100 fois plus. Et une fois de plus ces chiffres son très sous-évalués car l'effondrement gravitationnel 
est beaucoup moins efficace que la perceuse!


Ce qui est beaucoup plus significatif, c’est d’évaluer la taille d’une
éprouvette de béton de 1kg à 1500 kg/m3 de masse volumique et de voir
quelle est l’énergie cinétique correspondant (ce qu’il n’a bien sûr
pas fait): cette éprouvette de 9 cm de côté se déplace alors à 150
km/h. Vous conviendrez que cette énergie n’est pas irréaliste pour
pulvériser cette éprouvette sur un mur infiniment rigide et résistant.

complètement irréaliste et j'ai évalué l'énergie cinétique en question car c'est tout à fait trivial:
Il suffit de considérer que tout le béton est concentré à mi hauteur: 200m
pour avoir un ordre d'idée de l'énergie potentielle dispo pour chaque kilo de béton
L'énergie potentielle (qui deviendra l'énergie cinétique dont il parle)
est de mgh = 1 x 10 x 200 =2000 Joules par kilo de béton: dérisoire en comparaison  de
ce qu'il aurait fallu pour le pulvériser compte tenu de l'efficacité  ridicule des processus de 
chocs mis en jeux.
Je signale que habitant près des calanques il m'a été très facile de laisser tomber  du haut d'
une falaise (prendre toutes les précautions d'usage!) un bloc de quelques kilos pour constater
que la quantité de poussière générée à l'impact a été quasi-négligeable par rapport à la masse
des morceaux obtenus...mais cela etait tellement évident à priori!

De plus cette éprouvette etant faite dans un béton de qualité très
moyenne, cela rend d’autant plus réaliste cette valeur. En effet, vous
dites dans votre mail que l’énergie de fracturation d’un béton est de
100 J pour 1m² (valeur prise précédemment par Greening dans l’un de
ses papiers d’ailleurs), mais cette valeur est valable pour des bétons
classiques de 35 à 50 MPa de résistance à la compression.
 
La qualité du béton compte pour du beurre dans tout cela, en tenir compte est un raffinement
de calcul complètement inutile compte tenu du fait que l'on est à des ordres de grandeur de
l'énergie nécessaire pour pulvériser ce béton même avec l'une des techniques les plus efficacement
concues pour le faire : l'usage d'une perceuse.
Je rajoute qu'on a tendance à oublier que le béton est un matériau extrêmement solide qui n'a rien
à voir avec du platre. Et si vous l'avez oublié ou ne l'avez pas déjà fait allez refaire un trou dans
un mur de béton avec votre perceuse.
 
Et cette
énergie est aussi fonction bien sûr du rapport C/E, de la grosseur du
plus gros granulat et de sa nature, roulé ou concassé : voir
http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/04/80/11/PDF/tel-00009161.pdf
et Bazant Z. P., Becq-Giraudon E. Statistical prediction of fracture
parameters of concrete and implications for choice of testing standard. Cement and Concrete
Research, p. 529-556, 2002. Dans le cas du béton du WTC, je manque de
données, mais vu la densité obtenue, la fluidité importante observée
sur le film de la construction (eau, granulats roulés ??), le peu de
connaissances à l’époque en matière de fluidifiant, et vu que les
bétons légers actuels tournent autour de 15 à 20 MPa maximum, il n’est
pas malhonnête de penser que la résistance du béton du WTC ne
dépassait guère les 15 MPa.
 
Le passage entier précédent consiste à introduire des raffinements de complications
 techniques qui n'ont pas lieu d'être pour faire diversion, à jouer à l'expert pour rouler
tout le monde dans la farine: faire croire que la différence entre 15 et 20 Mpa peut être
 d'une quelconque pertinence alors qu'une fois de plus on est à des ordres de grandeur
 de ce qui peut être fait par un effondrement naturel (x100, x1000, x ?).
 
Une fois de plus: les données utilisées par Bazant and co sont complètement à coté de la plaque
s'agissant d'une pulvérisation par effondrement naturel car l' efficacité de l'utilisation de l'énergie
à produire la pulvérisation est evidemment ridicule: moindre que celle de la perceuse !
 
Faites en l'experience et demandez aussi aux specialistes en démolition contrôlée: ceux ci ne
détruisent à l'explosif que quelques colonnes , et c'est la gravité qui fait le reste en chute libre!
Le résultat est que la gravité ne pulvérise pas grand chose (quel que soit le bâtiment considéré)!
Par exemple lors de la destruction de la tour Landmark il est évident que la fraction de béton
 transformée en poudre a été négligeable par rapport à ce que l'on a vu au WTC (malgré l'usage
 d'explosifs): demandez confirmation à des experts fiables.


18/11/2008

J'ai passé en revue toutes mes communications par email avec R Gage et S Jones de l'année écoulée. 

- Depuis septembre 2007 j'ai réclamé à maintes reprises le source du ppt des architectes et ingénieurs. A chaque fois réponses enthousiastes, extrêmement chaleureuses: "vous l'aurez très bientôt!!" Un an a passé; Je n'ai jamais rien reçu. j'ai du reconstituer mon propre doc en sauvant chaque slide à la main à partir du doc consultable en ligne. La page du site ae911truth ou il est prévu de mettre en ligne ce doc à dispo de tous n'a pas évolué: toujours vide. Au début je me suis dit : c'est un business, ils vendent des DVDs et ne tiennent pas particulièrement à partager la poule aux oeufs d'or.

- Suite à communications avec S Jones (Juillet 2008) celui-ci a renié la thèse qu'il avait défendu auparavant (Thèse: peu de chrome exclu l'acier structurel donc le métal fondu est plus probablement du fer de thermite): il a donc demandé la correction à R Gage. A nouveau reponse enthousiaste: "nous allons le faire". Deux mois plus tard toujours pas de correction! je relance Gage (et Jones) pour que la correction soit effectuée. Jones insiste. Gage à nouveau:  "Nous allons corriger". Aujourdhui l'erreur est toujours là dans la version Américaine. Seule la version Européenne qui nous a été donnée a été corrigée (et encore dans un seul des deux slides concernés) sans doute pour ne pas eveiller nos soupçons.

- Au printemps je contacte Gage pour lui signaler l'usage abusif dans son doc du terme Pyroclastique (il est évident que l'écoulement du nuage de poussières n'est pas Pyroclastique ce qui impliquerait des centaines de degrés: personne n'aurait survecu à ce nuage de Poussière ). Reponse enthousiaste . Nous allons corriger!!! (oui il y a bien trois points d'exclamation à chaque fois que Gage me répond: "we stand for truth !!!"). Aujourdhui encore le nuage de poussières est qualifié de pyroclastique à plusieurs reprises dans le doc (et dans le DVD vendu).

Ce sont les sites de debunkers Americains que je parcours qui ont attiré mon attention sur toutes ces "erreurs" si faciles à corriger. A chaque fois elles sont utilisées de façon extraordinairement efficaces pour ridiculer les "conspirationistes". Un de ces debunkers professionnels sévit sur quasi la même adresse que celle des architectes et ingénieurs. Mais R Gage et les autres truthers semblent ne tenir aucun compte de la présence de ces erreurs dévastatrices et ne lisent même pas (de son propre aveu à Madrid!) le site du debunker qui les concerne pourtant directement.

Pour ne pas être obligé d'abandonner la thèse du simple business sur le 11/9 de Gage and co au profit d'une hypothèse plus grave: entretenir (sans doute involontairement i./e. sous menaces de mort) un doc truffé d'erreurs pour faire le jeu des debunkers , j'envisage que lui et ses amis sont soit débordés soit incompétents.
Aucune de ces deux hypothèses ne tient: la qualité et l'importance du travail (mise en forme) impliquée par le doc et le site, le grand nombre de conférences données à travers les USA,  le fait que le doc évolue et s'enrichit en permanence signifient qu'il y a au contraire beaucoup de disponibilité et forces de travail derrière cela. Je sais maintenant également que Gage travaille avec une équipe.

Avec la venue de Gage en Europe je recois le ppt que nous devions traduire pour ses conférences et je réalise que l'impensable est bien en train de se produire: un slide a été falsifié volontairement car il a fallu pour ce faire découper dans une image (provenant d'un scan) un spectre et l'intégrer dans un autre slide avec une légende complètement fabriquée. Le nouveau slide n'a plus aucun sens!
Un autre slide qui etait extrêmement important pour la démonstration du fait que les microsphères de métal contiennent la signature de la thermite a été éliminé au profit d'un nouveau dont la force de persuasion est quasi nulle en comparaison de l'ancien. Pourtant l'ancien était plus représentatif des particules de métal fondu que le nouveau. Incomprehensible! Aucune explication crédible de Jones après relance!

A quelques jours de sa conf à Paris je décide de faire alors un gros effort pour éviter le pire: Intercepter Gage à MAdrid (équivalent à 1000 euros d'avion) pour voir à qui nous avons à faire en le questionant directement et lui faire part de toutes les corrections qui sont pour moi essentielles. Accueil toujours aussi chaleureux et enthousiaste mais réponses évasives à toutes les questions. Tantôt il fait mine de ne pas comprendre, tantôt me demande de lui envoyer des slides tout faits avec corrections (cela prendrait 1/4 d'h maxi pour lui de faire ces correction, ayant accès au source), tantot m'explique qu'il est débordé, tantôt me renvoie aux autorités compétentes (S Jones) que j'ai déjà relancées sans succès...

Le lendemain je lui renvoie un email avec toutes les corrections que j'ai demandées pour qu'elles soient effectuées sans fautes avant les autres conférences (cf news précédentes dans ce site)!

Il apparait que les corrections n'ont pas été effectuées et que le doc a été présenté tel quel à Vienne, Lausanne, Genève et Paris !
Il n'est absoluement pas crédible une seule seconde que le fait d'être débordé puisse expliquer que les erreurs aient été maintenues (ayant eu accès à son planning, je sais que Gage avait deux jours de repos avant Paris!)
Je comprend alors que (leur ?) objectif a été atteint et je me souviens de l'un des premiers emails reçus pour me demander si je pouvais participer à la traduction: il s'agissait de traduire fidèlement, de ne rien modifier dans les slides sous peine de voir (mauvaise synchro aurait signifié retour à la projection en anglais) tout notre travail réduit à néant. Egalement, le ppt Français n'a pas été prêt pour Genève.

Ce que je crois maintenant: La venue de Gage en Europe faisait partie d'un plan de sabordage: au fur et à mesure qu'il irait porter la bonne parole dans chaque ville, des sites de debunkers pousseraient comme des champignons dans son sillage (bastison.net), des "compléments d'enquête" seraient effectués nous discréditant en s'appuyant sur les faiblesses du doc, les médias viendraient porter le coup de grâce. Il faut savoir que toutes les anomalies relevées dans le doc de Gage sont "expliquées scientifiquement" (c'est évidemment complètement bidon!) avec un lourd bagage mathématique à l'appui dans les articles publiés dans des revues prestigieuses de mécanique dont bastison.net fait la longue liste.
Un certain nombre d'individus ont tout fait (simple naiveté ?) pour que les choses se passent comme prévues : mes posts déplacés sur le Forum, toutes les fois ou l'on m'a attiré dans des forums pour croiser le fer avec des Mehmet ou autre zeteticien sous pseudo  (sous speudo également l'auteur de bastison.net) dans le but de connaitre mon argumentation et les éléments de preuves les plus importants sur lesquels je m'appuie, ceux la même qui disparaissent dans la nouvelle version du ppt, quel hasard !
Mes réactions en partie sur ce site et mon attaque virulente du site de bastison.net nous ont peut être permis d'éviter le pire en tout cas en France ( France 2 a t'il momentanément annulé le complément d'enquête dans lequel il devait s'occuper de notre cas ?) mais je serais curieux d'en savoir plus sur le cours que prennent les choses dans les autres pays visités...Voir mes news précédentes pour plus de détails techniques.
Je maintiens donc que toutes les évidences sont là qui confirment que Gage&co sont soit menacés et obligés de saborder leur propre production, soit victimes de sabotages de la part de certains membres de leur équipe qu'ils ont intérêt à identifier rapidement, soit eux même partie prenante dans l'opération: dernière hypothèse tellement difficile à soutenir car impliquant un tel cynisme de la part de personnes si sympathiques au premier abord!!
Comment est il possible de soutenir les thèses conspirationistes avec autant d'éloquence sans prendre le risque de retourner l'opinion? Peut être que ces gens ont un tel contrôle de leur pouvoir (grâce notamment à leur contrôle des médias) qu'ils n'ont plus rien à craindre de personne et peuvent se payer le luxe de s'amuser à disséquer dans le détail la démolition contrôlée des tours à laquelle ils ont oeuvré eux même... 

16/11/2008

Voici les points discutés de modifications nécessaires à son ppt avec R Gage lors de notre entrevue mais aussi demandés à de multiples reprises par email auparavant.

1
) Supprimer la diapo de l'experience de S Jones avec de l'Aluminium en fusion pour prouver qu'il est d'apparence argentée et pas rougeoyante.La démonstration n'est pas valide car doit être établie à la température correspondant à la couleur d'écoulement de la tour (Jaune) . La puissance d'émission de corps noir augmentant très vite avec la température rien ne prouve que la conclusion restera valide à plusieurs centaines de degrés au dessus de la température de l'expérience de Jones. C'est un sujet de débat actif et un argument utilisé pour descendre S. Jones (qui a dit que le résultat était valide à toutes températures, ce qui est certainement faux!). Le débat est complètement stérile et crée de la confusion inutile car on sait par ailleurs que de l'acier a bel et bien fondu au WTC (Acier apparence fromage Suisse, analyses de scorries, goutelettes). Le résultat important concernant l'écoulement est la température déduite de sa couleur.
 
2) Le tableau de texte que j'avais repris concernant les correspondances entre Températures et couleurs (presentation de S Jones de 2004) est faux, le nouveau slide est sans doute plus juste. l'ancien ne doit pas être gardé comme c'est encore le cas.
 
3) Remplacer Pyroclastique par d'apparance Pyroclastique partout ou c'est nécessaire dans le doc : un écoulement pyroclastique à des centaines de degrés n'aurait pas laissé de survivants dans toute la région traversée par le nuage de poussières.
 
4) Enlever toute référence à la chaleur comme responsable de l'expansion du nuage. Si la température avait été responsable de l'expansion les New Yorkais auraient été tous cuits à la vapeur! Seule une surpression gigantesque (dont l'énergie potentielle gravitationnelle de la tour ne peut rendre compte) peut expliquer la dilatation observée: les bilans énergétiques savants et débats sur le web à coups de calculs sont donc complètement à coté de la plaque.
 
5) Réintroduire les diapos de versions antérieures avec les comparaisons de spectres qui constituaient des arguments déterminants contrairement aux nouveaux qui ont été manipulés (couper/coller et fausses légendes)
 
6) Enlever la référence au faible taux de Chrome partout dans le doc puisque S Jones a renié cet argument (pour exclure qu le métal fondu puisse être de l'acier structurel) d'une étude ancienne.
 
7) 110000 kWh n'est pas l'énergie potentielle des 16 étages supérieurs d'une tour mais une valeur probablement encore surévaluée pour toute la tour.
 
8) Supprimer la diapo de Myke Taylor qui trouve la destruction des tours jumelles semblable à une demolition contrôlée classique.

....beaucoup d'autres points discutables ne l'ont pas été faute de temps.

Le document de R Gage se présente comme une énumération d'anomalies permettant d'écarter efficacement toute autre explication que la démolition contrôlée. Il faut à mon sens aller plus loin pour ne pas seulement laisser les citoyens en proie à beaucoup plus de questions que de réponses plausibles, pour ne pas qu'ils soient seulement troublés mais qu'ils puissent argumenter un scénario cohérent et explicatif de tous les aspects de la démolition des tours.  C'est ce que je propose dans ce site en essayant d'établir le plan de la démolition et comment le plan a pu être mis en oeuvre à moindres risques pour les criminels d'être découverts.


11/11/2008 reactualisé au 13/11/2008

Je tiens à insister sur le fait que le document présenté dans ce site est fortement inspiré du doc de R. Gage des architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11/9 mais qu'il s'en écarte également sur de nombreux aspects de façon importante. J'assume la totale responsabilité de ce que je présente dans ce document. Pas dans celui qui est présenté en conférence en ce moment (tournée Européenne)
et sur le site des architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11/9 malgré ma participation à la traduction de 250 diapos. J'ai suggéré à de multiples reprises des modifications importantes à ce doc. J'attends de voir si elles seront prises en compte. En l'état actuel (doc présenté récemment à Madrid) je considère que le doc de R. Gage bien qu'il soit de très grande qualité générale, s'il n'intègre pas les corrections que j'ai demandées, causera du tort au mouvement pour la vérité sur le 11/9 et sera une cible idéale et privilégiée pour les debunkers de tout poil comme il l'est déjà aux USAs. J'en suis même venu à envisager que ce soit là sa fonction première.

9/11/2008 Je reposte ici mes News du 3et4/11 que j'avais enlevées en attendant des confirmations


C'est au cours de la traduction du ppt de Richard Gage que j'ai relevé un certain nombre de modifications du document des architectes et ingénieurs qui m'amènent à conclure que les héros du 11 septembre subissant pressions et menaces sont obligés de falsifier leurs propres publications. Le détail de mes échanges par emails ou j'expose mes arguments se trouve sur ce forum mais également téléchargeable ici (.txt).

Diapos ayant été remplacées
Spectre de microspheres vs thermite: Ancienne Nouvelle
Spectre de red chips vs thermite: Ancienne1, Ancienne2, Nouvelle


Vous ne trouverez plus dans les forums de reopen le post ou j'annoncais ces éléments de reflexion et ou je soumettais ces hypothèses graves à la perspicacité de tous. Le post a été déplacé vers un espace plus confidentiel. Je m'y attendais car on avait tenté de m'en dissuader :
"En raison de l'aspect sensible de certaines informations apportées par henryco, les responsables du forum ont jugé plus prudent
de mettre ce fil dans l'Espace association. A quelques jours de la venue de Gage, est-il vraiment utile d'exposer de tels doutes,
si pertinents soient-ils, au vu et au su de tous ?"

Il est absolument indispensable que ces informations cruciales que je soumet à votre perspicacité soient justement
exposées le plus largement possible afin de désamorcer les opérations de discrédit de grande envergure déjà lancées
 contre les truthers aux USA mais aussi bientôt en Europe. L'attitude de reopen est donc ici extrêmement suspecte!!


Reopen a aussi déplacé un nouveau de mes messages dans le forum ou j'invitais tout un chacun à venir ici Lire, en debattre,

 ne pas croire, verifier tout et se faire sa propre opinion! je suis obligé de conclure de cette incroyable censure (surtout quand on voit
 tout ce qui circule habituellement sur ces forums) qu'il y a probablement de graves complicités cachées au sein même du CA
de reopen911 (il est dailleurs évident à priori que la tête d'un mouvement de vérité pour le 11/9 ne peut pas ne pas être infiltré) et une
extrême 
naiveté de la part des membres qui ne s'insurgent pas contre cette décision.

Dans le même message ou l'on me signifiait que la modération avait été obligée d'adopter cette douloureuse mesure de confinement
(dans l'espace association) de la discussion portant sur les faits et arguments que je devoilais, on incitait tout un chacun à aussi aller
consulter (belle diversion) le nouveau cite :http://www.bastison.net/ (croyez vous qu'il pousse aujourdhui par hasard ? ) histoire
de nous faire perdre notre temps...(cf ma news précédente).

J'ai donc pris la décision de me désassocier de reopen911. Il est donc clair que les prises de position sur ce site n'engagent que moi!

J'ai "intercepté" R Gage à Madrid étape importante de sa tournée Européenne. Aucune clarification n'est venue dissiper
mes inquiétudes. Il n'y a aucune explication possible (et surtout pas le fait d'être débordé!) au fait que des erreurs aient été maintenues pendant de nombreux mois (malgré multiples relances) dans un doc qui pourtant évolue en permanence en incluant de nouveaux slides et constitue un chantier  impliquant un travail soutenu qui est présenté en conférence dans de nombreuses villes Américaines. Il y a encore moins d'explication au fait que des slides erronés ou peu significatifs ont été introduits récemment en remplacement de slides parmis les plus importants de ce doc. Les points ne sont pas des détails, ils sont ceux la même sur lesquels portent les attaques les plus destructrices des mouvements de debunkers Américains y compris sur quasi le même site que de celui de ae911truth: www.ae911truth.info.




5/11/2008


250.ppt : les 250 premiers slides de R Gage en  powerpoint 2007 


4/11/2008 16h30


J
e signale à l'attention de tous:
 http://www.jp-petit.org/nouv_f/le_temps_de_tous_les_dangers.htm

Nouveau cite
http://www.bastison.net/ (croyez vous qu'il pousse aujourdhui par hasard ? )...
Comme je  n'en ai pas à perdre avec cette merde je vais prendre un unique exemple:

Après nous avoir assommé de références scientifiques plus impressionantes les unes que les autres (abus des arguments d'autorité)
(http://www.bastison.net/  dans la partie references scientifiques) l'auteur (sous pseudo bien évidemment
mais n'hesitant pas lui aussi à nous en mettre plein la vue avec ses références invérifiables) nous propose un article
 de haut vol de Franck Greening : avec la phrase...."Il y est également montré que moins de 8 % de
 l'énergie cinétique de l'effondrement a pu suffire pour pulvériser le béton (p10)..." dit il!
N'hesitez pas à parcourir des yeux les monumentales formules de ce torche cul, juste pour le fun!!
Mais reportez vous bien vite à la page 10: Eq. (21) indicates the dissipation of about 865 J per kg of pulverized concrete,
which is a realistic value.

Vous ne revez pas: tous ces calculs aboutissent bien à ce resultat d'une extraordinaire valeur scientifique:
pour pulvériser un kilo de béton en fine poussière il suffit d'y dissiper une énergie de 865 Joules (!?)
Puis comme vous voulez etre sur que vos yeux ne vous trompent pas devant cette phrase publiée
 dans le prestigieux Journal of Ingeniering Mechanics...Vous pouvez aller vous acheter cette perceuse
http://www.castorama.fr/store/perceuse- … 497779.htm 600 watts qui je le rappelle sont bien des
Joules par seconde. Grace à la science nouvelle de Greening and co vous devriez avec cette perceuse
 parvenir à reduire en poudre un kilo de béton en quelques secondes (je rappelle qu'une perceuse est
un objet infiniment plus efficace pour utiliser de l'energie à pulvériser un matériau qu'une
 tour qui s'effondre)...depechez vous d'exercer ce nouveau fascinant pouvoir.

Vous avez bien compris! ces gens vous prennent pour des cons: ne les laissez pas faire!
Il ne faut pas 865 J pour pulveriser un kilo de béton il faut des centaines voire des milliers de fois plus...
et par conséquent l'énergie disponible dans les tours etait des centaines à des milliers de fois insuffisante
 pour expliquer la pulvérisation d'une fraction importante de ce béton!!
Cela suffit! pas la peine de vous fatiguer plus pour conclure définivement! vraiment!

Tout les reste est du même cru dans ce site ou vous remarquerez que "les gens serieux" maintenant ne se
referent plus au NIST (l'organisme officiel qui avec des millions de dollars de budget, des dizaines d'ingenieurs,
 3 ans , était chargé de montrer que les tours se sont bien effondrees en raison des dégats et incendies subis)
mais à des publications indépendantes !? Pourquoi ?

Et bien parceque malgré tous les moyens dont il disposait le NIST a en fait échoué!  Il existe en effet trois
méthodes pour démontrer la possibilité de l'initiation (rien que cela pour le moment) d'un tel effondrement:

1) les calculs analytiques avec un papier et un crayon: difficile et necessitant des approximations multiples
2) Des simulations sur ordinateur: Mieux car on réduit ainsi les approximations en exploitant la puissance
de calcul des ordinateurs mais cela demande des moyens plus importants
3) Des vrais tests de parties de structure du WTC portées aux mêmes conditions de contraintes et températures
qu'au WTC: encore mieux bien sûr .

Le NIST a appliqué 2) et 3) - d'abord aux incendies. Conclusion: des températures max de 1000 à 1100°c ont
 pu être atteintes par le feu pendant 15 minutes. Admettons ...
                                        - ensuite aux structures soumises aux feux de températures prévues précédemment,
mais alors 3) a été un echec: les structures portées aux températures les plus extremes ne se sont pas effondrées
bien que l'acier ait atteint dans ces tests au feu, les températures de l'ordre de700°C (et non pas 800°!! la différence est importante)
 prévues par le NIST et qui auraient du selon lui produire l'effondrement! 

En principe ca aurait du être la fin mais comme les ingénieurs du NIST en contrat avec le gouv n'avaient
pas d'autre choix que de produire les conclusions que l'on attendait d'eux, ils ont alors fait 2): des simulations
qui n'ont aucune valeur car les codes n'en ont pas été publiés et les paramètres d'input publiés sont tous
poussés à l'extrême voire completement invraisemblables dans le cas de WTC7.
Tous les détails sur pptAE911.pdf  (slides 86 et 87 et références incluses)

3/10/2008

 
Colère populaire contre le Plan Paulson, US Army déployée sur le sol américain.
Nouvelle étape vers la loi Martiale franchie aux USA?

2 octobre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Alors que le Plan Paulson de renflouement des spéculateurs aux frais des contribuables a déclenché une véritable colère du peuple américain, une brigade de combat appartenant à la 3e division d'infanterie de l'US army vient d'être rapatriée d'Irak pour opérer directement sur le sol américain, sous le commandement du Northcom. C'est le quotidien de l'armée américaine Stars & Stripes du 30 septembre qui fait état de ce déploiement, effectif depuis hier et pour une durée de 12 mois. Officiellement, il s'agit d'une force de réserve fédérale pour répondre aux urgences et aux désastres, naturelles ou d'origine humaine, dont les actes terroristes.

« Ils peuvent être appelés pour gérer des troubles sociaux et faire du rétablissement de l'ordre », explique Stars & Stripes, ainsi que des situations de chaos pouvant être engendrées par des attaques chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaire ou à la bombe. L'article décrit le Northcom comme « un commandement conjoint créé en 2002 pour commander et contrôler les efforts de défense intérieure et coordonner le soutien à la défense des autorités civiles ». En 2002, Lyndon LaRouche a déclaré qu'avec cette nouvelle structure créée dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, « on franchit le Rubicon » et « on se prépare à créer une dictature militaire à la César ».

Lors de sa conférence internet du 1er octobre 2008, Lyndon LaRouche à mis en garde contre « l'instinct de cette administration à utiliser la force contre le peuple » et que ce danger était bien réel car dans la situation actuelle, les intérêts internationaux qui sont derrière l'administration Bush veulent « briser toute résistance » à leurs politique et « faire passer en force les lois permettant le renflouement » de Wall Street et de leurs partenaires européens qui doivent bénéficier de ces plans.


20/9/2008

Nouvelle version du ppt en ligne sur ce site. 3 nouvelles diapos: rapport final du NIST sur le WTC7, arme nucléaire vs thermite et thermobariques et le problème du Baryum.


30/7/2008

A l'occasion de la publication d'un article sur le NIST et la nanothermite dans le journal of 911 studies, je voudrais insister à nouveau sur
l'importance des preuves chimiques définitives de la présence de nanothermite au WTC en particulier depuis la découverte relativement récente des chips rouges dans la poussière.  Ces chips rouges sont constitués d'un mélange de particules ulrafines d'Aluminium et oxyde de fer essentiellement, la finesse de cette poudre (liée par un gel puis séchée) permettant d'augmenter de plusieurs ordres de grandeur, en même temps que la surface de contact entre les grains, le taux de dégagement d'énergie lorsque la réaction exothermique est initiée. On parle alors de nano-thermite ou superthermite. Les spectres correspondent parfaitement à ceux d'échantillons de thermite connue. Il ne s'agit donc pas de paillettes de fer ou d'aluminium mais d'un mélange (dans les proportions qui sont exactement celles de la thermite comme en témoignent les spectres) faisant appel à une technologie développée par des laboratoires militaires US (Lawrence Livermore National Laboratories) et qui peut être appliqué sous forme de spray sur une surface avant d'être allumé. Ceci apporte une confirmation supplémentaire à notre hypothèse selon laquelle la thermite n'aurait pas seulement été utilisée pour découper des colonnes du coeur des tours mais aussi pour chauffer l'acier sur de grandes surfaces de ces colonnes afin qu'il se rétracte sous l'effet de la chaleur et que tout le poids se reporte progressivement sur les colonnes externes (celles qui n'ont pas été détruites par les impacts d'avions) y provoquant les déformations et l'initiation d'un effondrement d'apparence naturelle.

Quelle autre hypothèse que celle de la destruction intentionnelle peut survivre à l'épreuve de ce type de démonstration? Que les chips rouges soient des résidus de peinture? Effectivement, si on envisage que certains peignent leurs murs avec de la nano-thermite alors je veux bien appeler cela peinture. Rappelons que cette peinture a pu être allumée et qu'elle s'est comportée alors comme toute bonne thermite qui se respecte: une violente réaction exothermique. Rappelons aussi que des chips à moitié brûlés de cette thermite ont été découverts dans la poussière, que l'allumage de la thermite requiert une température de 1600°C (au-delà de tout ce que l'on peut imaginer pour un incendie d'hydrocarbures au WTC) et que les zones brûlées produisent au microscope exactement les mêmes microsphères que celles qui avaient déjà été découvertes et analysées par S Jones. Ces microsphères de métal précédemment fondu dans la poussière du WTC avaient déjà révélé la signature de la thermite voire de thermate dans certains échantillons. Photos et analyses dans le power-point des architectes et ingénieurs traduit et adapté sur ce site.

24/7/2008


Ne pas manquer l'interview de Richard Gage, leader du mouvement : Architectes et Ingénieurs pour la vérité sur le 11 septembre.
Ces 407 ingénieurs et architectes sont les auteurs de l'excellente présentation power-point traduite, adaptée et mise en ligne
sur ce site.


19/6/2008

J'ai eu droit à un certain nombre de réactions de scepticisme en ce qui concerne ma thèse d'une accélération supérieure à la chute libre dans la première seconde de chute du WTC7. Pourtant non seulement l'effet postulé d'aspiration vers le bas est confirmé par la littérature des experts en explosifs (voir article page 108 du ppt en ligne) mais il n'est pas surprenant du tout pour quiconque connait le théorème de Bernouilli de la mécanique des fluides (que j'enseigne à l'université). J'ajoute qu'il est certain que tous ceux qui ont effectué cette analyse correctement ont nécessairement été conduits à ce résultat mais comme il ne faisait pas de sens pour eux, ils l'ont camouflé pour éviter de soulever des polémiques.

Cet effet d'aspiration dû à une explosion est contre intuitif. Pourtant c'est ainsi. p 108, l'article d'expert signale que "the negative phase results in a reverse blast wind and causes human targets to be bodily lifted and thrown": si les corps sont soulevés ou projetés c'est que la depression aspire tout: souleve les objets en dessous d'elle i.e. au sol de même qu'elle aspire vers le bas ceux qui sont au dessus.L'effet de depression inclut en particulier ce que l'on appelle une depression dynamique . C'est une conséquence très contre-intuitive du théorème de Bernouilli.
 Cf: http://www.imaginascience.com/articles/sciencesphysiques/mecanique/fluides/fluides5.php
Si vous soufflez entre deux feuilles de papier parallèles elles... s'attirent. De même en ce qui concerne WTC7: si vous soufflez très fort (explosif) à la base de WTC7 (en détruisant la base de WTC7), vous êtes dans la situation de deux objets, WTC7 et le sol au lieu des deux feuilles de papier, entre lesquels il y a un écoulement du fluide à grande vitesse donc ils s'attirent à cause de la depression (énorme) engendrée par le théorème de Bernoulli à la base par rapport à la pression atmosphérique qui continue de s'exercer au dessus. Le calcul est trivial : il s'agit juste de comparer le poids mg= (100 kTonnes x 10)= 1 GNewtons de WTC7 à la résultante des forces de pression exercée vers le bas sur toute la surface horizontale de WTC7: (P_haut-Pbas) x S= Patm (1-0.75) x S= 100000 x(42x99)/2 ~  0.2 GNewtons. Les ordres de grandeur sont donc bons en supposant une depression d'1/2 de la pression atmosphérique.
L'accélération anormale de WTC7 est donc tout sauf surprenante. J'ajoute que j'ai testé l'outil d'analyse Vdub sur plusieurs videos différentes de la tour Nord et qu'il permet de trouver la même accélération de l'antenne. L'outil en fait ne fait rien d'autre que de permettre l'affichage de chaque trâme une par une (il y en a 30/seconde pour le WTC7) et le déplacement d'une trâme à la suivante étant tout ce qu'il y a de plus régulier je n'ai aucune raison de douter des points d'observations que j'ai collectés deux fois pour plus de sûreté.
Le fait d'ajuster les points de WTC7 par un polynôme d'ordre 3 (équivalent à ajuster l'accélération par une droite) peut être contestable...mais pour moi ce que n'est qu'une façon compacte d'afficher les résultats car j'ai vérifié par ailleurs que l'accélération dans la première 1,25 seconde est significativement supérieure à celle de la chute libre (ajustement par une accélération constante). N'importe quel autre ajustement par un polynôme de degré plus élevé génère des plages temporelles où les accélérations sont anormales.

18/3/2008

J'enrichi et corrige le ppt au fur et à mesure que je reçois vos critiques constructives (initialement ppt des architectes et ingénieurs de ae911truth):
 importantes clarifications et nouveaux slides. 
Le pdf téléchargeable et consultable compressé (qualité jpeg dégradée) à 7 Megas est en ligne. Me contacter pour obtenir le source avec les vidéos ou un pdf de meilleure qualité d'image (sans compression).

12/3/2008

Selon S Jones (article p31) la démolition explosive de la Tour Landmark (114 mètres, 30 étages) a requis un total de 165 kg d'explosif (gel à base de nitroglycerine+RDX). A l'échelle des tours, il aurait donc suffit de 590kg de tels explosifs par tour. Une si faible quantité d'explosif à répartir sur tous les étages aurait permis une installation très discrète. J'avoue ne pas bien saisir cette mise à l'échelle car la surface de chaque étage de la tour Landmark est à vue de nez (30 x 30?) 4 fois inférieure à celle d'un étage d'une tour du WTC et la hauteur 4 fois inférieure donc il s'agit d'un volume à détruire 16 fois inférieur.  Deux tonnes et demi d'explosif au total pour chaque tour me parait donc une évaluation plus juste. Ce chiffre est certainement encore sous-estimé car la destruction des tours du WTC part du point des impacts et se propage vers le bas. Quoi qu'il en soit, même 20 tonnes d'explosif ne représenteraient que 200 kgs par étage à répartir à proximité des 47 colonnes du coeur...  
    L'hypothèse de la thermate n'est pas exclusive de l'utilisation d'explosifs comme ceux utilisés dans la tour Landmark. En effet, la thermate aurait été utilisée pour couper ou faire fondre les colonnes du coeur du WTC à des endroits précis dans la zone des impacts des avions ou plus bas pour préaffaiblir la structure et limiter la puissance des explosifs proprement dits (d'où toutes les pétarades mentionnées par les témoins qui correspondraient à l'allumage des charges de thermate, et l'écoulement du métal liquide chauffé au jaune clair visible sur les vidéos) afin  que l'initiation de l'effondrement donne l'illusion d'une défaillance de la structure et c'est en effet ce que l'on constate aussi bien sur la tour Nord que la tour Sud dans la première seconde. Ensuite seulement, la séquence d'explosions aurait été déclenchée dans le but de donner l'illusion de la propagation de la destruction déjà initiée jusqu'au pied de la tour (ceci aussi est confirmé par les vidéos) en esperant que des explosions dans une structure déjà en cours d'effondrement attireront beaucoup moins l'attention et seront prises pour des ejections de matière dues aux étages se fracassant les uns sur les autres et aux pressions subies. De la superthermite (explosif à usage militaire) et non pas la thermite (incendiaire) pourrait éventuellement avoir été utilisée comme explosif en lieu et place ou conjointement avec des explosifs plus conventionnels comme ceux de la tour Landmark dans cette phase.

Ces explosifs sont certainement capables de provoquer les accélérations importantes subies par les tours que je prétend avoir mises en évidence (voir ci-après) par l'analyse des effondrements mais savoir quel explosif exactement peut en rendre compte est pour moi un point secondaire de cette analyse. L'essentiel est que tout un chacun puisse simplement se livrer à un exercice pour se convaincre sans faire référence à une autorité extérieure que l'effondrement viole les lois de la physique si on ne fait pas appel à une source d'énergie autre que l'énergie gravitationnelle potentielle. Car qu'est ce qui importe à propos du 11/9 ? 1- Obtenir la preuve d'une démolition planifiée à l'avance et ouvrir les yeux du plus grand nombre aussi rapidement que possible sur ce fait ... ou 2- soutenir publiquement des arguments selon lesquels même une démolition à base d'explosifs conventionnels et de superthermite et thermate ne rendrait pas compte de toutes les observations et tenter de démontrer un usage de technologies militaires ultra-secrètes (armes à énergies dirigées...etc...ou même black-technologies profitant d'une révolution scientifique d'avance des militaires US sur la communauté scientifique internationale) ? Il me semble évident que si l'opération 1- constitue un défi sans précédent, 2- (beaucoup plus spéculative!) saperait tous nos espoirs de par les réactions de rejet psychologique des citoyens, alimentées par des opérations de désinformation des SS qui profiteraient du caractère extrêmement peu conventionnel de ces hypothèses extrêmes pour les tourner en dérision et décrédibiliser l'ensemble du mouvement pour la vérité sur le 11/9. De plus 2- provoque une scission et des rivalités intestines au sein même du mouvement pour la vérité sur le 11/9 préjudiciables à son efficacité médiatique.  Si le scandale finit par éclater, il est probable que toute la vérité sera faite sur ce qu'il s'est produit le 11/9 car tous ceux qui sont aujourd'hui tenus au silence par la peur, parleront ... et la procédure judiciaire classique pourra fonctionner pour reconstituer toute la chaîne des événements.  Il me semble que ceux qui ont trempé dans ce crime doivent d'abord tout faire pour empêcher la thèse de la démolition planifiée, donc très probablement de l'inside job, de se répandre pour simplement sauver leur peau ... et que cela importe pour eux infiniment  plus que de cacher telle ou telle avance technologique secrête.  L'idée selon laquelle Jones & co seraient impliqués dans une opération de diversion me semble donc absurde puisque celle-ci avant tout s'attache à apporter  la démonstration de la thèse de la démolition contrôlée.

11/3/2008 début de l'effondrement de la tour Nord


Pour prouver que des accélérations
incontestablement très proches voire supérieures à celles de la chute libre ont été subies par les tours et le WTC7 le 11/9, il n'est pas du tout nécessaire de considérer la chute dans sa totalité. Dans le cas des tours, une grande incertitude due au nuage de poussières et débris  qui prend des proportions de plus en plus importantes au fur et à mesure que l'on se rapproche du sol empêche de déterminer le temps de chute à mieux que 30% près (de 10 à 15 secondes) comme le reconnaissent les chercheurs de research911.
Des sites de "démystificateurs" font leurs choux gras de ce genre d'impécision et prétendent démonter les arguments reposant sur la vitesse de la chute (comme tous les autres dailleurs) et amener le public non qualifié à douter de la rigueur des études menées par les chercheurs du mouvement pour la vérité sur le 11/9. C'est une véritable guerre de l'information qui se livre et vous trouverez  à www.AE911truth.info (la même adresse quasiment que celle du group d'Architectes et d'ingénieurs de R.Gage) le site d'un individu qui prétend démonter en utilisant des techniques très efficaces de décrédibilisation et de dénigrement, tous les arguments des "conspirationistes".

Il se trouve que c'est dans les deux premières secondes de l'effondrement qui commence par les 17 étages de la tour Nord au dessus du point d'impact que :
1) On peut précisément déterminer la position du toît au cours du temps avant que les explosions ne viennent noyer le tableau.
2) On peut plus facilement négliger les forces de frottement fluides qui augmentent avec la vitesse dans cette zone où la vitesse de chute est encore faible
3) Une accélération proche de celle de la chute libre représente une anomalie encore plus flagrante puisque la masse qui s'effondre ayant une beaucoup plus faible impulsion que dans les étapes ultérieures de l'effondrement, elle devrait subir une accélération opposée à celle de la gravité beaucoup plus importante à chaque choc contre les dalles des étages encore immobiles.

L'estimation de l'accélération dépend de façon cruciale de l'estimation du temps t=0 ou s'amorce la chute mais on peut éliminer cette source d'erreur car cette dépendance peut être traitée comme un paramètre libre dans un ajustement par un polynome de degré 2.




Cette méthode (cf graphe ci-dessus) qui présuppose une accélération constante conduit à une valeur de 8.46 +/- 1.6 m/s2 à comparer à 9.81 m/s2, celle de la chute libre (i.e dans le vide).  Si cette accélération restait la même tout au long de la chute alors le temps de chute total se situerait entre 9 et 10.9 secondes à comparer à 9.2 s pour la chute libre dans le vide mais il n'y a aucune raison pour que cette accélération reste constante. Il suffit d'avoir prouvé que sur une portion de la trajectoire (surtout dans les deux premières secondes) au moins, ces accélérations ont été subies, pour confirmer que la résistance rencontrée par la structure qui s'effondre est effectivement très faible au moins dans les 2 premières secondes.
Il est important de réaliser que cet effondrement de la pile de 17 étages de la tour Nord au dessus du point d'impact avec ces explosions manifestes est une illustration parfaite d'une démolition contrôlée d'un immeuble de 17 étages: En effet, les colonnes du coeur ont été détruites en premier (comme en témoigne la chute de l'antenne) ce qui résulte en une réduction d'un facteur important de la pîle d'étages avant que les explosions ne soufflent les colonnes extérieures à partir de l'étage 93 de l'impact: l'effondrement se fait bien par le bas pour cette partie. L'empilement d'étages qui a dû en résulter pourrait même avoir conduit à la fameuse "pile d'assiette" (pour cette partie de l'effondrement seulement car tout le reste sera réduit en poudre) qui est probablement la source des "météorites" (agglomérats de béton et métal fondu compactés) retrouvés au sol.

Tout un chacun pourra effectuer aisément cet exercice et se convaincre lui même de la pertinence de mon analyse en analysant la vidéo de la chute de la tour Nord avec Virtualdub (téléchargeable gratuitement sur telecharger.com) puis en effectuant les ajustements avec un outil comme PAW, par exemple.


11/3/2008  l'effondrement du WTC7 : une accélération nettement supérieure à celle de la chute libre dans le vide dans la première demi-seconde

Ma propre vérification de l'effondrement du WTC7 en ajustant les points tirés de mon analyse de la vidéo par Virtualdub par un polynome de degré 3




démontre clairement que l'accélération du WTC7 n'est pas constante mais décroit au fur et à mesure de la chute. L'origine t=0 sur ce graphe est arbitraire i.e ce n'est pas l'instant de départ de l'effondrement mais ceci importe peu car ce dernier est un paramètre libre dans l'ajustement. J'obtiens que:

         t=1.5 sec: acceleration extrapolée = 12.06+- 0.28 m/s2 (8 sigma de plus que l'acceleration de la chute libre dans le vide!)
         t=2 sec: acceleration= 10.98+- 0.32  m/s2 (3.6 sigma de plus que l'acceleration de la chute libre dans le vide)           
         t=4 sec: acceleration=  6.66+-0.48 m/s2

J'ai estimé les erreurs à partir du Chi_carré en supposant des erreurs de mesures Gaussiennes. Une accélération supérieure à l'accélération de la chute libre est donc très significative durant la première demi-seconde de chute ! Il est donc incontestable que cette chute viole les lois de la physique si on ne suppose pas une intervention non naturelle. Une démolition conventionnelle devrait suffire à expliquer cela par le fait que les explosifs tireraient vers le bas la structure dans les premières secondes. Les vitesses de chute en démolitions contrôlées standards peuvent elles être supérieures ou égales à celles de la chute libre? Cela me semble très envisageable puisqu'on entend souvent dire que les démolitions contrôlées standards provoquent des effondrements à des vitesses proches de la chute libre. Que ceux qui peuvent m'éclairer la dessus n'hésitent pas à me contacter.


24/2/2008

Avec l'aide de bénévoles j'ai achevé la traduction en Français et remanié le power point des architectes et ingénieurs de AE911truth pour en faire un document réduit à 121 slides démontrant la démolition contrôlée des trours du WTC le 11/9. En m'appuyant sur celui-ci, je donnerai une conférence
à l'Embobineuse (Marseille, Belle de Mai) samedi 8 Mars: démolition contrôlée des tours du WTC. 


13/2/2008

Paru dans LE MONDE du 12/2/2008: 11-Septembre : peine de mort requise contre six membres d'Al-Qaida par un tribunal militaire d'exception (Instaurés en 2002 par le président George Bush pour juger les prisonniers de la "guerre contre le terrorisme") . Au cours de ses interrogatoires, Khalid Cheikh Mohammed a déclaré qu'il était responsable de "l'opération du 11-Septembre, de A à Z", selon une transcription de ses propos diffusée par le Pentagone en mars 2007 et dont des passages avaient été rendus illisibles par la censure militaire. A charge pour le juge d'évaluer les preuves obtenues lors d'interrogatoires par des méthodes controversées comme celle du waterboarding (simulation de noyade), une forme de torture que le gouvernement Americain reconnaît avoir appliquée à l'encontre de plusieurs des six prisonniers. Les enregistrements des interrogations ont été détruits.

Qui seront les prochains à goûter aux tribunaux d'exceptions ? ... En dictature, personne n'est à l'abri!

7/2/2008

La cassette vidéo où Ben Laden accepte la responsabilité des attentats du 9-11 ? Tout indique que cette bande est un faux. Le Ben Laden de « la confession vidéo » du 9 novembre 2001 ne ressemble en rien au Ben Laden de la dernière vidéo confirmée de décembre 2001. Récemment, le journal italien, Corriere Della Sera, a annoncé que l’ancien président d’Italie, Francesco Cossiga, a dit que le renseignement italien avait conclu que la confession vidéo de Ben Laden était un faux. La journaliste d’investigation Kristina Borjesson nous rappelle que, « six jours après le 9-11, CNN a signalé que Ben Laden avait envoyé à Al-Jazira une déclaration qui démentait son implication. » Elle nous rappelle aussi que le FBI a dit qu’il n’avait aucune preuve solide de la responsabilité de Ben Laden dans le 9-11. Le FBI recherche Osama pour les attentats contre les ambassades étasuniennes de Tanzanie et du Kenya en 1998, pas pour le 9-11. Borjesson signale aussi que, dans la « confession vidéo, » Ben Laden se révèle écrivant de la main droite, mais il est connu être gaucher. Si le Ben Laden de la « confession vidéo » est en fait un faux, comme il paraît l’être, pourquoi courir le risque de créer ce genre de vidéo si la CIA a celles des aveux des présumés participants d’Al-Qaïda au complot du 9-11 ?

2/2/2008

C'est par les médias dominants que la majorité des gens obtiennent leurs infos, d'où le fait qu'une bonne proportion d'Américains croit encore à la "thèse officielle sur le 11/9" soutenue par les médias dominants. The great conspiracy sur reopen911.fr, un extraordinaire documentaire diffusé en 2004 par  VisionTV , la seule chaîne indépendante Canadienne a montré quel séisme peut provoquer dans l'opinion la diffusion à grande échelle d'un documentaire de qualité révêlant la conspiration de l'administration Bush.
Selon un sondage Zogby international / Press TV de septembre 2007 nous sommes de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux sur le 11 septembre 2001.
43% des Américains (44% parmi les militaires) pensent que l'administration Bush avait pré-connaissance des attentats mais n'a rien fait pour les empêcher, 37.5% (37.2% des militaires) désapprouvent cette opinion, 4.5% sont sans opinion.
Cette inversion de l'opinion constitue un signe très fort de la prise de conscience en cours. Il est urgent que celle-ci s'accélère et devienne massive car à qui sont réellement destinés ces 600 camps de concentration construits aux USAs par l'administration Bush? Que nous mijotent ceux qui ont planifié le 11/9  et la guerre sans fin ?

31/1/2008

Le premier parti d'opposition Japonaise attaque la version officielle du 11 Septembre 2001. Bravo ! Tous les détails sur reopen911.info !

25/1/2008


La liberté et la démocratie en péril aux USA...nous sommes tous concernés ! Souvenons nous d'une génération entière de brillants intellectuels sympatisans du communisme qui en France n'ont pas su ou pu voir l'évidence du totalitarisme et de l'horreur à grande échelle en ex URSS. La clairvoyance n'est pas tant affaire d'intelligence que de courage, celui d'envisager que tout ce à quoi l'on est attaché puisse se dérober sous vos pieds. Les USAs en passe de sombrer dans la dictature ? c'est non seulement possible mais sans doute imminent et quasi inéluctable compte tenu de toutes ces informations de plus en plus alarmantes qui nous parviennent : ne pas manquer l'actualité sur reopen911 !

19/1/2008

La mascarade de la présidentielles de 2008 aux États-Unis annonce le développement de la criminalité gouvernementale et l’extension de la guerre

13/1/2008

A la date de l’an passé  600 000 Irakiens étaient morts de mort violente directement attribuable aux opérations militaires en Irak, soit environ 15 000 morts par mois. « La mésaventure US en Irak a donc tué en un peu plus que trois ans deux fois plus de civils que le nombre de personnes assassinées par Saddam en 25 ans ».  Pendant la première moitié de 2006 la moyenne mensuelle est passée à 30 000 morts et a dû fortement augmenter en 2007 étant donné les violents combats qui accompagnent l’actuel renforcement militaire US en Irak...les attentats à la voiture piégée ne sont responsables que de 13 % des victimes... 56 % (des cas où le coupable était identifié) avaient été tués par les soldats U.S. ou par leurs alliés de la coalition des volontaires...Alors que la presse rend compte des 3 000 GI’s morts en Irak et des nombreuses victimes civiles des attentats inter-confessionnels, elle passe sous silence le massacre quotidien des civils, victimes des patrouilles US...tous les détails sur http://news.reopen911.info/ 

9/1/2008

Témoignage video de Aaron Russo, producteur et réalisateur de films à Hollywood, sur ce qu'il a appris de la bouche de Nick Rockefeller, au sujet du 11 septembre 2001, de la guerre contre le terrorisme, du CFR ... 11 mois avant le 11 septembre...Aaron est décédé le 24 Août 2007, 6 mois après cette Interview, officiellement des suites de son cancer.
Nick Rockfeller: "Il y aura un événement et à partir de cet événement, nous allons envahir l'Afghanistan pour construire des pipelines à travers la mer Caspienne, puis l'Irak pour prendre le contrôle du pétrole et établir une base au Moyen-Orient et les intégrer au nouvel ordre mondial puis nous irons nous occuper de Chavez au Vénézuela...et il y aura une guerre contre le terrorisme (on ira rechercher dans des grottes les responsables), mais tout cela sera une mystification, ce sera une façon pour le gouvernement de contrôler le peuple Américain. Et il n'y aura pas d'ennemi clairement identifié de telle sorte qu'il n'y ait pas de vainqueur et que la guerre puisse s'éterniser en continuant à faire peur au peuple Américain et en exploitant cette peur..."
"Si tu veux nous rejoindre au CFR, tu auras une puce qui attestera que tu fais partie des notres et tu seras intouchable, c'est une bonne opportunité pour ton business de nous rejoindre." (Russo: c'était une bonne façon d'éviter que je me batte contre eux en informant la population) "Qu'est ce que tu en as affaire des autres, ce sont des serfs, c'est juste le peuple...ils sont faits pour être contrôlés, prend soin de ta propre vie, fais du mieux que tu peux pour toi et ta famille...tout le monde aura une puce ce qui permettra que tout le monde soit contrôlé par l'élite, les banquiers..., la constitution , ce n'est fait que pour une minorité qui peut vivre de cette façon".
"Tu es convaincu que le combat pour l'émancipation des femmes est une bonne chose? tu es un idiot! c'est nous les Rockefeller qui sommes à l'origine de l'émancipation des femmes. Nous l'avons organisé pour deux raisons: pour pouvoir les taxer et pour pouvoir endoctriner plus tôt les enfants qui doivent beaucoup plus tôt aller à l'école.. alors ils considéreront l'état et les autorités comme leur famille..."
" Il y a un problème avec la surpopulation mondiale...nous avons réfléchi à des solutions pour la réduire, même de moitié..."
" Quant au problème que posent les Palestiniens pour les Israeliens nous avons envisagé de déplacer Israel en Arizona..."

6/1/2008

Déclaration de Benazir Bhutto au sujet de la mort d’Oussama Ben Laden

Le 27 décembre 2007, l’ex-Premier ministre du Pakistan Benazir Bhutto trouvait la mort dans un attentat-suicide, dont les commanditaires n’ont pas pu être encore clairement identifiés. Le 2 novembre, elle avait accordé une interviewsur Al-Jazira, où elle avait désigné les possibles responsables d’un premier attentat manqué contre elle le 18 octobre. Parmis "les gens qui soutiennent, organisent, peuvent être les financiers, ou les organisateurs du financement des groupes terroristes, elle désignait alors trois individus ayant partie liée avec le gouvernement pakistanais: "Oui, l’un d’eux est un personnage très important dans la sécurité. Il est un ancien officier militaire... Il a été impliqué avec le groupe terroriste Jaish-e-Mohammed  .... et il a aussi été impliqué avec Omar Sheikh, l’homme qui a assassiné Oussama Ben Laden"
Or, cet individu, que d’aucuns présentent comme le "fils préféré" de Ben Laden - et qui est connu pour son rôle dans le financement du 11-Septembre (il transféra 100 000 dollars à Mohammed Atta, le leader des kamikazes, sur les ordres du chef de l’ISI Mahmoud Ahmad) - est incarcéré au Pakistan depuis février 2002. Ce qui signifierait qu’il aurait tué Ben Laden avant cette date, et que ce dernier serait donc mort depuis près de six ans !
La lecture de l'article sur reopen911 vous montrera que l'ISI serait la plaque tournante de plusieurs des plus importantes opérations de terrorisme de ces dernières années y compris le 11 septembre. Or les Etats-Unis n’ont à ce jour, jamais pris la moindre sanction vis-à-vis du Pakistan et des agents de l’ISI manifestement impliqués dans tous ces crimes.

6/1/2008

John Kerry affirme que le WTC7 à été réduit en poussière de manière délibérée à l’aide d’une démolition contrôlée"


6/1/2008

Voici le dernier en date d'une série d'articles publiés par Alan Miller 
dans OPenEdNews où huit Vétérans du département d'état U.S dénoncent le rapport de la commission sur le 11/9 comme une entreprise de dissimulation.  Lien vers l'article. Cela fait maintenant plus d'un mois que nous demandons l'accès au fichier source du power-point des architectes et ingénieurs: une superbe démonstration des démolitions contrôlées perpétrées le 11/9. A chacune de nos relances il nous est répondu seulement que cela sera fait bientôt...or il s'agit d'un document précieux (nous avons insisté la dessus à plusieurs reprises) qui pourrait nous permettre d'organiser en France nos propres conférences sur les aspects techniques de ces démolitions. Nous ne comprenons pas ce retard!

13/12/2007

Alan Miller vient de publier un article
dans OPenEdNews où sept Ingénieurs et scientifiques appellent à une nouvelle enquête sur le 11/9. Lien vers l'article

13/12/2007 News du 8/12/2007 complétée

Hier soir, la tournée "11 Septembre en quête de vérité" était de passage à Marseille.  Pour moi, il s'agit d'un combat pour la vérité et la liberté et de dénoncer une menace, celle d'une dérive anti-démocratique, qui nous concerne tous sans distinctions de sexe, origine ethnique ou confession religieuse. La récupération à des fins politiques ou religieuses trahirait gravement, il me semble, la vocation de ce mouvement. Par ailleurs, il est clair que si ce mouvement pouvait commencer à représenter une menace sérieuse pour les partisans de la guerre préventive et les théoriciens du choc des civilisations, il n'est pas difficile de deviner quelle serait la stratégie des services secrets: faire passer les principaux activistes engagés dans cette lutte pour des sympatisans de l'islam radical des terroristes, sinon pour des activistes au service de sectes ou de simples escrocs.
Ils peuvent être la source de rumeurs pour justifier de maintenir sous surveillance et dans l'isolement n'importe quel suspect désigné en limitant ses possibilités de communiquer par de discrètes manoeuvres de sabotage ou de discrédit, y compris de faux enregistrements (les technologies d'immitation de la voix sont parfaitement maîtrisées depuis longtemps).  
Des opérations visant à créer la confusion sont à envisager comme par exemple des aveux très médiatisés de faux témoignages sur le 11 septembre, de nouveaux faux documents ou vidéos, de nouvelles théories invraisemblables bruyamment mises en avant au sein même du mouvement pour la vérité sur le 11 septembre afin de jeter le discrédit sur toutes les autres y compris les plus sérieusement argumentées. 
Voici un cas qui pose question : sur ce site, tout est remis en question (y compris que l'homme ait marché sur la lune)  par un individu qui donne des leçons de méthodologie scientifique ("check the evidence") aux chercheurs engagés dans le mouvement pour la vérité sur le 11 septembre et tente de les ridiculiser en prétendant démontrer que les preuves en faveur de l'existence de métal fondu dans les ruines du WTC sont faibles car n'ont pas été vérifiées rigoureusement comme elles auraient dû l'être. La théorie de ce personnage est que les tours ont été détruites par des armes secrètes à énergie dirigée et que le métal fondu a été inventé par le NIST pour faire diversion. Arguments à l'appui: tous les témoignages peuvent être faux et les photos avoir été traffiquées : à priori imparable et applicable sur n'importe quel sujet pour décrédibiliser n'importe quelle thèse! Je retiendrais que s'il n'y a pas eu de métal fondu alors il y a eu une tentative de plus de falsifier et de dissimuler la vérité, donc une raison de plus pour exiger la réouverture de l'enquête...mais je ne rejeterai pas à priori des thèses apparemment  invraisemblables car on ne peut exclure non plus qu'il s'agisse pour leurs auteurs d'une façon habile de porter dans la sphère publique des informations secrètes sans risquer de représailles. La destruction des tours jumelles reste très peu conventionnelle et pose de nombreuses questions. Un travail sérieux d'investigation est indispensable sur cet argumentaire comme sur beaucoup d'autres que l'on trouvera sur internet, et qui devraient se multiplier comme autant d'actes de résistance anonyme face à la montée du fascisme aux USA et en Europe.    

Je tiens à préciser, au cas où, que je ne suis lié à aucune communauté, à aucun crédo.  Un libre penseur n'a besoin ni d'un gourou, ni d'un livre sacré, ni même d'adhérer à une doctrine quelconque mais avant tout de maintenir son cerveau en bon état de marche et de multiplier et confronter rationnellement et méthodiquement autant que possible ses sources d'information pour gagner en objectivité. Il n'a surtout pas besoin de faire partie d'une communauté de croyants, i.e de braire en coeur les âneries du troupeau qu'il s'est choisi (rarement) ou que son milieu socio-culturel d'origine lui a imposé (bien plus souvent) ce qui n'a pour seule fonction en général que de procurer un confortable sentiment de sécurité, de chaleur et d'harmonie de convictions partagées.
La dimension grégaire de toute forme de religiosité est l'ennemie par excellence du progrès personnel y compris spirituel, et l'imposture est à son comble et manifeste quand le croyant tôt ou tard inévitablement aspire à figurer aux meilleures places du troupeau.

Cette précision en amène une autre: si je ne suis pas religieux, je suis par contre profondément spiritualiste ce qui  ne relève en aucune façon d'un pari aveugle, d'un acte de foi ou d'une espérance. Cela découle tout d'abord d'une démarche de recherche rationnelle qui m'amenant à considérer toutes les évidences scientifiques tous domaines confondus m'a progressivement conduit à cette inévitable conclusion même si elle n'a fait que confirmer  une intuition de bon sens de toujours. Cela découle ensuite, et ceci seulement depuis quelques années, d'expériences très concrètes que j'ai quotidiennement et qui me font interagir (d'une manière extrêmement déconcertante) avec ce que, faute de pouvoir mieux l'exprimer, j'identifierais à une forme de conscience très puissante omniprésente et capable de "piloter" et de s'exprimer par l'intermédiaire de tous les êtres plus ou moins à leur insu.

Le matérialisme soutient qu'au commencement tout était de l'ordre de la matière inerte et inanimée et que certaines structures complexes apparues au cours de l'évolution, notamment celles des réseaux de neurone de la matière cérébrale, sont devenues capables de générer d'une façon qui n'est pas explicitée (on se demande bien comment elle pourrait l'être ?!) ce que nous appellons des états de conscience. Le spiritualisme soutient au contraire que ce qui est de l'ordre de la conscience, de l'animé est au contraire primordial et est la source de toute information structurant la matière mais aussi à l'origine des consciences individuelles. 
Bien que l’on puisse approcher objectivement les objets qui peuplent l’univers de l’intériorité, sensations, émotions, perceptions, en les associant de plus en plus précisément à des processus physico-chimiques neuronaux (ce que font aujourd’hui les neurosciences), comment imaginer qu'une analyse portant sur des phénomènes physiques ou chimiques puisse prédire l’émergence de ces objets si l'on n'a pas déjà la faculté de concevoir leur simple existence i.e si l'on n'est pas soi-même doué de cet accès direct à l’univers intérieur qu'est la conscience!? Ce type de réfléxion sur cet inconcevable conduit tôt ou tard à prendre très au sérieux que le spirituel soit  beaucoup plus probablement irréductible et on envisage alors sans difficulté qu’il puisse même développer une vie autonome vis-à-vis de la matière objectivement appréhendée. Ceci est d'ailleurs aujourdhui confirmé par les innombrables témoignages de ceux qui de plus en plus nombreux grâce aux progrès techniques modernes de réanimation ont été aux frontières de la mort et en sont revenus. Le délire matérialiste me semble donc scientifiquement toujours aussi insoutenable. Il est l'une des métaphysiques les plus irrationnelles et obscurantistes, certainement la plus pauvre et désespérante et sans aucun doute la plus vaniteuse (idéologie de la toute suffisance humaine).  Mais surtout, il s'est révélé la plus dangereuse de toutes (avec le communisme matérialiste et le capitalisme, les religions athées du vingtième siècle ont atteint des sommets inégalés dans l'horreur et le meurtre de masse) et c'était prévisible ! En effet, un fanatique qui commet un crime au nom de sa religion théiste n'est le plus souvent (sauf cas des religions anciennes qui exigaient des sacrifices humains) qu'un imposteur.  Un adepte de la religion athée qui commet le même crime peut être tout à fait cohérent: la fin (par exemple le bonheur futur de l'humanité) peut justifier les moyens. Par ailleurs, il va de soit que tant que l'homme ne saura pas qu'il est immortel il restera agité du bocal et fébrile de la gachette...




12/12/2007

Guillaume Dasquié, un journaliste, a été interrogé pendant 30h et menacé de détention provisoire par la DST s'il ne balançait pas au moins une de ses sources.  Guillaume Dasquié a publié dans le monde un article le 16 Avril 2007  étayé par un rapport de la DGSE établissant que
les services secrets français étaient informés d’un possible projet de détournement d’avions, et ont alerté leurs homologues américains dès janvier 2001. Ces éléments remettent sérieusement en cause la thèse officielle selon laquelle l’Administration Bush et ses services de renseignement ne savaient rien de ce qui se préparait. Il s'agit donc d’une preuve de plus qui contredit le rapport de la Commission d’enquête sur le 11 Septembre. Mais ces informations d’une extrême importance planétaire par ses enjeux sont passées quasiment inaperçues, totalement occultées par un fait divers: la fusillade à l’université Georgia Tech.



17/11/2007

Nous, un collectif de bénévoles, avons achevé la traduction en Français de la première page du site Patriot911: 106 hommes et femmes bien informés et bien placés de part les hautes fonctions qu'ils occupent, au gouvernement, dans l'armée, dans les services de renseignement U.S., des pilotes, des universitaires, des ingénieurs et architectes témoignent courageusement, dénoncent les dissimulations de la commission du 11 septembre et éxigent la réouverture de l'enquête sur les événements du 11 Septembre.  Cette page qui fourmille de liens vers les principaux sites des associations engagées dans cette lutte et vers les articles ou interview complets est un excellent tremplin pour quiconque désire s'informer aussi largement que possible. Pour ma part, si je soutiens sans limite cette lutte engagée pour la vérité et la liberté, je précise qu'en toutes circonstances, je ne serai patriote que dans la mesure où ma patrie sera au service d'elle même (de son peuple) ET des autres.


14/11/2007

Les lois anti-terroristes menacent nos libertés



7/11/2007

Le tabou médiatique autour du "11 septembre" est évident (cf deux news précédentes et ici ). La censure n'est elle que commerciale, relevant de l'idéologiquement correct ou les grands médias ont ils été sommés d'autorité de ne plus traiter un sujet désormais relevant de la lutte anti-terroriste et de le laisser à des services plus "spécialisés". Il n'est pas inutile compte tenu du tour que prennent les choses de rappeler la ferme mise en garde de JF Kennedy:
"Le simple mot de secret est répugnant dans toute société libre et ouverte. Et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets, aux réunions secrètes. Nous avons décidé, il y a longtemps, que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents dépassent de loin les dangers que l'on cite pour justifier cette dissimulation. Même aujourd'hui, il est peu justifié de résister à la menace d'une société fermée (ex URSS) tout en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourdhui , il est peu justifié d'assurer la survie de notre nation si nos valeurs ne survivent pas avec elle. Et il y a un danger très grave qu'un besoin annoncé de sécurité accrue soit l'opportunité que saisiront ceux qui sont impatients d'étendre sa portée aux limites extrêmes de la dissimulation et de la censure officielle. Voilà ce que je n'ai pas l'intention de laisser faire dans la mesure ou j'en ai le contrôle. Et aucun officiel de mon administration, quel que soit son rang, civil ou militaire ne devrait interpréter mes paroles ici ce soir (*suit un discours où JFK fait appel à la responsabilité des journaliste, leur auto-discipline et auto-restriction pour ne pas divulguer des informations entrant dans les limites strictes de la sécurité nationale) comme une justification pour censurer la presse, etouffer la dissidence, cacher nos erreurs ou taire au public et à la presse ce qu'ils ont le droit de savoir."
Plus loin:"Et c'est pourquoi notre presse fut protégée par le premier amendement (le seul business en amérique spécifiquement protégé par la constitution) pas en premier lieu pour amuser ou divertir, pas pour mettre l'accent sur l'insignifiant et le sentimental, pas pour simplement donner au public ce qu'il veut mais pour informer, stimuler, réfléchir, faire état des dangers et opportunités, montrer nos crises et nos choix, pour mener, façonner, éduquer et parfois même provoquer la colère de l'opinion publique...cela signifie que le gouvernement à tous les niveaux doit remplir son obligation de vous fournir l'information la plus complète en dehors des limites les plus étroites de la sécurité nationale."

A l'heure où les théoriciens de la guerre préventive semblent plus proches que jamais d'une mise en oeuvre d'un programme prevoyant même l'usage de l'arme nucléaire "tactique" en Iran, ce discours nous rappelle que la fin (combat pour protéger la liberté , la démocratie) ne saurait justifier les moyens (censure et usage de la terreur y compris contre sa propre population). 



7/11/2007


Une simple recherche de "11 septembre" sur Amazon.fr montre qu'il existe une littérature abondante sur le sujet comme on aurait pu s'y attendre. Sur internet la profusion de sites est impressionante. Pourtant, au Virgin Megastore et à la FNAC de Marseille aujourd'hui, pas un seul ouvrage en vente sur le 11 septembre!!! Dans les deux plus grandes librairies de Marseille, le 11 septembre n'a effectivement pas eu lieu !! Comment est ce possible ?

Sur daily motion ont peut voir en ce moment une version tronquée correspondant à 1/4 du premier film diffusé par Arte lors de l'émission d'avril 2004:
http://www.dailymotion.com/video/x217s7 … as-eu-lieu. Ce qui est curieux c'est que deux témoignages ont été rajoutés à cette version qui n'étaient pas dans l'original diffusé lors de la soirée Théma de 2004 ce que l'on peut vérifier grâce aux originaux ici  http://www.dailymotion.com/video/x34s4w … 3_politics. Ce qui est nouveau en particulier c'est le témoignage rajouté d'un expert en crash aérien de l'armée de l'air qui explique que l'on ne peut sérieusement rien tirer de l'analyse des photos du Pentagone. Comme je l'ai rappelé dans la News précédente il était impensable pour Arte en 2004 de seulement argumenter pour soutenir la thèse officielle, à savoir que c'était bien un avion de ligne Boeing 757 qui avait percuté le Pentagone. La chose allant de soi ne devait pas faire débat! Cette nouvelle version du film avec un témoignage "d'expert" à l'appui mais sans les analyses socio-politico-historiques du " conspirationisme" signifie t'elle une prise de conscience que les conspirationistes n'étaient pas des idologues mais soulevaient des questions sérieuses ? Qui a pris l'initiative de constituer cette nouvelle version et de la mettre sur le web ? J'ai contacté la chaîne:
"Depuis votre soirée Théma d'avril 2004 consacrée aux attentats du 11 septembre, les choses ont sensiblement évolué du coté des thèses dites "conspirationistes". Le site www.reopen911.fr fait état de témoignages, travaux de recherches, ouvrages publiés remettant en question la thèse officielle et demandant la réouverture de l'enquête. Compte tenu de cette nouvelle donne, vos positions ont elles évolué ? Il est dommage que la soirée Théma complète d'avril 2004  ne figure pas en accès libre sur le web, même si on peut y trouver qq fragments notamment celui dans lequel on ne trouve qu'1/4 du premier film diffusé par Arte avec deux témoignages rajoutés...(?!) J'avais enregistré cette soirée au grand complet: deux films plus introduction par le présentateur + débat. Donneriez vous l'autorisation de mise en accès public du deuxième film et du débat au complet sur dailymotion ? Elles pourraient servir de référence sur la position anti-conspirationiste. Il est surprenant compte tenu de l'ampleur du phénomène notamment aux Etats Unis, qu'Arte ne programme pas une nouvelle Théma sur ce sujet.  Est ce à l'ordre du jour ? si non pourquoi ? Si les différents protagonistes sont revenus de leurs certitudes il serait tout à leur honneur de le reconnaître publiquement...". Le service téléspectateur m'a promis une réponse rapide qui n'est jamais venue malgré une relance.

Qu'en est il de ce "témoignage d'expert en crash aérien" ? Sur ce site vous trouverez des dizaines de témoignages de hauts gradés, experts des services de renseignement, en crash aérien, en interprétation d'images pour le renseignement militaire, de pilotes, d'ingénieurs, d'architectes, de témoins. Pour tous ceux-ci une seule évidence: le scénario officiel du crash d'un Boeing 757 sur le Pentagone ne tient pas la route...



31/10/2007


Sur les événements du 11 septembre comme sur tout sujet polémique aux implications très lourdes, il convient d'adopter une attitude aussi objective que possible c'est à dire confronter les informations contradictoires des partisans et détracteurs de la thèse officielle sans à priori avant de se faire sa propre idée. Or, aujourd'hui contrastant avec l'hyperproductivité et assurance grandissante de ceux
qui remettent en question la thèse officielle (sites et articles sur Internet, Forums, ouvrages publiés) l'absence de réponse argumentée aux innombrables critiques des incohérencs de la thèse officielle est impressionante. Une simple recherche sur Amazon.fr des livres consacrés au 11 septembre fait apparaitre un grand vide du coté de ceux qui soutiennent la thèse officielle: ceux-ci seraient ils à cours d'arguments, la thèse est elle devenue tout simplement indéfendable ?
Aujourd'hui, même le Chairman et vice-chairman qui étaient en charge de cette enquête déclarent dans un livre récent que tout a été mis en oeuvre pour les empêcher de rétablir les faits dans leur vérité et qu'ils ont été induits en erreur par des hauts responsables du Pentagone et de l'administration fédérale et de l'aéronautique et que ces fraudes et cette obstruction doivent être assimilées à des crimes (Article de P Tatchell). Il n'y a aurait donc en fait plus de thèse officielle digne de ce nom!
Les méthodes de la véritable propagande anti-conspirationiste de la chaîne Arte en 2004 étaient déjà très édifiantes: les "conspirationistes" n'ont pas été conviés à l'émission d'Avril 2004 pour défendre leurs positions, les intellectuels présents étaient tous des journalistes, politologues, ou socio-psychologues mais pas un seul expert dans les
compétences requises pour traiter les véritables questions posées par l'effondrement des tours ou le crash sur le Pentagone qui sont celles du physicien des matériaux, de l'expert en batiment, en démolition controlée, en incendie, en analyse d'ondes sismiques, en crash aérien etc En réalité, pour tous ces intellectuels, il était hors de question d'ouvrir un débat là où il était évident qu'il ne pouvait pas y avoir de débat! Partant de ces certitudes, il n'était plus alors question que de démasquer les connivences de la "pensée conspirationniste" avec l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le révisionisme...
Aujourd'hui, le silence des grands médias est absolument assourdissant (jusqu'au service aux téléspectateurs d'Arte qui ne répond plus sur le sujet): ce qui est remarquable à propos du traitement médiatique du 11 septembre, c'est qu'il s'agit d'un monologue d'informations clonées ayant pour seule source l'administration Bush (telle nouvelle vidéo de Ben Laden vient d'être découverte,...etc).


Confronté aux nombreuses évidences que l'écroulement des tours a toutes les caractéristiques d'une démolition contrôlée (
le seul exemple de l'effondrement du WT-7 est incompréhensible autrement), il m'est difficile d'échapper à la conclusion, à la suite de nombreux experts, que les avions seuls n'ont pu provoquer ce type d'"effondrement explosif". Je suis donc amené à considérer comme très probablement vraie la thèse selon laquelle nous avons affaire àun meurtre, le résultat d'une atroce conspiration interne, ayant profité ou non d'un véritable attentat terroriste islamique, pour créer le mythe d'une guerre sainte pour la liberté à l'échelle mondiale qui recouvre probablement plusieurs motifs possibles et non exclusifs:

- Une main mise sur les principales ressources pétrolières de la planète
- Maintenir l'état de guerre qui profite au lobby militaro-industriel
- Créer les conditions (Patriot Act) de l'émergence d'un état dictatorial aux USA, plus favorables pour mener une politique plus résoluement impérialiste.
- Un réglement de compte interne entre services de renseignement, des politiques et intérêts opposés, un coup d'état...
- Une opération immobilière et financière, destruction de preuves à charge dans des procès en cours
- Une opération des services secrets Isaeliens

La psychologie, l'idéologie et motivations au sommet de l'administration des USA telles que décortiquées dans les ouvrages (l'Iran, Bush et la bombe) du grand reporter Eric Laurent sont assez cohérentes avec cette entreprise. D'autre part, il est établi que de longue date de tels faux actes terroristes ont été planifiés pour provoquer un reflexe patriotique et s'assurer une opinion publique favorable à la guerre:
Conçue en 1962, par l’état-major interarmes des Etats-Unis, l’opération "Northwoods" prévoyait une série d’attentats tuant des civils et des militaires américains pour mobiliser l’opinion publique contre Fidel Castro et trouver un prétexte pour envahir Cuba. Un attentat contre un bâtiment de guerre et un détournement d’avion avaient notamment été planifiés. Parmi les conjurés se trouvaient d’actuels responsables de l’armée des États-Unis. La mort de citoyens américains devait conduire l’opinion à accepter cette guerre. La réalisation de ce plan dément fut empêchée in extremis par le président John F. Kennedy.

Aujoud'hui, l'usage des armes nucléaires tactiques est sérieusement envisagé contre l'Iran et un certain nombre de hauts gradés de l'état major menace de démissioner.
Je n'hésiterai donc pas à rajouter mon nom à la liste de ceux qui se battent pour la démocratie aux USA mais aussi partout dans le monde, car nous sommes tous menacés à plus ou moins long terme par une possible fascisation de ce régime 
(nous allons entériner un traité européen liant de façon irrémédiable notre diplomatie à celle de Washington par le biais de l’OTAN).

Nous soutenons l'analyse d'un article récent sur Agoravox: "La lutte contre le terrorisme ne serait-elle pas infiniment plus efficace et moins coûteuse si elle s’employait à mettre hors d’état de nuire toutes les personnes et les organismes qui en assurent le financement ? N’est-il pas urgent de contraindre les paradis fiscaux, chambres officielles de blanchiment, à rendre des comptes ? Alors qu’aucune démocratie ne peut faire l’économie d’une surveillance efficiente des sommes circulant illégalement, jamais ces sommes n’ont été aussi importantes. Le terrorisme armé est l’enfant caché du terrorisme financier qui règne en maître sur les transactions économiques. Le pouvoir US est tombé dans les mains des propriétaires des banques émettrices de dollars qui s’enrichissent de toutes les transactions, légales et illégales, effectuées dans cette monnaie. Les sommes englouties dans la guerre au Moyen-Orient ne sont pas perdues pour elles. Elles contrôlent le système militaro-industriel, et ne s’en cachent pas (il n'est même pas utile de faire l'effort d'étayer ces affirmations tant cette main-mise et cette immoralité s'affichent de la façon la plus obscène au plus haut niveau de la vie financière et diplomatique). Le coût exorbitant de la guerre au Moyen-Orient (2400 milliards de dollards) n’est justifié qu’à travers l’appropriation de ces sommes par un très petit nombre de Seigneurs de la guerre."


16/09/2007

Ca s'emballe, dirait on  !

11 septembre : l’Amérique sur le banc des accusés ! Information reprise par deux dépêches successives de Novosti !
11 Septembre : Un premier journaliste de la grande presse se reveille: les travaux de la commission d'enquête ont été entravés !
11 Septembre : Fidel Castro dénonce le mensonge !



9/9/2007

Vous avez commencé à regarder cette vidéo :

http://www.syti.net/Videos/Mysteres11Septembre.html

Vous avez éprouvé un certain malaise et vous en avez interrompu la lecture...c'est normal, j'ai eu la même réaction. Il faut prendre son courage à deux mains et regarder jusqu'au bout...c'est important! Ne manquez pas non plus la lecture des News récentes (8/9/07) sur le site de JP Petit:  11 septembre : Madame Christine Boutin parle.
Quel rapport avec la gravité obscure ? Dans les deux cas vous êtes confrontés à des informations et des thèses qui vous donnent le vertige. Quelle part de vérité faut il accorder à cela, comment évaluer la fiabilité de ces infos ? Ces questions soulèvent le problème majeur à mon sens de l'absence d'une structure inspirée du mode de fonctionnement d'un tribunal de justice mais ayant vocation à débattre et répondre aux grandes questions qui engagent l'avenir de tous (fonctionnement de la recherche, OGMs etc ...). Cette structure
devrait obliger les thèses contradictoires à s'affronter dans un cadre transparent pour faire le tri entre le vrai, le faux, l'idiot de manière à ce que des vérité plus ou moins provisoires et des solutions au service de tous finissent par émerger et s'imposer publiquement de même que la structure judiciaire est conçue pour faire émerger la vérité et la justice.  J'avais abordé déjà le problème majeur de cette défaillance dans la manière dont fonctionne l'évaluation de la recherche mais aussi  les médias ici. Il est vrai que le débat est un mot très à la mode ces derniers temps mais en réalité il n'a jamais lieu. On assiste en lieu et place à des affrontements stériles de grands monologues synthétiques comme à l'assemblée nationale.

Les vidéos de reopen911.info posent avant tout un certain nombre de questions techniques. Les compétences requises pour en traiter sont celles du physicien des matériaux, de l'expert en batiment, en démolition controlée, en incendie, en analyse d'ondes sismiques, etc. 
Les enjeux sont trop importants pour que le débat-enquête ne soit pas mené jusqu'au bout et que les conclusions, ici sur des questions techniques sur lesquelles il doit être relativement aisé de trancher sans ambigûité, soient rendues et publiées.


15/08/2007

Nouvelle video sur l'effondrement des twin towers:

http://www.syti.net/Videos/Mysteres11Septembre.html

Il n'y a pas de question tabou!


website analytics software